Commercy ( réponse à la devinette)

madeleine commercy

Il aura fallu attendre la publication des deux indices pour que la réponse à ma dernière devinette me soit donnée. Le premier à le faire est un nouveau venu chez moi, qui s’est fait connaître chez Langue sauce piquante sous le pseudonyme Est-ce le brosseur, bientôt suivi par TRS.

Il fallait trouver la devise « Qui mesure, dure » de Commercy .

Ce proverbe, en usage au XIVe siècle, signifie que le pouvoir social n’a de stabilité qu’autant que celui qui en est revêtu se subordonne aux règles immuables de l’équité.

( c’est extrait de ce site )

Où était-elle cachée cette devise?

Contrairement à d’habitude dans ce type de devinette — il faut bien pimenter la sauce, n’est-ce pas ?— la solution n’apparaissait pas  directement mais sous la forme d’un acrostiche : chaque lettre capitale en initiale de mes phrases fournit, dans l’ordre (faut quand même pas exagérer! ) une des lettres de la devise de Commercy. C’est, bien sûr, et je m’en réjouis, cette nouveauté qui a perturbé mes devins habituels.

Les indices, sans doute évidents après coup:

  • Capitale de la douleur : puisque cette histoire de lettres capitales semble avoir fait souffrir la plupart de mes lecteurs.
  • Du côté de chez Swann : parce que l’anecdote de la madeleine, connue de tout le monde — même de ceux qui n’ont jamais lu Proust —  y figure. Et chacun sait que  la madeleine est la spécialité de Commercy.
  • Commercy se targue aussi d’être la capitale de la madeleine, d’où ce que j’ai appelé le troisième indice…

culdeco

Un peu de toponymie ( quand même )

Ceux qui ont bien pris des notes lors de la lecture de mon blog se souviennent sans doute que la finale en -y- est, dans le nord-est de la France, le résultat d’un suffixe en -acum suivant le plus souvent un nom propre dans un sens d’appartenance : « untel-acum » signifiant « chez untel ».

Sachant que ce suffixe est la latinisation du gaulois -aco, de même sens, il est difficile de choisir entre les  noms attestés gaulois (Comartius), gallo-romain ( Commarcius) ou même romain ( Commercius)

Sauf que ( ben oui, sinon à quoi à bon ?) le –m- géminé de Commercy ne peut pas s’expliquer par le gaulois Comartius et que la forme la plus  ancienne connue du nom de la ville ( Commercium en 971 ) ne correspond pas aux noms Commarcius ou Commercius.

Le toponyme est donc, plus vraisemblablement, forgé sur un appellatif latin médiéval, attesté au XIè siècle en Lorraine, Commarchia, au sens de « région limitrophe » ( on y reconnaît par exemple les « marches » du royaume carolingien) accompagné du suffixe latin collectif -etu. La forme en -acum du XIè siècle ( Commerciacum en 1033) pourrait n’être alors qu’une réfection latinisante, habituelle à l’époque où deux suffixes romans donnent des résultats semblables*.

cul-de-lampe-03

Et, puisque tout doit finir en chanson — ça faisait longtemps, non? — voici l’indice auquel vous avez échappé :

Connaissez vous un autre chanteur qui vivait ses chansons autant que Brel ? On comprend en le voyant interpréter ses textes qu’il était plus acteur que chanteur. Ah! ses adieux en 1966 à l’Olympia ( avec † Michel Delpech en première partie)…  À savourer ( comptez une bonne heure …mais quelle heure !) en suivant ce lien.

Mon Dieu! ( il n’y a bien que pour lui que je me permets cette exclamation, il en comprendrait, j’en suis sûr, toute l’ironie) ce « verbe d’antan » et ces vieux « qui dorment trop longtemps », comme cela résonne aujourd’hui …

Je suis aussi allé vérifier et je peux confirmer qu’à Amsterdam, tout ce qu’il chante est vrai.

