Bien des choses en somme

Je poursuis ma remontée aux sources avec un mot qui nous vient du latin ( et que Zerbinette a découvert dans le précédent billet) : Summus, a, um désignait le point le plus haut, notamment le sommet de la montagne. Au fil du temps et par métonymie, ce mot a fini par prendre, au féminin summa, le sens de « source », puisque c’est en général au sommet de la montagne qu’on trouve la source de la rivière qui irrigue la vallée. De là sont nés des toponymes de type « Somme » pour désigner des villages établis non loin d’une source.

C’est en Champagne que ces appellations sont les plus fréquentes, où « somme » est suivi du nom du cours d’eau :

  • dans la Meuse: Sommaisne ( source de l’Aisne, fusionné en 1973 avec Rembercourt), Sommedieue ( la Dieue, du gaulois deva, divine), Sommeilles ( ruisseau  anciennement nommé Aquila ) et Sommelonne (l’Ornel, noté Olomman en 865)
  • dans la Marne : Somme-Bionne (la Bionne), Sommepy-Tahure (la Py), Sommesous (la Sommesoude), Somme-Suippe (la Suippe), Somme-Tourbe (la Tourbe), Somme-Vesle ( la Vesle), Somme-Yèvre (l’Yèvre) et, sans trait d’union!, Somsois (le Sois).
  • dans l’Aisne : Sommelans (le ru d’Alland) et Sommeron ( ru d’Aron).
  • dans les Ardennes : Sommauthe (l’Authe) et Sommerance (la Rance).

SommeTourbe

Somme-Tourbe après la guerre de14-18

On retrouve aussi ce nom en Maine-et-Loire à Somloire ( à la source de l’Ouère et pas de la Loire!) et à Sommeraire ( un hameau de Presly, dans le Cher, à la source de la Rère). Sompt, dans les Deux-Sèvres, noté Sompnonum en 1021, pourrait faire partie de ce groupe, mais l’absence d’attestation du nom du ruisseau laisse subsister le doute.

Le latin summus conserve son sens de sommet quand il est suivi d’appellatifs comme à Sommeval ( Aisne, le plus haut point de la vallée), Sommeville (H.-Marne, le haut du village) et Sompuis (Marne, le puits le plus haut) ou quand il est employé seul comme à Son (Ardennes) ou accompagné de suffixes comme à Sommereux (Oise), Sommières (Gard) ou La Sommette (Doubs). Pour compliquer un peu plus la chose, le nom de personne germanique Sumar est à l’origine de Sommermont (H.-Marne) et de Sommerviller (M.-et.M.) tandis que Sunno, germanique lui aussi, a donné Sommesnil (Seine-Mar., avec mansionile, « ferme ») où le Nil ne prend pas sa source.

foret somail

La forêt du Somail autour de Riols

Et je ne résiste pas au plaisir de vous emmener au Somail ( Sommailh en 1606, dérivé occitan avec suffixe –aculu du latin summus), région montueuse de l’Hérault entre Lacaune ( et ses brebis qui nous offrent le roquefort) et Saint-Chinian (et ses vignes qui nous offrent leur  vin) qui vaut le détour ( mais veuillez laisser cet endroit, si vous vous y rendez, aussi propre en sortant que vous aurez aimé le trouver en y entrant …).

Et la Somme, dans tout ça, me demanderez-vous ? Eh bien… rien à voir!

Commençons par noter qu’elle prend sa source à Fontsomme ( du latin fontem, « source » et Sumina, « Somme » ). Elle a porté successivement deux noms, le changement datant du haut Moyen Âge. C’est César qui nous livre indirectement le premier en nous donnant le nom gaulois d’Amiens, Samarobriva : il s’agit du pont ( briva ) sur la Samara.  Ce nom sera attesté sous cette forme jusqu’au IIIè siècle et on trouvera encore Sambrica au Vè siècle. Samara est celtique, formé sur l’indo-européen *sem « arroser » et suffixe hydronymique -ara. C’est l’arrivée des Francs qui provoque le changement du nom et c’est à la fin du VIè siècle que l’on voit apparaître une nouvelle appellation du type Somena. Il ne s’agit en fait pas d’un nouveau nom, mais d’une nouvelle façon de le prononcer et de se l’approprier! Le passage de -a – à -o-, notamment devant -b- et -m-, est fréquent et bien attesté  à cette époque et explique que sambrica soit devenu sombrica. Le suffixe, encore perçu comme trop gaulois, a été remplacé par le suffixe hydronymique germanique le plus courant, -ina. De Sombrica on est ainsi passé à Somina et, l’accent tonique celtique sur la première syllabe ayant été conservé, on est arrivé à un Somna vite devenu Somme. La forme Summan date de 867 tandis que la graphie actuelle apparaît au XIIIè siècle.

