Le verlan ukrainien

Ecoutant par simple nostalgie l’album Odessa (1969 tout de même, ça ne nous rajeunit pas!) des Bee Gees, l’envie m’a pris de me pencher sur ce toponyme.

On trouve sur des cartes et des manifestes portuaires  génois ou vénitiens de la fin du XIIIè siècle la mention d’un port nommé Ginestra, qui semblerait correspondre géographiquement à l’emplacement de l’actuelle Odessa, mais sans que l’on sache bien s’il s’agit de la traduction italienne d’un nom tatar ou d’un nom donné par les italiens eux-mêmes. En réalité, avant le XVIIè siècle, on ne connaît avec certitude à cet endroit sur les bords de la mer Noire qu’une simple bourgade turque, les tatars qui occupaient la région depuis leur invasion de 1241 ayant été islamisés et inclus dans l’empire ottoman au XVIè siècle. Ce village s’appelait, en turc, Hodja bey, et, en russe, Hadji bey. On trouve plus tard son nom sur des portulans sous la forme Kaczibei ou encore Caczibei (que l’on trouve écrit aujourd’hui Khadzhibei ou Hacıbey) . Il était dominé par un fort que les turc appelaient Eni Dunia, c’est-à-dire « le nouveau monde ».

Un des épisodes sanglants de la guerre russo-turque en 1789 fut  la prise de la bourgade et de son fort par le général russe Joseph de Ribas (qui doit son nom à une origine espagnole), plus connu à Odessa sous son nom russe Osip Mikhailovich Deribas. La guerre terminée et gagnée par les Russes, l’impératrice Catherine, désireuse de renforcer son contrôle de la mer Noire, décida de faire construire un port et une ville à l’emplacement de l’ancien Hadji bey. C’est ce à quoi s’attela le général de Ribas, qui en devint le premier maire; l’artère principale de la ville porte son nom en hommage. La décision de la construction de cette ville nouvelle date de 1794 et comportait le choix d’un nom : ce fut Odessa.

Les hypothèses sur les raisons qui poussèrent au choix de ce nom sont nombreuses puisqu’aucun texte ni aucun témoignage ne viennent fournir d’explication officielle.

Selon une anecdote fort populaire, l’impératrice, hésitante, aurait rejeté pas moins de quarante-sept noms qui lui étaient proposés avant d’accepter l’avis d’un courtisan philhéllène qui proposait de ressusciter Odessos, nom d’une antique colonie milésienne qui aurait été établie sur ce site du VIè siècle av. J.-C. au VIè siècle apr. J.-C. L’impératrice posa, dit-on, comme condition de féminiser ce nom en Odessa. Outre le fait que l’impératrice, fort cultivée et entourée d’érudits, n’aurait pas accepté sans tiquer cette localisation d’Odessos ( à son époque rien ne permetteit de la situer exactement, ce n’est que plus tard que certains indices ont permis de la situer à Varna en Bulgarie), on sait que la prononciation byzantine en était Odissos et non Odessos. Enfin, la féminisation en Odessa n’est qu’un enfantillage qui paraît peu digne de l’impératrice et semble plutôt être un brocard antiféministe.

Une autre légende s’appuie sur le fait que le français était couramment parlé à la cour de Russie et fait appel au verlan! Située au bord de la mer, la ville aurait naturellement « assez d’eau », en verlan : Odessa…

Néanmoins, on peut légitimement penser que le choix du nom d’Odessa a un lien — même mal défini — avec celui d’Odessos, la légende n’ayant pu naître que sur un fond de vérité.

La ville d’Odessa est notamment restée célèbre pour le fameux épisode du cuirassé Potemkine et de l’escalier

Mais on sait peut-être moins qu’il existe plusieurs Odessa aux Etats-Unis, dont au moins trois d’entre elles ainsi nommées en tant que centres de commerce du blé comme leur grande sœur ukrainienne, deux autres au Canada, ainsi qu’une Nova Odessa fondée en 1905 au Brésil. On ne serait pas complet sans mentionner en Ukraine même la Nova Odessa (d’abord Fiodorovka, ville russe fondée en 1776 et rebaptisée en 1832).