Et, en 1966!, il parlait déjà ( et se moquait un peu ) du « conflit des générations » à venir et faisait un gay de celui qui venait rechercher ses bonbons. Allez, au suivant! ( écoutez-en bien les paroles …) et, surtout, ne le quittez pas, en robe de chambre, après le générique de fin …

cul-de-lampe-03

Manque d’inspiration pour une devinette, cette semaine …

*cette hypothèse, convaincante, est celle de Pierre-Henri Billy, cf. ma bibliographie.

Publicités

32 commentaires sur “Commercy ( réponse à la devinette)

  1. « En panne de devinette », Leveto ?… Pas de souci, la société SOS TRS est là pour vous dépanner.

    1. Une localité qui s’écrit avec 7 lettres

    2. Son nom a à voir avec la nature des lieux, vaguement le relief, l’aspect… disons avec un type de paysage et ceci selon Wikipedia qui a toute ma confiance.

    3. Pour qu’il y ait du suivi dans les affaires, j’ajoute qu’elle a aussi à voir avec Brel bien que ce dernier n’en ait jamais parlé dans ses chansons… du moins à ma connaissance.

    4. Un indice en chanson ? OK

    ___________________

    Bon, ça c’est fait. Passons aux remerciements que je vous dois, Leveto suite à l’éloge que vous faites de ce Brel qui m’est si cher depuis toujours.

    -Est-ce que je connais un autre chanteur qui vivait ses chansons autant que Brel ? Non, je ne crois pas… mais une chanteuse, oui, et je dirais Piaf.

    Je connaissais le concert que vous avez mis en lien… mais connaissez-vous cet entretien ?
    https://vimeo.com/18512041

    P.S. (et pour que ça aille vite) deux autres indices violents «se glissent» quelque part… mais où ?

    J'aime

  2. Brel – suivi affaires – madeleine (de Commercy) – prénom -> Jef -> jacky au bar « le Congo » (belge) @ Carcassone – 7 lettres ? (en / avec) -> C A R S O N E (=7)
    ____________________
    Indices violents – quelque part – dans l’énoncé de la devinette ou dans la digression qui suit ?

    J'aime

  3. >Brosseur,
    Vous permettez que je vous appelle Brosseur ?… parce que votre pseudo, moi, je ne peux pas m’y faire. Merci d’avance.

    Mais faisons quand même le bilan :
    De votre proposition embrouillée, je ne garde que Brel. Le reste ? à la déchetterie !

    ___________

    Comme je ne souhaite pourtant pas vous laisser en panne sèche, je vous amène de quoi permettre à vos neurones de carburer un peu mieux :

    – Cette localité avec ses 10.000 habitants est une ville, une vraie ville.

    – Elle n’est distante de ma sous-préfecture que de 300 petits km. J’y suis donc allé plusieurs fois, dont une, il y a une trentaine d’années, pour de strictes affaires de miel. Ce qui ne serait plus possible aujourd’hui : le monde change tellement, moins d’abeilles et davantage de ralentisseurs.

    – A propos de ma sous-préfecture, l’office du tourisme me charge de vous remettre ceci à titre d’information, spectacle du 22 janvier prochain au Théâtre impérial:

    -J’ajoute, à tout ce qui précède et si cela ne suffisait pas, la photo d’une bien jolie personne en décor naturel :


    ______________

    Et puis aussi une chanson de circonstance, celle-ci garantie sans le moindre indice inside… C’est juste pour l’émotion :

    J'aime

  4. Bon ça devrait simplifier le travail ‽
    Maromme, Étaples, Obernai, Cogolin, Vauvert, Monteux, Ostwald, Mazamet, Thouars, Oignies, Riorges, Carmaux, Bondues, Aubière, Panazol, Jeumont, Lillers, Loudéac, Valréas

    Je reviens.

