Lagarde forestier

«Il ne faut pas courir comme des lapins aveuglés», titre Libération ce matin en reprenant une phrase prononcée par Madame Lagarde.

Rabbit in the headlights cartoon 1Je suis en mesure d’affirmer que, comme Jean Yanne dans son célèbre sketch du permis de conduire, Madame Lagarde n’emprunte pas les routes départementales et encore moins les chemins vicinaux dont elle ignore sans doute jusqu’à l’existence. En effet, quiconque, une nuit, a emprunté une de ces routes a pu surprendre un lapin dans le faisceau de ses phares et  observer alors que le lapin aveuglé ne court pas. Bien au contraire, surpris et saisi d’effroi, le lapin s’immobilise comme hypnotisé par la violente lumière et semble attendre sa fin prochaine sans réagir, paralysé.

Combien de lapins, après en avoir embrassé le pare-chocs , ont ainsi fini dans le coffre de la voiture !

39 commentaires sur “Lagarde forestier

  1.  » Combien de lapins, après en avoir embrassé le pare-chocs , ont ainsi fini dans le coffre de la voiture ! « , signé un véto, chasseur furtif ?
    Bon, l’adjectif approprié…: aveuglé ou ébloui ?

    J'aime

  2. Arcadius, l’important c’est qu’ébloui ou aveuglé le lapin ne court pas ! Il reste immobile en attendant la catastrophe…
    Je pense que Madame Lagarde avait en tête en même temps l’image du lapin ébloui par les phares et l’expression « courir comme un lapin», c’est-à-dire à toutes jambes.

    J'aime

  3. Je me demande quand même dans quel état, leveto, ce lapin se trouve dans le coffre ? aplati ? en morceaux ? C’est sûr que c’est pas un lièvre ?
    Dans North by northwest, c’est Cary Grant, courant dans le désert, qui se fait prendre en chasse par un avion.
    Association d’idées un peu loufoque.

    J'aime

  4. Je me souviens effectivement ‘avoir vu un restaurateur partir dans les gorges de la Nesque traquer les lapins au phare pour le civet: c’était quand même plus effrayant qu’amusant , même quand on a dix sept ans !

    J'aime

  5. Le braconnage aux phares n’est peut-être pas une pratique si répandue mais néanmoins elle existe bel et bien. Il n’est pas nécessaire de percuter le lapin ou le lièvre, l’éblouir suffit. On profite alors de son immobilité, qui peut durer jusqu’à une minute, pour s’en saisir en lui jetant dessus un filet ou une couverture et, hop! ni vu ni connu …
    Je précise pour lever toute ambiguïté que je ne chasse ni ne braconne, mais mon métier me fait côtoyer de ces gens qui sont ravis de raconter leurs « exploits »…

    J'aime

  6. mon métier me fait côtoyer de ces gens qui sont ravis de raconter leurs “exploits”… —leveto | le 03 décembre 2010 à 12:33
    -Voulez-vous dire que “ces gens” viennent vous demander …de soigner, ou rafistoler le fruit de leurs…rapines ?
    -Non, je ne vous imagine pas en “véto chasseur furtif” [cf arcadius, 02 dec,1610 ] que vous démentez, d’ailleurs[ 03 dec, 1233], mais….receleur ? Suis-je mauvaise langue !!! 😈

    -H.S. :Le service du protocole indien s’est affolé..(voir le Monde de ce soir en ligne)…transmis par l’ambassade de France: Nicolas Sarkozy, qui mesure 1m68 est très indisposé par la présence d’hommes plus grands que lui.Le ministère leur a demandé de trouver dans les 24 heures des gardes du corps de petite taille pour assurer la sécurité du président français.

    Kadafi, lui, s’entoure de nanas [ non !!! pas l’ukrainienne ! des libyennes]

    J'aime

  7. Mais alors, pourquoi les lapins que je croise régulièrement refusent-ils tous de regarder mes phares dans les yeux et s’enfuient-ils à toutes pattes ?