Publicités

80 commentaires sur “Bien des choses en somme

  1. Zerbinette
    TRS a révélé dans son dernier commentaire qu’il avait pensé que vous rapportiez des propos qu’il aurait pu tenir. Il n’avait visiblement pas compris que vous vous adressiez à lui pour lui raconter votre séjour à Cayenne.
    « la seconde, selon le même code typographique que celui que vous adoptez, fait mine de rapporter des propos que j’aurais pu tenir, selon la malicieuse Zerbinette… Qui a peut-être vécu à Cayenne, elle… Allez savoir. Mais tout le monde s’en fout. »
    Si ce n’est pas ça, je renonce à comprendre l’enchaînement des malentendus…

    Pour ce qui est des commentaires qui disparaissent, je fais mon possible pour les repêcher. J’ai dû lancer le chalut plusieurs fois et je ne m’explique pas pourquoi certains des commentaires que j’ai approuvés se retrouvent au bout de quelque temps à nouveau dans la corbeille… Un changement d’équipe des modérateurs?

    J'aime

  2. >@tous

    Plus tard, lui, Franck Mc Cloud, donnera à Gaye Dawn, le whisky que son mac lui refuse. Au péril de sa vie.
    Parce qu’elle en a besoin.

    Cela me coûte d’écrire cela, pck l’alcool fait partie de mes douleur diffuses, cependant pas infuses, mais lorsqu’on, un, a un cœur en or, et lorsqu’il a ce qu’il manque à beaucoup, l’attention aux autres, l’absence absolue de mise en avant, la patience de les laisser prendre la parole même pour dire n’importe quoi, le sens de l’amitié, la générosité, l’écoute fine, la fidélité dans la même amitié, la capacité d’attendre et tout ça et plus encore y compris la capacité de se taire pour que les autres s’expriment et aussi le sens de l’égalité des hommes entre eux (et y compris les femmes contenues dans les hommes), ben qu’il boive, c’est grave mais surtout pour lui. Pour nous, pour moi surtout, ce qui est grave c’est qu’un jour je devrai vivre sans lui.

    Alors faire iech les gensses qui boivent c’est pas top comme attitude.
    Nous, beaucoup d’entre nous avons une sensibilité particulière à ce qui est une maladie. Et hormis Yasmina Reza dans son dernier opus où elle se fout des cancéreux (quand ta place t’a été offerte par une qui en est, et grave), et Pierre Desproges qui l’a précédée mais qui lui était directement concerné, on ne se fout pas d ela gueule de quelqu’un de malade. Ni on l’engueule (cela je me le dis à moi-même pck je ne suis pas très douée).

    Vous pourriez, zerbinette, lui faire des excuses. I do apologize.

    Moi, je tiens à lui. Où qu’il aille, je le défendrai.
    A toi.
    Où que tu ailles, je te défendrai.
    J’ai pas trop compris qui c’est TRS ou Jacques C ou Aquinze qui boit mais on s’en fout. Vous avez droit au respect d’autrui.

    Je vais manger mes endives au jambon, ça sent bon chez moi.
    Il ne pleut pas.
    Pain d’épice, sablés et tout épicétout.

    J'aime

  3. @ TRS :

    Ah, mais je ne suis pas responsable de la typographie utilisée par zerbinette ou quiconque ! J’ai déjà assez à faire pour soigner la mienne.

    C’est justement pour éviter ces malentendus que je m’adresse généralement à quelqu’un en précédant son pseudonyme du signe @, comme l’a bien signalé leveto.

    Lorsque j’utilise le ►, c’est pour citer. Et j’y ajoute la mise en italique de la citation, histoire de limiter les ambiguïtés.

    Mais ça, ce sont mes usages. D’autres en ont d’autres. D’où des malentendus.

    En tout cas, merci à vous d’avoir confirmé que ce malentendu existait bel et bien, et que le plus ridicule n’est peut-être pas celui qui a mis en évidence un fait… mais plutôt celle qui s’obstine à en nier l’existence.