    J'aime

  5. >Brosseur,

    Vous me dites, entre autres propositions inadaptées, Valréas… cette métastase du Vaucluse installée dans un département innocent?…

    Vous n’y êtes vraiment pas et il y a bien 700 km (ou davantage) de zone tampon, de cordon sanitaire entre cette écornifleuse potentielle et Compiègne, fière cité avec arrondissement à préserver des patelins migrants venus de PACA.

    Vous me dites aussi vouloir « revenir » ici…
    Très bien, mais, dans ce cas prenez le strict nécessaire : un peu de temps de réflexion, une boussole et un odomètre en état, étalonné à 300 km maxi… pour les petites routes et 250 par les autoroutes.

    Prenez aussi compte de ceci : le nom de la localité réclamée est aussi celui d’un type de paysage avec écosystème particulier. Un paysage qui a sa fiche documentée sur Wikipedia.
    Un peu comme si Chemin-Creux, Les Dunes, Larris, Marécage, La Plaine-Céréalière, Toundra, Marais-Salant, Alpage, Garenne, ZAC ou Zone Inondable étaient aussi des noms de localités de 10.000 hab ayant un rapport biographique et professionnel avec Jacques Brel, ce chanteur belge, ACI + acteur + réalisateur + aviateur + navigateur + buveur de bière et fumeur de tabac brun…

    J'aime

  6. Je vois bien que le Tortionnaire Roublard de la Sentence commence à déprimer parce que personne ne s’intéresse vraiment à sa devinette, alors par pure gentillesse et au pif je propose Falaise*, il parait que le nid d’amour de Jacques Brel et Suzanne Gabriello perchée sur la falaise (d’Equihen) a été détruit.

    * bien que la population semble plus proche des 9 000 que des 10 000 mais comme le Picard est roublard et n’est pas à une approximation près…. ce sera ma BA du jour.

    J'aime

  7. Zerbinette, Vous « ma faiblesse »,

    Vous êtes bien gentille de vous soucier de mon humeur… cependant ce n’est pas la déprime qui me gagne mais simplement l’impatience.

    Avec « Falaise » vous n’y êtes pas : erreur de boussole mais, avec Equihen, vous vous rapprochez. Encore une centaine de bornes et 82 ralentisseurs.

    En matière d’élucidation et s’il faut toujours « chercher la femme », alors Suzanne n’était qu’une mauvaise pioche.
    Voyez plutôt avec celle-ci… du moins pas la « gentille maîtresse », mais l’autre, si délicieusement coquine.

    Et si je ne craignais pas de voir mon message mis en attente pour cause de surcharge pondérale, je vous glisserais bien aussi un lien vers l’antique Out of Gaz de Floyd Robinson.

    Mais en voilà assez pour ma BA du jour… et en découvrant la solution, Zerbinette, vous ne verrez pas la moindre trace de roublardise dans mes propos.
    Vous ne pourrez alors que regretter d’être un peu presbyte.

    J'aime

  8. TRS
    je ne me mets à votre devinette que maintenant et je profite du déblaiement opéré par mes prédécesseurs.
    Si je dois compter 100 km après Equihen ( merci, Zerbinette) je suppose qu’il s’agit de m’éloigner de Compiègne et donc je poursuis ma route vers le nord.
    Si je compte bien, ces 100 km supplémentaires peuvent me faire traverser la frontière belge. Le piège — et la référence à Brel — serait-il donc là ?

    Si c’est le cas, je vous propose La Panne, qui « tire son nom de celui des zones interdunaires humides, également appelées pannes.»

    Via Michelin me donne 241 km par les autoroutes et 291 par les petites routes.
    La Panne comptait 10 772 habitants au 01/01/2015.
    Jacques Brel a tourné certaines scènes de son film Franz, avec Danièle Évenou, dans cette station balnéaire.

    Tout cela colle. J’envoie.