    J'aime

  8. « Il faut également savoir raison garder et ne pas courir comme des lapins aveuglés sous les projecteurs… »
    _______________

    1. Je n’ai pas revu depuis sa sortie en 19 ?? , un film de Resnais : « Mon oncle d’Amérique »

    2. Mon souvenir me dit qu’il avait pour trame, sous-jacente et clairement affirmée, les travaux de Laborit. Quelqu’un qui a sans doute fait plus pour la quiétude des malades mentaux et des troublés de l’âme que tous les « lièvres lacaniens » qui continuent de courir à travers les « champs » du même métal : -Ah ! les « champs lacaniens !…

    3. Dans ce film était montré –si je me souviens bien- comment tout animal, zoologique ou quidam ordinaire, réagit face à un stress, une inquiétude, un désarroi, une angoisse, une peur, une panique… Enfin ce genre de choses peu propices à la réjouissance. Ma mémoire me dit que c’était un rat de laboratoire que l’on montrait, mais un lapin aurait fait l’affaire. Ou un rentier, un épargnant, un quidam ayant trois francs six sous à la caisse d’épargne…
    Dans un premier temps, la bestiole apeurée, inquiète sécrète un peu d’adrénaline… Laquelle lui suffit, ainsi dosée, à fuir et à s’agiter… Comme Cantonna pour demain. Ou comme le garenne qui détale vers son terrier au bruit de mes pas.
    Quand le stress, l’effroi deviennent trop grands, incompréhensibles, arrivent l’inhibition de l’action et la paralysie qui gagnent tous deux la bête effrayée, hébétée, le lapin immobilisé, pétrifié face aux phares et l’épargnant de province éberlué devant les prouesses du système bancaire et la fonte possible de ses économies, le détricotage de son bas de laine.

    4. Christine Lagarde est bilingue – on nous l’a suffisamment asséné. Mais face au stress économique, ses neurones, soudain, se mélangent les synapses. Et elle importe frauduleusement, en français, des bizarreries venues d’Angleterre, cette contrée détestable, majoritairement peuplée de britanniques, d’une reine, de sa famille et de rabbits atypiques .
    Et l’Anglais, qu’il soit quidam ou lapin, a des manières extravagantes. Il roule à gauche tandis que le « bon sens » et le code de la route l’interdisent dans les nations civilisées.

    Chez nous, quand il est simplement inquiet, le lapin détale.

    S’il est dans l’effroi, conformément à sa nature et aux observations des meilleurs savants zoologues, des vétérinaires avisés et des plus adroits des braconniers*, il se pétrifie de stupeur en se voyant tout soudain illuminé. Lui si modeste**.

    Le rabbit britannique a des mœurs différentes. Si différentes qu’elles ont donné l’expression qui a semé la confusion dans les propos de Christine Lagarde:

    http://thesaurus.com/browse/run+like+scared+rabbit
    ________________________

    * En circulant le plus honnêtement du monde sur la route qui borde la garenne, il suffit de repérer le lapin suicidaire qui vous convient. Dans ce genre de situation nocturne, ils sont souvent plusieurs éberlués et statiques. Mais – Zerbinette en conviendra- dans la vie il faut choisir !… Sinon, l’âne de Buridan dépérit et ceci est une cruauté dénoncée à juste titre par la SPA.

    La suite est simple et s’exécute dans la plus grande humanité : on guide la trajectoire du véhicule à une vitesse modérée, 50 à l’heure environ, de manière que l’impact se fasse doucement mais fermement entre les deux roues, à mi chemin des deux phares. Ce qui évite d’écrabouiller une nourriture qui en deviendrait peu présentable si le mets avait subi l’infâme supplice de la roue.
    Cette façon permet aussi au garenne de montrer sa complaisance ultime : au moment précédant l’impact, il exécute de lui-même un saut définitif qui permet à son échine de rencontrer la ferraille motorisée. Et de s’y fracasser… Le reste est simple affaire de dépouillage, étripage, découpage (éventuel et selon les recettes) avant cuisson et dégustation.

    ** La modestie des lapins est tout de même douteuse… En tout cas, elle ne se retrouve pas chez les primates vaniteux et « être DE quelque chose, ça vous pose un homme, comme être DE garenne, ça vous pose un lapin ! » ***

    *** Je ne garantis pas l’exactitude de la vanne : l’original est chez Allais.

    J'aime

  9. TRS,

    Je ne résiste pas au plaisir de vous citer ces quelques lignes de l’impérial Vialatte *, consacrées au lapin du Jardin des Plantes :

    En devenant scientifique, votre lapin change d’article : ce n’est plus un lapin, c’est le Lapin. Il est devenu sa propre image et son symbole. Ce n’est plus le frivole mammifère, le futile bestiau… dont le nez frémit sur une fane de carotte, c’est le Lapin en soi, c’est le Lapin Lui-Même, en un mot, le Lapin Eternel. Ce n’est plus du civet, c’est de l’Instruction Publique. On en est tout respectueux.

