Photo finish ( réponse aux devinettes)

Voici les réponses aux devinettes :

Jsp, la première, a trouvé la réponse à la n°1, bientôt suivie par Zerbinette et TRS. Les mails se sont ensuite succédé à une telle cadence que je ne sais plus— et que j’ai la flemme de rechercher ! — qui est le premier ou la première à avoir donné les bonnes réponses (TRS pour le château, me semble-t-il). En conséquence, je déclare tout le monde ex æquo, ce qui revient à annuler le concours et m’oblige à organiser une nouvelle épreuve ( il ne me reste plus qu’à l’inventer!).

Rosières :

cette marque d’électroménager est née en 1869 à Rosières dans le Cher qui bénéficiait d’un sol riche en minerai de fer et de l’eau du fleuve pour faire tourner ses moulins et ses forges. Rosières est aujourd’hui intégrée dans Lunery. Le site officiel de la marque comme la page wiki donnent comme étymologie : «  Rosières, en 1102 s’appelait Rosarie, (dérivé du latin qui voulait dire lieu planté de rosiers) ». C’est, malheureusement, faux. Comment imaginer un champ de roses, alors que l’on ne commence à la cultiver —  celle des apothicaires,  Rosa gallica officinalis   « rapportée des croisades par Thibaud IV de Champagne en 1240  » — que bien plus tard ?

Rosières doit en réalité son nom au germanique raus, « roseau », avec le suffixe -aria, comme les autres Rosières, Rosay, Rosey, Roussière et plusieurs autres formés sur le même radical.  Des roseaux au bord du Cher moyenâgeux, n’est-ce-pas plus réaliste que des roses ? Le latin rosa, « rose » , accompagné du suffixe -aria a donné des noms comme Les Rosiers ( M.-et-L.), Rouziers (I.-et-L.), Le Rozier ( Loz.) et quelques autres, tous masculins. La plupart de ces noms désignaient en fait l’églantier et certains d’entre eux peuvent aussi sans doute être joints à la liste précédente.

Ah! oui ! Le roseau : d’où l’indice.

devinette 14 11 14-2

Burlington :

la marque de chaussettes doit son nom à la ville américaine de Caroline du Nord où fut implantée la première fabrique, comme nous l’apprend le site officiel de la marque :

« Burlington Industries ( … ) , received its name from the town of Burlington, North Carolina,  » .

Burlington est un nom importé aux États-Unis  d’Amérique en 1763 dans l’État du Vermont par les colons issus de la famille des comtes de Burlington, seigneurs d’une ville anglaise appelée aujourd’hui Bridlington, station balnéaire sur la côte est du Yorkshire. Bien plus tard, d’autres villes, dans d’autres États, furent baptisées du même nom par des pionniers et surtout par les compagnies de chemin de fer qui créaient ex nihilo des stations et utilisaient des noms qui leur étaient chers. C’est ce qui s’est passé en Caroline du Nord avec la North American Railroad en 1850. L’étymologie de Burling est, elle, très incertaine, sachant que les formes anciennes Berlington, Brellington et Britlington semblent peu sûres et se contredire.

Ah! Oui! La marque de fabrique de Burlington, c’est la chaussette aux losanges.

D’où l’indice :

devinette 16 nov 14

Saint-Gobain

La Manufacture royale de glaces de miroirs , fondée sous Louis XIV en 1665 s’est établie en 1693  à l’emplacement du château médiéval de Saint-Gobain, dans l’Aisne.  Cette commune — article wiki indigent : pas de lien — a été nommée en hommage à un moine  irlandais, Gobbanus, qui a choisi de se faire ermite dans la forêt de Voas. Son histoire, succincte mais qui cite sa source, vous est contée ici  et sa légende encore mieux.

Ah! oui! Les glaces, la galerie … d’où l’indice.

devinette 14 11 14

11 commentaires sur “Photo finish ( réponse aux devinettes)

  1. Leveto,

    Pour ne pas que votre présent billet reste vierge de commentaires, je me dévoue car j’ai le goût du partage… et puis, la virginité n’est pas un état enviable.
    Donc (et pour faire bref), à l’occasion de vos trois devinettes coriaces – et comme cela est arrivé à Zerbinette* – il m’est revenu deux choses violemment toponymiques et liées étroitement à des noms de marques.
    Comme je n’ai pas le goût des chaussettes américaines et que les tours de l’île Maurice et de la Corse réunies m’étaient parfaitement inconnues, je n’évoquerai maintenant que des « marques » et « endroits » de la France continentale, tendrement logés en mon département.

