La couleur des rues ( suite )

Nombre de  rues doivent la présence d’une couleur dans leur nom à leurs habitants ou à l’activité qu’ils y pratiquaient. Nous avons ainsi  vu dans le précédent billet deux rues Rouge qui peuvent être classées dans cette catégorie.

champ blé bleuets van gogh La place des Bleuets à Lille doit son nom à la couleur de l’uniforme des enfants recueillis dans l’orphelinat construit là au XVè siècle, tandis que la rue des Bleuets parisienne, ouverte en 1906, doit le sien à une ancienne cité des Bleuets ainsi baptisée en raison de l’abondance de ces centaurées bleues  dans les champs alentours.

La rue des Blancs-Manteaux a été baptisée ainsi en 1258  lorsque Saint-Louis autorisa les religieux de l’ordre des Serviteurs  de la Vierge, établi à Marseille en 1252, à s’installer à Paris. Il s’agissait d’un ordre mendiant dont les moines qui portaient une bure blanche , symbole de la pureté de Marie, étaient dits « blancs-manteaux ». Les ordres mendiants ayant été presque tous supprimés en 1274, lors du deuxième concile de Lyon, ils furent remplacés par les guillemites de Montrouge  qui portaient, eux, un manteau noir *, mais le nom de la rue n’en a pas pour autant été modifié.

À Montpellier se trouve une rue Embouque-d’Or. Il faut remonter à 1342, quand on écrivait carriera dicta Bocados , pour comprendre d’où lui vient ce nom. Il s’agissait de celui d’une vielle famille bourgeoise, les Bocados, dont le nom a été poétiquement transformé au fil du temps.

L’histoire de la rue de la Maille d’Or à Beaugency, dans le Loiret, mérite d’être contée tant elle est exemplaire du pouvoir exorbitant du clergé au Moyen-Âge. Le chapitre d’Amiens était alors propriétaire d’une grande partie des  terres de Beaugency — si on vous demande pourquoi, répondez un truc où il est question de voies impénétrables, ça marche à tous les coups —  y imposait sa loi et … ses  impôts. Le jour de la saint Firmin, soit à l’époque le 13 janvier, les habitants qui avaient la malchance d’exploiter les terres amiénoises devaient apporter à l’église Saint-Pierre-le-Puellier d’Orléans une pièce  d’une maille en or ( dite aussi maille de Florence et valant    2 deniers et dix- sept grains trébuchants) pour payer la pension d’un escholier méritant venu de Picardie étudier à l’université d’Orléans, alors la quatrième de France..

La rue des Galands-Verts de Bourges . Rien à voir avec Henri IV mais avec les bandits de grand chemin qui, une fois leur forfait accompli et le butin en poche, se réfugiaient au plus profond des bois : ils étaient surnommés « verts galants» ou «galands verts» ou encore «galands de feuillée». En ce temps-là «galant» avait le sens de «gaillard, hardi» et la rue des Galands-Verts était un chemin menant à la forêt.

electricite2-300x225 La rue de la Houille-Blanche de Grenoble rend hommage à l’invention d’Aristide Bergès qui fut le premier en 1880 à équiper une chute d’eau d’une turbine. Il montra son invention à l’Exposition universelle de Paris en 1889, créant à cette occasion le terme de houille blanche.

La rue de la Violette à Nîmes est un exemple de pléonasme bien caché. La Violette était le nom que portait la prison royale: aucun rapport pourtant avec le violon ni même avec la fleur, mais avec la ruelle qui bordait la prison. En provençal, nous apprend Mistral dans son Trésor du Félibrige, les mots  viol, violo signifient « sentier, ruelle ». La prison de la Violette était donc la prison de la ruelle : la rue de la Violette, la rue de la ruelle, est donc bien un pléonasme!

Je m’aperçois que mon billet est déjà bien long. Ceux qui attendaient les enseignes ou les croix devront patienter jusqu’au prochain …

* Émile Littré nous raconte n’importe quoi . Alors qu’en deux clics il aurait pu avoir l’info!

Publicités

7 commentaires sur “La couleur des rues ( suite )

  1. Quid de l’avenue de la Violette à Aix-en-Provence, qui ressemble plus à une petite rue qu’à une avenue mais est l’adresse d’un restaurant et d’un hôtel haut-de-gamme ?

    J'aime

  2. Olimalia
    Je n’ai aucune certitude quand à l’origine du nom de l’avenue de la Violette à Aix-en-Provence : ancienne ruelle, nom d’un ancien propriétaire, prénom de la femme d’un bâtisseur ( cela se faisait beaucoup à une époque)?
    Avignon peut se vanter d’avoir non seulement une rue de la Violette mais aussi une avenue de la Violette ( dont je salue un couple de riverains qui se reconnaîtront si jamais ils me lisent).

    J'aime

  3. ne pas confondre la viole êtes, ni avec la vièle instrument du Moyen-âge, ni avec la viole de gambe

    1155 in Le Roman de Brut – Robert Wace

    […]Vïeleüres, lais et notes,
    Lais de vïeles, lais de notes,
    Lais de harpes et de fretiaus,
    Lires, tympres et chalemiaus,

    Here stood the viol player,
    chanting ballads and lays to their appointed tunes.
    Everywhere might be heard the voice of viols and harp and flutes.
    In every place rose the sound of lyre and drum and shepherd’s pipe […]

    —————————————————————————————-
    Le bleuet et le coquelicot sont les deux plantes messicoles signalant la nature saine d’un sol (je l’ai anciennement écrit sur LSP car cela me tient à cœur, c’est donc une redite). J’espère que vous ne m’en voudrez pas outre mesure.

    Merci leveto de ce beau billet.

    J'aime

  4. Siganus:
    Pas de trace de rue Bleu-Blanc-Rouge en France! En revanche j’ai trouvé une impasse Tricolore à Saint-Amand-Montrond ( Cher) …et de nombreuses via Tricolore en Italie!
    Rose:
    j’aime bien ce messicole. Un joli mot rare.

    J'aime

  5. À défaut de bleu-blanc-rouge, Paris a quand même les rues de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité formant un fameux trivium dans le XIXe arrondissement !
    Avec la Villa du Progrès juste à côté.
    Il y a quelques « rue de la Cocarde » en France, mais je ne sais pas s’il s’agit de la cocarde tricolore.

    J'aime

  6. Je n’ai pas vu de rues « tricolores » mais j’ai trouvé des rues « arc-en-ciel » ou « de l’Arc-en-ciel », à Paris, à Annecy, à Conflans-Ste-Honorine, à Marseillan, à Sète, à Strasbourg et sans doute encore ailleurs en France et sans compter Liverpool où les plaques des rues du quartier gay affichent un « rainbow flag » !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s