    * Si vous me permettez de partager vos c marottes.

    .

    J'aime

  10. > Lucullus,

    Je vous permets de partager toutes mes carottes… et bien de mes marottes : ainsi va ma munificence quand Lucullus dîne chez moi et quand Vialatte est au menu… La potée auvergnate n’est pas un plat rabougri pour solitaires avaricieux : elle se dispense et se partage avec largesse. Elle est La Générosité en soi, son allégorie culinaire. Et l’on s’en sent* si reconnaissant…
    Et puis, dîner avec vous : -Quelle perspective !**
    __________________

    * -Ah, ce goût lamentable pour l’allitération à deux sous !… J’ai honte !

    ** A propos de « perspective » -si vous le souhaitez- je peux vous communiquer (en d’autres lieux et vous savez lesquels) un extrait du manuel auquel je travaille actuellement : « La perspective pour les nuls ».
    Il vous éviterait d’avoir à vous livrer à des acrobaties étranges et réprouvées par votre épouse. Si donc vous le souhaitez, faites moi un signe. Et laissez-moi un moment : ma vie est compliquée et bien remplie pour les deux trois jours qui viennent.

    J'aime

  11. Ce n’est que très rapidement que j’ai survolé la toile pour y vérifier mon souvenir -pourtant un livre n’est pas loin de moi, mais j’ai fait hier une très mauvaise chute- que les femmes cobaysées à Ravensbruck étaient appelées des « lapins ».
    (il y a de nombreux sites pédagogiques )
    par ailleurs, par association, je ne peux m’empêcher de nommer le nom de la journaliste écrivain Elena Lappin qui écrivit sur l' »affaire -l’imposture-Wilkomirski »:
    http://www.republique-des-lettres.fr/673-binjamin-wilkomirski.php
    mais est autrement connue aussi que pour cet ouvrage
    http://www.guardian.co.uk/world/2004/jun/05/usa.weekend7

    J'aime

  12. Toiros,

    Perspective ou escabelle, tout n’est qu’une question d’échelle.

    (J’attends avec impatience de lire votre opuscule.)

    J'aime

  13. >leveto bonjour

    dans l’ordre de pensées ( les miennes seulement ) :
    1/ chaud lapin
    2/ matelote de lapin
    3/ lapin en gelée

    Je constate, bêtement, que les deux suivants sont refroidis et en morceaux.

    Sinon, le premier c’est une histoire d’hormones en folie ; comme aux cours de modèle vivant. Que je ne fréquente pas mais où une me dit ça sent le chien quand on entre dans la salle . Beaucoup de femmes dans tous les cours, de gravure, d’aquarelle etc. mais là, des hommes, majoritairement.
    Qui aiment les femmes, bien sûr.

    Cela vient, ce déchaînement d’hormones, chez le lapin ( c’est le sujet ) du coïtus post partum, qui, comme chez les rats, provoque chez le mâle une copulation frénétique. Si on ne sépare pas le couple, il y a re-fécondation et parfois, la mère ( c’est une vraie lapine, celle-là ), ( qui n’en peut plus de la vie qu’elle mène, entre le boulot, les courses, le ménage, les enfants et son mâle impatient ), bouffe sauvagement la portée. Parce qu’élever deux portées coup sur coup, c’est usant.
    Au moins, cela évite des drames intimes du petit oublié dans la voiture qui cuit sous le soleil de midi. Autrement, il aurait barjaqué à son papa ( au milieu on entend  » mama », parce que le petit sait, lui : ce terreau-là c’est celui sur lequel il va croître et germer peut-être) ; papa baba que sa femme aimée lui ait fait un si beau petit.

    Les deux autres, ce sont des recettes de cuisine, je ne vais pas développer, je ne suis pas pro. Puis, faut désosser le lapin car ses os sont très dangereux, mortels même, alors je préfère le magret de canard pour le pâté.

    Après, loin derrière, mais tout proche vient le lapin au gîte, et ça c’est top : c’est un petit lapereau, tout joli, tout mignon, qui dans les bois, quand on est aux champignons se niche en rond dans un creux fait à sa taille. Là, si se penchant pour des girolles ou des cèpes de bordeaux, on le voit, il nous regarde, lui et moi, craintivement et, in petto, gémit non pas à la casserole, non, pas à la casserole.
    Comme nous avons vu la larme qui perle à son oeil, nous passons notre chemin, heureux d’être aussi magnanimes et de nous contenter d’un jambon/beurre/cornichons ce midi. Ben ouais, passqu’yavait pas non plus de champignons.
    Que croyez-vous ?
    Ce n’est pas Byzance tous les jours, crénom !

