À quatre mains

Je vous présente aujourd’hui un autre blason parlant basé sur une fausse interprétation de l’étymologie.

Les armoiries de Manosque, qui datent de 1559, sont ainsi décrites: « Écartelé d’azur et de gueules, à quatre mains appaumées d’argent, deux dextres et  deux senestres, posées une dans chacun des quartiers, les pouces affrontés.» Elles sont accompagnées de la devise: Omnia in manu Dei sunt , c’est-à-dire « Tout est dans la main de Dieu ».

Dans les chartes médiévales le nom de la ville apparaît sous la forme Manuesca ou Manuasca : la confusion avec le latin manus, « main», explique les quatre mains figurant sur les armes de la ville. Plusieurs explications ont été données quant à leur nombre: chaque main renverrait au nombre de portes de la ville ( d’Aubette ou Daubette, Soubeyran, Saunerie et Guilhempierre) ainsi qu’aux quatre églises qui leur correspondent. Mais ce chiffre quatre pourrait marquer la réunion des quatre villages situés autour de Manosque et abandonnés au XVè siècle: Toutes-Aures, Saint-Pierre, Mayme et Montaigut, à moins qu’il ne s’agisse selon une autre source de Toutes-Aures, Saint-Martin ou Le Château, Montaigut et Sainte-Maxime. On a proposé de réunir les deux théories en une seule: les quatre mains pour les quatre quartiers et les cinq doigts de la main pour  cinq villages qui se sont regroupés après le sac par les Sarrasins pour former le bourg.

Plus tard sont apparues des explications étymologiques pseudo-savantes — le XIX è siècle en était friand — avec notamment l’apparition d’un général romain du nom de Manuascus qui aurait campé sous les murs de la ville au cours de l’invasion de la Provence et une légende qu’on a pu lire dans le livre Superstitions et Survivances, paru en 1896, qui dit que Manosque portait auparavant le titre de Manus Quartus, « quatre mains».

L’étymologie réelle et le sens du toponyme sont encore à l’heure actuelle sujets de controverses. Les formes les plus anciennes connues sont Manoasca (978-984), Manuasca (1013), Manoascha( 1019), Manoscham (1205)  et enfin Manosque au XVIè siècle. Plusieurs explications sont proposées:

  1. du pré-indo-européen *man-, « rocher, hauteur» (  cf. Mane, Alpes-de-Haute-Provence) et suffixe ligure -asca ( A. Dauzat et Ch.Rostaing)
  2. du latin manua, « poignée, gerbe» et suffixe celtique -osca ( A. Nègre ) ou suffixe ligure –asca (Deroy et Mulon). Le composé manua-osca aurait eu le sens du provençal magne, « botte de paille peignée pour toiture ».
  3. un rapport d’appartenance à un fondateur ou à un propriétaire comme pour Tarascon à moins qu’il ne s’agisse d’une référence à la ville de Mane toute proche dont Manosque n’aurait été qu’une dépendance ( Deroy et Mulon).

Une dernière remarque, mais ô combien importante : je vous réécris le libellé du blason originel de Manosque ( passez le pointeur sur chaque mot souligné pour en découvrir la définition exacte) : Écartelé d’azur et de gueules, à quatre mains appaumées d’argent, deux dextres et  deux senestres, posées une dans chacun des quartiers, les pouces affrontés

Voici donc comment était dessiné ce blason :

manosque

Et voici le blason actuel officiel de la ville

545px-Blason_manosque_2.svg

Il y a bien quatre quartiers et quatre mains, oui, mais quatre mains gauches!  Quatre mains sénestres,  sinistres! En héraldique, qui est l’art des symboles, jamais on ne représentait une main senestre seule, toujours on l’accompagnait de la dextre, pour combattre le mauvais sort. Et ils ont le toupet aujourd’hui de décrire leur blason par cette simple phrase: «  Écartelé d’azur et de gueules à quatre mains appaumées d’argent» ce qui correspond bien à leur dessin mais certainement pas à la vérité historique. Manosquin et Manosquines, on vous ment! Avec leur jeu de mains, ils vous jouent un tour de vilains. Si vous voulez écarter le mauvais œil, la sinistrose, de votre ville, exigez le retour des armoiries originelles!

(Mais je ne vous en voudrai pas si vous vous en foutez.)

Publicités

58 commentaires sur “À quatre mains

  1. chacune astiquant ce qu’elle a sous la main

    Rose ! Saint-Lô, patron des ménagères ?
    À quoi pensé-je ? À rien, c’était juste pour faire bouger le schmilblick!

    J'aime

  2. ouh la j’ai eu très honte de moi.
    Mais j’avais besoin d’un coup de fouet et cela a été efficace. L’autre solution serait de travailler le matin et buller le soir.

    Bonsoir leveto.

    pour conclure
    Saint Menna gère (Martyred under Diocletian, c. 295)
    et Sainte Mene hould (D.D)

    J'aime

  3. Une idée m’est venue pour rendre visibles les liens dans ce nouveau système initié par WordPress sans concertation.
    On peut utiliser la balise underline ( souligné) matérialisée par la lettre u entre les chevrons habituels. En soulignant le mot sur lequel on doit cliquer, on attire l’attention du lecteur.
    Bien sûr, cela complique la tâche de l’auteur qui doit ouvrir puis fermer deux balises ( d’abord le u puis le a href ) sur le même mot , mais je n’ai rien trouvé de mieux.

    Voici donc un exemple

    J'aime

  4. Ménage….ça remonte à mon oral de littérature au bac, devant un jésuite : Ébloui par ma performance sur Mme de La Fayette [ restons humble ], il me demande avec un air « en-dessous » : Et son précepteur , vous connaissez son nom ?
    Rageur, la tête déjà enflée , je réponds avec impertinence : Chapelain, voyons !
    – Sourire de salopard et léger ricanement du « bon » père : Eh non, jeune homme, c’était Ménage ! 😈
    -Je suis reparti, la queue basse. 🙄

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s