    Pour le reste, je suis sidéré de l’ampleur de cette tempête, prétendument provoquée par un commentaire empathique et ultra-court de ma part. Il faut une sacrée volonté pour prendre ombrage de mon commentaire du 14 à 1h16. Même plus que de la volonté : il y a là une logique qui me dépasse *.

    Je vous sais trop peu sanguin pour vous formaliser que j’aie pu prendre soin de vous, même si vous eussiez aimé poursuivre ce malentendu sans en être conscient (sans doute goûtez-vous plus que moi la polémique avec zerbinette). En temps normal, mon commentaire, parfaitement anecdotique, pouvait très facilement être négligé si, vraiment, vous vouliez maintenir un dialogue de sourds comme vous semblez le revendiquer. Il était suffisamment court et factuel pour n’appeler aucune réponse. Enfin, normalement…

    * C’est à peu près ce que doit ressentir quelqu’un qui court derrière une connaissance en lui disant : « tiens, tu as oublié ton porfefeuille au bar », et qui se prend une claque pour tout remerciement, accompagnée d’un « de quoi j’me mêle » cinglant. Comprenne qui pourra.

    J'aime

  4. ►Rose
    je crois que l’allusion à l’alcool n’était qu’un trait d’humour supplémentaire de Zerbinette qui s’adressait à Jacques C le 14 décembre 2013 à 09:24 en écrivant
    « vous n’avez même sans doute jamais bu un verre de trop ».
    Je ne vois pas d’autre allusion à l’alcool dans le déroulé des commentaires.
    Nulle part Zerbinette — à laquelle vous conseillez de s’excuser, mais de quoi ? — ne s’en est prise nommément à qui que ce soit.
    Sans doute êtes-vous, pour des raisons qui ne nous regardent pas, sensible à ce problème et sans doute votre réaction aura-t-elle dépassé la juste mesure.

    Ceci dit, je vous lis toujours avec plaisir : vos réactions épidermiques m’enchantent souvent et de vous savoir ( je veux dire ici et maintenant) me satisfait.

    P.S.: Comme j’aurais bien aimé être Raimu et vous Lauren Bacall, il y a peu de chances que nous nous fussions rencontrés. Et cela aurait été dommage.

    J'aime

  5. Zerbinette, 20h57,

    Vous êtes comme une mère pour moi, une véritable mère et seules les mères savent….etc.

    Sinon et blague à part, ne trouvez-vous pas que cette affaire a assez duré ? Que les non-dits et autres allants de soi, les postures d’un moment, s’ils échappent trop à la clientèle, mériteraient une lourdinguerie appuyée, très contemporaine, genre rondelle ricanante, indigeste, vulgaire et jaune ictérique. Pour dire en « Somme », là maintenant je déconne…

    PS : Au fait, c’est quoi votre cadeau ???… J’ai ciré mes chaussons ; ils attendent devant la cheminée.
    ________________

    Leveto, 22h51,

    Peut-être confondez-vous, au fournil de PACA, la Bacall idéale et la Crowford pressentie.

    J'aime

  6. Wikipedia, maintenant consulté, me dit qu’il faut écrire « Crawford ».
    Et dire que je le savais !… Ravages de l’âge et des breuvages!

    Mais ne le dites pas à Rose… surtout pas.

    J'aime

  7. leveto, je lis régulièrement V V le topo avec un grand intérêt mais je n’y fais que de très rares commentaires. Vous connaissez sûrement ce précepte : qui a deux femmes perd son âme, qui a deux maisons perd la raison ; pusilanime et paresseux, je crains que ce soit pareil, qui suit deux blogs perd je ne sais quoi (d’ailleurs, vous le voyez, je ne trouve pas de mot avec la rime en …ogue, qui conviendrait.)

    J'aime

  8. @ zerbinette :

    En lecteur assidu de Vous voyez le topo, il y a belle lurette que j’ai noté la présence régulière d’harald (bien qu’il commente rarement ici).

    Par conséquent, ce n’est certainement pas à son insu que j’ai écrit ma réponse irritée à votre agression délirante. Il était évident qu’il la lirait.

    Votre commentaire récent sur LSP est donc à la fois pathétique et infâme.

    Pathétique par son côté : « M’dame, m’dame, y’a Jacques C qui a tiré la langue ».

    Infâme par le fait d’exporter sur un autre blog une discussion qui se tenait ici. Dans les forums internet, cela s’appelle le « postage croisé » (ou plus souvent le cross-posting) et cela vaut généralement à son auteur une suspension pure et simple du forum concerné. Et c’est la moindre des choses, car des propos tenus en une certaine compagnie ne sont pas destinés à une autre compagnie, des propos tenus dans un contexte ne sont pas destinés à un autre contexte, et cette pratique est, depuis le début d’internet, considérée comme contraire à l’éthique.