    >Bon samedi leveto, et dimanche aussi, et hop.

    J'aime

  14. @zerbinette : Si vous en croisez régulièrement [ des lapins], c’est qu’ils [ elles] se sont tous [toutes]passé le mot : conductrice dangereuse !!! 🙄

    @TRS/Toiros : la vanne est de Tristan Bernard. Désolé pour cette…carotte .

    Ensuite, vous allez encore 😈 nous tanner le cuir avec votre manuel: un point, 2 points, 3 points. On n’y comprend jamais rien. Et puis, c’est dépassé. Suffit de placer les bonnes couleurs : le rouge avance [ comme pour l’heure en avril] et le bleu recule(comme l’heure, récemment, en octobre). Albers vous dira (vous montrera) que le gris et le jaune, c’est carré-limite…

    J'aime

  15. @ L’amer qui ronchonne et pense, tout désolé, que « la vanne est de Tristan Bernard »

    http://www.linternaute.com/citation/3314/il-est-toujours-avantageux-de-porter-un-titre-nobiliaire–etre–alphonse-allais/
    __________
    Quant à Albers, laissez-le paisible: il n’a guère à voir avec ce qui nous a préoccupés, Lucullus et moi, en d’autres lieux.

    Désolé à mon tour de n’avoir pas de pastille jaune narquoise à vous proposer: je n’ai pas cet article vulgaire en stock.

    J'aime

  16. Mais je l’ai sur papier , depuis 1975 ! Tristan Bernard, vous dis-je !!! Les liens sur la toile ne m’ont jamais convaincu entièrement. Maintenant, je n’en ferai pas une maladie : Si Allais vous chante….
    Bon dimanche. A la semaine prochaine, Inch…. Moi ! 😉

    J'aime

  17. Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Être « de quelque chose », ça pose un homme, comme être « de Garenne », ça pose un lapin.

    Alphonse Allais, Œuvres Posthumes, Le Chat noir , 25 Janvier 1890.

    J'aime

  18. Attention, leveto, vous affichez vos accointances avec la ruralité, voilà qui est de mauvais aloi de nos jours. Et puis d’abord, en quoi le fait d’habiter à la campagne vous permet-il de prétendre savoir comment se comportent les lapins 😉 ?

    Sinon, pour ma part j’aurais titré « Lagarde forestière », car il me semble que dans les deux cas la féminisation était possible et souhaitable, non ?

    J'aime

  19. Oui, sans doute avez-vous raison, Jacques C. Bien qu’en France il semble que le métier de garde forestier soit encore exclusivement au masculin ( le Robert indique : N. m. Personne qui a une charge dans une forêt, et, spécialt, une forêt du domaine public et ajoute: REM. Le fém. forestière est virtuel dans ce sens.*) , nos amis belges sont sans doute plus « modernes » et n’hésitent pas à utiliser les deux genres . J’aurais pu accorder en genre, mais j’avoue que cela ne m’est pas venu spontanément à l’esprit, Madame Lagarde ayant fait preuve dans sa déclaration d’une si mâle assurance.

    P.S.: j’ai appris une grande partie de ce que je sais sur les lapins — et c’est sans doute là l’essentiel — non pas sur les chemins vicinaux, mais dans mon assiette… 🙂

    *Ah! « le féminin virtuel « … je me demande si je ne lui préfère pas l’éternel féminin!

    J'aime

  20. lu ans le monde comment d’un lapin est né un artiste:
    «  »Quand j’avais 4 ans, j’ai appris comment dessiner un lapin. Je l’ai dessiné partout, y compris sur le placard de la cuisine. Quand ma maman l’a découvert, elle m’a donné une vraie raclée. Depuis lors, j’ai essayé de ne pas me faire attraper. » A-t-il pour cela une technique spéciale ? « Si la police arrive, je préfère ne pas courir, ça vous donne seulement l’air coupable. J’essaye d’user de mon charme. Ensuite, je cours. »
    http://www.lemonde.fr/culture/article/2010/12/11/banksy-le-roi-du-graffiti-fait-du-cinema_1452167_3246.html