    Ce qui économise en excursions coûteuses à forte « empreinte carbone ». Et évite aussi toutes les errances où l’on se désespère.

    * Je n’ai pas négligé votre devinette, Zerbinette. J’y ai même consacré une bonne heure (et peut-être plus) en suivant tous les préceptes de Gro Zippo… en vain !

    J'aime

  2. Première évocation du jour :

    1. Un toponyme au nom charmant – tout autant et plus encore que Rosières – et un endroit qui fut bucolique.

    2. Quand arrivèrent les années 20, il fallut bien ravauder le tissu industriel en charpie de notre patrie malmenée par les Boches.

    3. Ils ont mis la main à la poche, ceux-là, et ce furent les dommages de guerre, l’occasion de grandioses réalisations.

    4. Ainsi, en cet endroit innocent, furent donc construits des bâtiments capables de recueillir une entreprise d’envergure mondiale qui fait toujours dans la fourniture pour le bâtiment mais aussi pour l’automobile.

    5. Un peu dans le genre de configuration « Lunery/ Rosières », le bourg ancien persistera en adoptant en son sein une cité ouvrière nouvelle. Avec logements, école, salle de cinéma…etc.
    Maintenant, l’ensemble est d’une parfaite homogénéité et, depuis des lustres, la municipalité y est communiste et a longtemps profité de la taxe professionnelle… ce qui ne fut que justice.

    6. Indice ultime… pour que les choses ne s’éternisent pas : une façon de conte, mâtiné de spoken blues.

    J'aime

  3. Seconde évocation :

    1. Une entreprise qui fut longtemps « leader mondial » en son domaine.

    2. Rurale de naissance, elle vit le jour à la ferme. Dans une ambiance « purin et fumier » d’après 14/18… et bien avant tout le Plan Marshall et son volet agricole.

    3. C’était donc après 14/18 et ce fut le fait d’un entrepreneur réchappé du conflit et des tranchées établies à la pelle de sapeur et à la sueur de bidasse.

    4. Celui dont je parle est aussi le parfait homographe d’un écrivain fameux du XX° avec lequel il partage la même année de naissance, au XIX° siècle.
    Il en est qui proposent de la prose et d’autres, des emplois.

    5. Cet entrepreneur eut la modestie de ne pas baptiser sa société de son nom : il a simplement regardé ce qu’il voyait depuis sa ferme, désigné par une sorte de micro-toponyme à l’usage restreint des habitants de sa commune et énoncé en patois picard.
    Soit deux noms communs reliés par une préposition et désignant un endroit de la commune, affecté à un usage très particulier, traditionnel et fonctionnel… mais désuet maintenant.
    Il a amalgamé le tout en un seul vocable de 6 lettres… puis, la prospérité venant, de 7 lettres.

    6. Indice paysager :

    J'aime

  4. TRS, je n’ai (malheureusement) pas le temps de me pencher sur vos évocations pour le moment. D’autant qu’en Berry, il fait un soleil radieux.

    Leveto, à la suite de ce que vient d’écrire TRS, combien de vos lecteurs ont trouvé les trois réponses ?

    J'aime

  5. Zerbinette,

    Ô ma Dame du Berry, cérébrale du cortex,
    Tous mes deux yeux et mes larmes émues se plaisent
    A vous retrouver, investigatrice balèze…
    Et dire que je n’ai pas en poche un seul kleenex !

    …. blablabla de galanterie avant considérations plus sérieuses

    Mais sûr que vous ne méritez pas la quenouille !
    Zieutez plutôt au fond du tain de votre glace
    Comme les lieux, au fil du temps, un jour se remplacent,
    Et vont alors où coassent les gentilles grenouilles.