    Comme les lecteurs de Vous voyez le topo sont en grande majorité des lecteurs de LSP (mais la réciproque n’est certainement pas vraie !), il arrive que l’on fasse ici des clins d’œil à une discussion élespéenne (comme ici avec harald… sachant que j’avais pris soin de ne pas importer notre discussion élespéenne elle-même, pour les raisons expliquées plus haut). Mais exporter vers LSP, en tant que telle, notre discussion ici… 😦 😦

    Vous venez de passer un seuil de plus. C’est bien, continuez à m’étonner : je ne pensais pas que vous arriveriez jusque-là, je suis maintenant convaincu que vous pouvez encore faire pire.

    Non contente de refuser de reconnaître l’incongruité et l’absurdité de votre agression du 14 à 9h24, vous avez bel et bien l’indécence stupéfiante d’en rajouter, et d’en rajouter encore… 😦

    Et dire que tout ça vient d’avoir voulu VOUS aider, par un commentaire anodin et aimable. Internet rend fou.

    J'aime

  9. Jacques C, je n’aime pas employer des mots grandiloquents à tort et à travers, donc je ne trouve ni infâme ni pathétique, mais désobligeant et peu élégant le fait d’avoir exporté ici sous un prétexte fallacieux les griefs que vous aviez contre Harald à l’occasion d’une discussion sur un autre blog.

    J'aime

  10. Jacques C

    La question, dans ce genre d’affaire, est de savoir qui va céder – entendre par là, laisser le dernier mot à l’autre.

    Mon père avait à ce propos une technique parfaitement maîtrisée, consistant à conclure par un « Je considère que j’ai raison, brisons-là » qui coupait court à tout argument. Il était manifeste, de la façon dont il le disait puis passait sans transition à la météo que le sujet était clos. Toute tentative pour argumenter à nouveau se heurtait à un mur – Dieu sait combien j’ai pu m’égosiller, claquer les portes, balancer des allusions vachardes les jours suivants etc.

    Plus tard, dans un contexte professionnel, j’ai constaté ce fait troublant : les acharnés – entendez, ceux qui veulent qu’on reconnaisse leur bon droit coûte que coûte, au nom de la justice, de la raison, de l’évidence des faits ou que sais-je encore – se brûlent rapidement ; au mieux on les prend pour des excités, au pire pour des emmerdeurs. Notez le glissement : absolument plus personne ne s’intéresse au pourquoi du comment, à savoir qui a tort ou raison (comme dirait TRS, tout le monde s’en fout), on remarque simplement leur insistance à ne pas lâcher un morceau qui n’intéresse qu’eux. Certes, ils gagnent à l’usure, parce qu’à un certain point, quand on en a marre de les entendre, on ne leur répond plus. Mais c’est une victoire à la Pyrrhus, dévastatrice – et surtout, souterraine, non-dite. On fait le vide autour de soi, et on ne sait pas pourquoi.

    Je dis ça, je ne dis rien.

    J'aime

  11. @ Aquinze :

    [Ceci est juste un aparté. Ceux qui ne s’appellent pas Aquinze ont le droit de ne pas lire ce commentaire (je n’ai pas de moyen de lui répondre en privé).]

    C’est précisément pour cette raison que j’avais répondu précédemment à TRS, et maintenant à vous. Un incident incident (!) sur LSP avait imposé une dernière mise au point, mais je ne compte pas entretenir ce qui n’a pas lieu d’être, et qui n’a jamais eu lieu d’être.

    Je suis juste un peu surpris que vous vous adressiez uniquement à moi, alors qu’il me semble que ce type de situation implique par définition qu’il y ait deux personnes (au moins). Mais je suppose que je dois prendre cela comme un honneur, suggérant que vous attendez de moi cette suspension (j’ai trouvé « rompement », qui semble utilisé en escrime, mais le TLFi ignore cette forme).

    Ce commentaire n’est qu’une réponse à celui que vous avez posté à 19h22, et n’a aucun autre objet.