Publicités

20 commentaires sur “Le verlan ukrainien

  1. Voici pourtant ce qu’on lit dans Wiki :

    « La ville fut nommée d’après la famille cousine des Romanov les Odatrylynkov (devenue la famille Odecca) ; et en 1795 Catherine II souhaita que le nom fût féminisé en modifiant le nom de la famille Odatrylynkov par Odecca. »

    Ça paraît moins tiré par les cheveux, même si c’est plus prosaïque.

    J'aime

  2. Quant à l’hypothèse du verlan, elle est encore plus invraisemblable.
    D’abord parce que le verlan ne s’est véritablement développé qu’à partir du 18ème siècle. Et que, de surcroît, les gens de cour ou de lettres parlaient le français châtié de l’époque et ne devaient guère pratiquer la langue vulgaire.
    Les Mémoires de Casanova, écrites en français à l’époque de la fondation d’Odessa, ne comportent aucun mot d’argot.
    Autre légende en rapport avec le verlan : le nom de Voltaire, qu’on a prétendu être forgé à partir d’Airvault, petite ville poitevine dont aurait été originaire la famille de Voltaire…

    J'aime

  3. « Une autre légende s’appuie sur le fait que le français était couramment parlé à la cour de Russie et fait appel au verlan! Située au bord de la mer, la ville aurait naturellement « assez d’eau », en verlan : Odessa… »

    Ce n’est pas vous qui conduisiez le soir du réveillon j’espère, ou vous êtes musulman ?? 😉

    J'aime

  4. Ornicar, on trouve déjà du verlan au Moyen Âge avec le personnage de Tantris dans le Roman de Tristan et Yseult. Puis quelques cas d’inscriptions au XVIIIe s. comme Bonbour au bagne de Toulon. Mais ce ne sont que quelques faits isolés.

    J'aime

  5. D’accord avec vous, Dominique. Je disais bien, dans le post précédent que le verlan ne s’était vraiment développé qu’au XIXème siècle [et non au 18ème].
    Mais en définitive, je crois que notre hôte se paie notre tête et que cette prétendue légende est née dans les tout derniers jours de décembre 2009, dans un coin du sud de la France…
    C’est ce que Hellsy subodore également.

    J'aime

  6. Je disais bien, en parlant du verlan d’Odessa, qu’il s’agissait d’une légende. Il ne s’agit pas d’une invention de ma part : on retrouve cette hypothèse sur de nombreux sites anglosaxons, comme celui-ci (cf. en bas de page la rubrique intitulée : A Legend about the Origin of the City Name ). Si je l’ai reprise dans le titre, c’était avant tout pour attiser la curiosité.

    En ce qui concerne le verlan, j’ajouterai après Dominique que Furetière, dans son Dictionnaire universel, donne en 1690 une définition de « verjus » faisant appel au verlan .

    Quant aux cousins des Romanov (dont Wikipedia parle — sans référence — et qui sont cités sur d’autres sites), dont le nom Odatrylnikov aurait été transformé en «Odecca», je n’en ai trouvé nulle trace ailleurs (et notamment pas dans la généalogie des Romanov, ce qui est curieux pour une famille dont l’importance aurait été jugée importante au point de donner son nom à une ville …).

    J'aime

  7. « letopo »,
    J’en ai médit, par les os des saints.
    Il est vrai que, si l’idée du verlan est loufoque, l’hypothèse évoquée par Wiki manque de fondement.
    Quelque archive pourrait donner le fin mot de l’histoire, un jour ou l’autre.

    J'aime

  8. @ à tous

    Je viens de prendre le thé auprès d’une Russe J’ai soumis la question de l’origine du nom Odessa à mon hôtesse mais elle n’a pu répondre
    Ce qui est sûr ,c’est que ce n’est pas un mot russe Il se prononce en russe « Adéssa »
    Le O prononcé en A est russe mais le « é « est toujours prononcé » ié « sauf s’il s’agit d’un mot d’origine étrangère comme « café »
    Le mystère reste entier!