    J'aime

  6. leveto, ce sont les losanges qui m’ont permis de trouver Rosières …
    comme quoi, un cheminement peut en cacher un autre !
    J’ai d’abord cherché dans ma tête un nom de marque française d’électroménager qui ressemblerait à un toponyme, puis, losanges + logo images ,et je suis tombée sur le blason de Lignéville http://www.genealogie-bisval.net/blasons_communes_vosges/L/ligneville.html où fut une famille Rosières…mais c’est bien sûr! Sauf que Rosières la marque ne vient pas du sieur de Rosières, mais d’un patelin du Cher. 😉

    J'aime

  7. À tous

    Un week-end loin de mes bases pour rendre visite à mon benjamin qui vient — enfin! — de décrocher un CDI ferme et définitif, un brouillon de billet à mettre au propre, des bricoles à faire ici ou là … voila qui explique que je ne reviens vers vous que si tard.
    Jsp : du blason losangé de Lignéville à Rosières, fallait y penser! J’avais imaginé, plus simplement, qu’une cuisinière Rosières trônait dans votre cuisine…
    TRS : j’ai bien lu vos évocations mais je n’ai plus trop le temps de m’y mettre, croyez bien que je le regrette. Je vois que Zerbinette a déjà fait la moitié du boulot …

    J'aime

  8. Com finish

    Ne comprenant pas très bien l’énoncé de la première évocation du sieur TRS, je me contenterai du quartier de Chantereine (chante grenouille), à Thourotte dans l’Oise, mais aucune marque ne porte ce nom à ma connaissance, puisque c’est l’usine Saint-Gobain, donc on ne peut pas faire le parallèle avec Rosières.

    J'aime

  9. Zerbinette,

    C’est une excellente réponse, parfaitement adaptée au N°1 de l’évocation première: -J’ai coutume de toujours désigner d’emblée l’objet de votre quête.
    Il ne s’agissait donc que de trouver un simple toponyme désignant « l’endroit où chantent les grenouilles ».
    Le rapport entre Thourotte (avec Chantereine) et Lunery (avec Rosières) qui vous inquiète tant ne se trouve que dans la configuration urbanistique et sociale de ces deux communes : un lieu-dit, un vague hameau qui, par l’effet historique des pratiques industrielles de ces époques, prendra une importance considérable et se révélera un bassin d’emploi assorti d’un chambardement démographique.

    J’ai vécu durant bien des mois épouvantables tous les tracas de l’élaboration d’un PLU de campagne– censé prédicter un avenir à mes administrés et à mes terres en souffrance de viabilisation.
    C’est vous dire comme ces choses programmatiques ont compté pour moi… en des temps où les charmes discrets de la chose toponymique m’étaient inconnus.
    Rétrospectivement, il m’en vient à envier l’autocratie d’entrepreneurs un peu saint-simoniens qui faisaient leurs affaires hors de toute réglementation, avec une administration complaisante.

    Si vous insistiez maintenant, je vous dirais qu’il existe aussi un vague rapport toponymique entre les cités industrielles des rives du Cher et de celles l’Oise : un Chantereine du côté de Thourotte et un Chanteloup, dans certain lieu-dit de Lunery…

    Il parait qu’il existe aussi des Chantalouette, des Chantecaille, des Chantecoq … et même, l’imaginerait-on, des Cantecocu !
    La toponymie, quand elle se mêle de criailleries zoologiques, ne semble trouver de limites que bien au-delà des bornes du lyrique convenu et ordinaire…
    ____________

    Pour Poclain… ou Poclin… ou Poq’ à lin… avouez qu’il s’agit d’une anecdote charmante, à propos du rouissage, une pratique qui fut – d’après les services de DDASS de l’époque, vers 1780- l’occasion miasmique, pathogène et létale d’une vingtaine de défunctations à Machincourt, paroisse chanvrière… En si peu de temps, à peine un mois ou deux.

    _____________

    Documents de corpus :

    1. Chantereine :
    http://www.histoire-compiegne.com/iso_album/a-vendredi_8_juin_1923.pdf

    2. Poclain :
    http://www.universcience.tv/video-pelle-mecanique-1951-4093.html

    (Où l’on voit tout l’apport de cette société au monde de « la construction »… et de la reconstruction d’après 40…avec logements à gogo, entre autres et quand la pelle hydraulique oubliait celle du sapeur de 14)

    3. Le député-maire de Thourotte, ancien salarié de Chantereine et all dressed in « blue ouvrier », à l’Assemblée nationale :

    On s’est souvent tapé sur le ventre, histoire de comparer nos avancées abdominales et aussi par sympathie et pour la déconne.
    Il peut sembler une sorte de caricature mais c’est un coeur d’or, un peu réac’ de moeurs et avec toute cette suspicion qu’il sait avouer quant aux mélenchoneries .

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s