    J'aime

  12. ► harald | le 16 décembre 2013 à 14:53

    Votre recherche de rime en …ogue me fait irrésistiblement penser à ce qui s’apparente à une blague de blonde…

    Grâce à la pédégère* de Yahou! on sait que Bogue et informatique peuvent faire bon ménage…

    * oui, je sais…

    J'aime

  13. Aux uns et autres

    Il ne vous aura pas échappé que certains commentaires disparaissent aussitôt qu’écrits. Que leurs auteurs ne m’en veuillent pas: cela n’est bien sûr pas de mon fait. Je fais mon possible pour les récupérer mais cela demande une disponibilité que je n’ai pas toujours, sans compter que, même dûment approuvés par mes soins, certains commentaires sont à nouveau rejetés ( la série d’émoticônes de Zerbinette du 15 décembre 2013 à 23:36 s’est ainsi déjà retrouvée trois fois à la corbeille …).

    Siganus Sutor : je ne vous connaissais pas ces talents alexandrins!

    J'aime

  14. Leveto, mes émoticônes ne sont pas impérissables, c’était juste une petite friandise pour TRS pour accompagner les teignes momifiées ; à présent il l’a sûrement goûtée, ne prenez plus la peine de la repêcher si elle sombre à nouveau !

    Siganus, vous buvez du thé avec la choucroute ? Pouah !

    J'aime

  15. Une commune française avec un nom purement anglais, ce cas doit être exceptionnel ?
    Rédigé par : zerbinette | le 14 décembre 2013 à 09:24 | |

    Probablement, Zerbinette, et aucun autre ne me vient en tête.
    J’ai pourtant ça en stock : une localité baptisée vers le début du XVIII° siècle du nom d’un gentilhomme immigré, pas anglais celui-ci, mais d’une autre provenance, bien douteuse elle aussi.
    Baptisée ainsi à la même époque que Fitz-James, à quelques très petites années près.

    Pourtant, à une époque relativement récente, elle a été mariée à une autre… honnêtement, administrativement et Jacques C n’y est pour rien, cette fois-ci. Ne l’accablez plus.
    Elle n’a pas souhaité alors conserver son nom de jeune fille mais celui-ci persiste pourtant dans l’usage, sur Google images et ailleurs, accolé au nom de la commune désormais cheftaine… de famille.

    Désolé, Zerbinette, là non plus je vous donnerai pas « d’indices bizarres » : vous êtes une trop fine lame et, face à l’adversité, vous savez toujours rester brave comme votre épée.
    ____________

    Pour Aquinze, qui aime les belles illustrations :


    _____________

    Pour Leveto, expert en déco kitch de blasons : un peu de laurier, des montagnes et des léopards…
    Mais c’est sans doute trop lui confier ! Il est capable de vous griller, ce vilain bougre.
    _____________

    Et pour moi ?… rien d’autre que désolation amère…
    Dans l’affaire des « fons, fonts et petites fontainettes », je ne trouve aucun débit de proximité satisfaisant et qui propose à la clientèle des breuvages d’homme.
    Même si à Fontaine-Bonneleau les eaux y sont bonnes, dit-on… je ne me sens pas d’humeur à retrouver celles de la Celle : – Fontaine, je ne boirai pas de ton eau !… Nan mais, à l’eau moi ?… Pas question !

    J'aime

  16. Leveto, vous vous donnez trop de mal pour moi, ces crêpes n’en valent pas la peine. Ceci dit, je ne vois pas en elles ce qui peut provoquer l’ire des mau-vais-dérateurs.

    TRS, vous êtes trop bon de vouloir me tirer de mon ennui provincial, mais je crains de me faire griller aujourd’hui, la faute à un petit-fils envahissant.

    J'aime

  17. Zerbinette
    j’ai le regret de vous informer que vos émoticônes se sont retrouvés pour la quatrième fois à la corbeille : je les y laisse.
    TRS
    j’avais mis votre devinette de côté et je l’y avais oubliée. Je m’y remets dès que… possible.

    J'aime

  18. Vite fait, j’ai bien trouvé un Chevalier de Saint-George fine lame, né esclave en Martinique (comme immigré, c’était pas mal), escrimeur de talent qui a une fiche wiki d’une longueur impressionnante et des communes qui ont effacé Saint-Georges de leur nom mais malheureusement aucun lien visible entre les deux et pas beaucoup de temps !

    J'aime

  19. Une commune française avec un nom purement anglais, ce cas doit être exceptionnel ?
    ( zerbinette, le 14 décembre 2013 à 09:24)

    Avec une légère déformation du nom ( et sans parler du Kremlin-Bicêtre ou Bicêtre serait un déformation de Winchester):
    Hastingues (Landes), bastide — devenue village — fondée en 1304 par Jean de Hastings, sénéchal anglais de Gascogne, qui lui a donné son nom.