    J'aime

  9. si cela vous sera une petite bougie de temps de fête,je ne sais, mais voici l’interprétation que j’ai trouvée dans le dernier livre d’un savant TRES érudit et de TRES grande expérience « du monde et des hommes » sur « la question » .en général:
    « De l’interlocution « sauvage », il nous reste (oserai-je dire : d’évident ?) les noms de lieux qui, à l’égal du rayonnement fossile de planètes disparues,ne laissent pas soupçonner leur provenance anthropologique -c’est à dire de nos manières d’instituer l’espace par la parole -, comme s’il ne s’agissait plus d’écrire les lieux (une topographie) de leur prêter une identité aussi authentique qu’un état civil des personnes. »
    Sans doute les premiers mots de cette citation semblaient indiquer de l’inscrire au billet « folie », aussi parce que l’auteur a aussi une grande « pratique » des… psychanalystes et de la psychanalyse : aussi vient-il bien mieux ici

    J'aime

  10. @vousvoyezle topo

    Si l’impératrice a accepté Odessos ,la pronociation,en russe, de ce nom écrit comme cela donne « ADESSA » car le o situé après une voyelle où se place l’accent tonique se prononce « a », comme le « o » du début du mot et mon amie russe place l’accent tonique sur le « de »
    Nous allons lancer une recherche de l’origine de nom Odessa sur des forums russes Obtiendrons-nous une réponse satisfaisante ?Affaire à suivre…

    J'aime

  11. >dominique .P et Leveto
    en espérant qi’il me sera beaucoup pardonné car j’aurai beaucoup pêché dans la poésie du nom d’Odessa, peut-être par réminiscence plus ou moins conscientes d’ancêtres venus par cette route(une femme m’a récemment appris que sa grand mère maternelle était d’Odessa -et y était restée-alors que son grand-père était breton!)
    venons en à mon crime :que je veux vous fair passer par l’histoire d’EDESSE sans plus, qui est même en pointillés sur la toile:
    http://www.cosmovisions.com/monuEdesse.htm
    bonne année!

    J'aime

  12. Plutôt qu’une allusion à Odessos (l’actuelle Varna) qui est relativement facile à localiser même au XVIIIe s. grâce aux différents géographes grecs et romains qui dans leurs périples la situent au sud de l’Istros et donc du Danube, on peut plutôt y voir une référence à la cité d’Ordessos, parfois orthographiée Odessos, citée par Pline l’Ancien (Histoire naturelle IV, 82), Arrien, (Périple du Pont Euxin, 20), Ptolémée (Géographie III, 5, 14), qui se trouve quelque part dans la baie d’Odessa. Cet Ordessos/Odessos peu connue même dans l’Antiquité est identifiée aujourd’hui avec un site près de Koshari. C’est donc la réutilisation d’un toponyme attesté dans la région, quitte à utiliser une variante plus connue du nom grâce à la cité du littoral bulgare. Il y avait peut-être déjà eu dès l’Antiquité une confusion entre l’Ordessos du nord de la mer Noire avec l’Odessos plus connue du littoral occidental de la mer Noire. Le baptême d’Odessos d’après un nom grec se retrouve avec d’autres exemples de toponymes pour ces nouveaux territoires pour la Russie de Catherine II : Sébastopol, mais aussi Cherson, assez loin de l’ancienne Chersonèse(où s’élève l’actuelle Sébastopol), pour ne citer qu’un doublet original.

    J'aime

  13. Dominique P.

    Un peu tardivement, mais j’ai trouvé cette prononciation russe d’Odessa en suivant ce lien

    Il y a aussi ce site — mais il faut tendre l’oreille pour entendre le nom de la ville qui me semble être prononcé plutôt « odesse », mais en tout cas avec un -o- initial.

    Cela semble conforter une étymologie selon Odessos.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s