    J'aime

  21. Pour être complet sur le sujet concernant mon rapport aux lapins, je dois révéler à mes lecteurs les minutes d’un procès en appel qui se tint à la cour criminelle de Pennsylvanie en 2001.
    Il opposait Daniel J. LEVETO et son épouse Margaret à Robert A. LAPINA
    Le premier, le docteur vétérinaire Leveto ( ça ne s’invente pas) reprochait au second, M. Lapina, inspecteur du fisc, d’avoir procédé à des fouilles au corps et à un interrogatoire de huit heures sans justification sérieuse.
    Les époux Leveto ont été déboutés. M. Lapina a gagné.
    Depuis, je me méfie des lapins. Et je me demande si je ne vais pas changer de pseudo: s’ils apprennent que j’utilise leur nom, les époux Leveto pourraient bien me faire un procès.

    J'aime

  22. Le lièvre blanc est comme le lagopède, la couleur est destinée à se fondre dans le paysage.
    Chez moi, je suis sous la neige, congelée.
    >arcadius vulgaire, vous, sur votre île ?

    J'aime

  23. Zerbinette,

    Mais alors, pourquoi les lapins que je croise régulièrement refusent-ils tous de regarder mes phares dans les yeux et s’enfuient-ils à toutes pattes ?

    Peut-être parce que ce ne sont pas des lapins de 3 semaines ?

    Jeannot lapin, cuoriace !

    J'aime

  24. Merci, Rose, pour cette découverte.
    Pour ce qui est de l’art japonais et de l’artisanat local, on a du souci à se faire en ce moment…

    J'aime

  25. >leveto l’idée est judicieuse c’est faire repartir le commerce, les changes financiers par de l’artisanat local. Peu d’énergie motrice beaucoup d’énergie personnelle.
    il y a par là de la laque rouge extraordinaire ; jer n’ai pas trouvé la céramique encore mais n’ai pas tout inventorié c’est vrai. Ce lapin là blanc je le cacherai volontiers dans mon jardin.
    >xx votre lapin à vous est surprenant ; le constraste entre son matériau et son environnement que je trouve fantasmagorique : il est tout décalé, il m’a fait sourire. Je verrais bien la statue du piédestal hexagonal se pencher doucement vers lui et lui dire n’aie pas peur lapin blanc, mais ça fait un bail qu’il n’y a plus de statue là sur cette pierre.

    J'aime

  26. @leveto: la toile est une grande forêt dan laquelle on peut se perdre: mais sans perdre la mémoire de ses chemins:comme vous pourrez le voir:
    « This will be Annie Lapin’s first solo exhibition with the gallery. In a new group of paintings on canvas, Lapin’s luscious,  »
    http://www.artknowledgenews.com/honor_fraser_gallery_to_feature_annie_lapin_the_pure_space_animate_.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+artknowledge+%28Art+Knowledge+News+-+Keeping+You+in+Touch+with+the+World+of+Art…%29

    J'aime

  27. il y a encore beaucoup de lapins que j’ai croisés et je leur avais montré le « S » de
    danS que j’ai oublié près de belles fougères enroulées en crosses.

    J'aime

  28. ►Iado
    Moi, chasseur ? Où avez-vous vu ça? Je me cite (« trop classe! » dirait mon fils):
    «Je précise pour lever toute ambiguïté que je ne chasse ni ne braconne, mais mon métier me fait côtoyer de ces gens qui sont ravis de raconter leurs « exploits »…»
    ( leveto | le 03 décembre 2010 à 12:33 )

    Ceci dit, ne confondez-vous pas lièvre et lapin? Le lagomorphe qu’on voit n’a rien d’un lapin. L’image que vous nous proposez est plutôt celle de la course d’un lièvre à travers champ.
    Reste à savoir qui court derrière …Langue pendante derrière un conin, non, vraiment, je ne vois pas…

    J'aime

  29. je ne sais plus si ce sont les champignons ou les dahus, leveto que vous « chassiez »
    vous voyez, je n’ai que de très tristes souvenirs d’avoir traversé en voiture l’Ecosse , avec des enfants -un frère( et son copain) taquinant sa soeur aux larmes et qui se tracassaient à cause des lapins (je crois) malades, mais non chassés morts écrasés, par dizaines sur la route .. c’était affreux … et c’était moi qui me faisais… du mauvais sang .
    bon week-end

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s