    Nicole (Lot-et-Garonne) est une déformation de Lincoln, nom d’une ville anglaise que les Anglais ont donné à une bastide fondée en 1293.

    J'aime

  20. Zerbinette,

    Votre Chevalier de Saint-George ne fait pas l’affaire :

    1. Le nom sonne trop français.
    2. La dénomination nouvelle est survenue en 1716, tandis que Saint-George n’était pas né encore.
    3. Ceci dans un contexte géo-politique qui était bien compliqué : je renonce à en parler. Voir Wiki ou ailleurs.
    4. Vous avez bien perçu l’allusion à l’escrime.

    Le toponyme tient donc en 5 lettres venues d’ailleurs. Et qui restèrent telles quelles, jusqu’à maintenant.
    Cinq lettres qui ont eu aussi une descendance dans notre vocabulaire, pour désigner un type armé (de mauvais genre), une arme et un animal aquatique.
    _______________

    PS : Je vous envie d’avoir encore à garder vos petits-enfants le mercredi : les miens deviennent « ado », c’est plus vraiment pareil.

    J'aime

  21. TRS :

    J’ai mis un peu plus de temps que prévu à chercher la solution à votre devinette mais je l’ai finalement trouvée !
    Je laisse à Zerbinette le plaisir de chercher et de nous donner elle-même la solution, en lui conseillant de bien relire les indices donnés à Aquinze et à moi-même dans votre premier commentaire et de ne pas oublier vos « petit un » et « petit quatre » de votre dernier commentaire qui donnent quasiment la solution.

    J'aime

  22. De sable à deux fasces d’argent chargées de deux lions léopardés de gueules ; au chef d’or à la bande d’azur chargée de trois monts d’argent côtoyée de deux couronnes de laurier de sinople.

    En 1716, Silvestre de Spada gentilhomme italien qui portait d’azur à deux épées d’argent en sautoir, fit l’acquisition de la seigneurie de Maizey. Par lettre patente du 2 mai de la même année, le duc Léopold l’érigea pour lui en marquisat, avec ce blason. Aujourd’hui, Lamorville regroupe la plus grande partie des anciennes communes relevant du dit marquisat : Gerbeuville, aujourd’hui Spada, Deux Nouds aux Bois, Lavignéville et Lamorville.

    Je n’aurais jamais trouvé ! Sauf à écumer les listes de wiki sur les communes supprimées par département….mais j’ai quand même une autre vie à côté d’internet ! Hier soir j’ai fait quelques tentatives avec le blason mais comme ce dernier n’arrivait pas automatiquement j’ai arrêté. Quant à l’indice Dysney, je ne l’ai toujours pas compris ?

    Je savais bien que ma première réponse n’était pas la bonne, mais c’était pour vous montrer toute ma bonne volonté… J’avais cherché avec sabre, épée… mais en français, ne sachant pas quelle était pas la bonne langue.

    PS : TRS il y a des ados qui n’ont que 2 heures de cours le mercredi matin et qui en plus s’invitent en pension…

    J'aime

  23. Bravo Zerbinette,

    L’indice « Disney » ?…

    DEATH CITY = « mort + ville » = soit, par la fantaisie d’une oreille machincourtoise, LAMORVILLE, l’actuelle localité qui, en son temps, a absorbé goulûment « Gerbe-Ville » alias SPADA.

    Mais c’est pas tout ça, ma berrichonne préférée… moi aussi j’ai des obligations sévères qui me « dé-rivent » de l’Internet à plein temps : je suis invité au repas de Noël de ma cantine scolaire !… A 11h30 !
    Faut donc que j’repasse vite fait une chemise propre.

    J'aime

  24. Je ne cherchais que d’un oeil, mais ce Cinq lettres qui ont eu aussi une descendance dans notre vocabulaire, pour désigner un type armé (de mauvais genre), une arme et un animal aquatique. m’avait emmené du côté de … Marly (marlou, marlin, marlin/merlu, toussa toussa). Mais pas très loin.

    Bon je file à mon tour, train à prendre.

    J'aime

  25. Ah! Jsp! Ces embrouilles sont tout le charme des débats modernes!
    La disputatio se fait désormais sur les blogs! 🙂

    Mais vous verrez, j’en fais le pari : ceux-là qui se disputaient aujourd’hui sur un sujet bêta s’accorderont sans doute demain sur un sujet alpha …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s