    J'aime

  9. Réponse correcte, Leveto : – Vous avez le coup d’œil !

    J’ajoute à tout ce que vous dites et pour que le public dispose d’un corrigé honnête de l’épreuve :

    – Capdevielle et « le désert »… = « Le Sahara », une portion considérable du territoire de La Panne. Un peu comme la Mer de sable pour Ermenonville.

    – L’entretien entre Brel et Franz, le patron du rade, évoque clairement en intro le film Franz.

    – Le miel et les abeilles ?… un parc d’attraction maintenant débaptisé. Voir Méli Park.

    – Le spectacle « Léon et Léonie », programmé, rappelons-le, le 22 prochain, évoque en son titre les rôles tenus par Barbara et Brel dans des paysages d’un romantisme qui me fait fondre d’émotion.
    Le film est pourtant aussi tarte maintenant qu’à l’époque de sa sortie… mais putain, les paysages et les ciels mouillés ça reste quelque chose pour un garçon aussi délicat que moi.

    – Penelope Cruz, en plein air et débraillée ?… Juste un moment du film Sahara (voir plus haut)… et puis elle est si jolie.

    – « Out of gaz » ?… simplement pour évoquer la reprise adaptée et popularisée par Sylvie V. et Frankie J.
    Voir sur You Tube.
    _____

    P.S. Pour les esthètes vigoureux et rien que pour eux… un moment de pure extase avec anatomie canon sur pellicule.
    Ici et à compter de 1:13:40 :

    J'aime

  10. « L’entretien entre Brel et Franz, le patron du rade, évoque clairement en intro le film Franz.»

    Figurez-vous, TRS, que lorsque j’ai cliqué sur ce lien, mon navigateur m’a indiqué ne rien trouver à cette adresse. J’ai donc abandonné cette piste. Je m’aperçois maintenant que c’est mon navigateur qui avait alors sans doute bugué. Mais cette piste m’aurait-elle vraiment aidé ? Pas sûr …

    J'aime

  11. Puis-je vous faire remarquer, ami Picard, que si les esthètes auxquels vous vous adressez sont vigoureux, ils n’ont pas besoin de visionner la scène que vous leur suggérez de voir ? Seuls les esthètes en manque de vigueur pourront espérer la récupérer en voyant cette scène.
    Ceci dit, ce film, que je m’étais fait une obligation d’aller voir, Jacques Brel oblige, est plus que tarte, il est nul! Et, pour un Provençal comme moi, « les paysages et les ciels mouillés » ne le rattrapent pas.
    Un échec pour Brel : il était donc humain.

    J'aime

  12. TRS, dommage que je n’ai pas eu le temps* ni le courage*(!) de chercher car pour une fois vos indices étaient parfaits ! Il suffisait de chercher ‘Sahara belge’**, on tombait sur Westhoek qui menait à La Panne et aux pannes, pas besoin de Franz, que je n’ai jamais vu.

    Ma paresse m’a envoyée dans le sable*** qui m’a menée aux falaises.

    * je n’ai même pas cliqué sur les liens….
    ** car j’avais envisagé la Belgique tout de même, Brel oblige, mais de très loin…
    *** mais rien du côté de la mer de sable…

    J'aime

  13. Dans la même région, une autre localité porte elle aussi un nom en sept lettres décrivant le paysage ( « Son nom a à voir avec la nature des lieux, vaguement le relief, l’aspect… disons avec un type de paysage » ).
    Saurez-vous me dire laquelle ?

    Indice :
    là aussi, certaines scènes d’un film d’un réalisateur devenu très populaire y ont été tournées.
    Mais je ne suis pas sûr que Jacques Brel y soit ne serait-ce que passé…

    J'aime

  14. ►Zerbinette :

    Comment ça, « pour une fois mes indices étaient parfaits » ?… mais ils le sont toujours ! Et rappelez-vous que, dans ma rue et au débit local, je reste une autorité morale : pas le genre à ruiner ma réputation en pipant les dés !

    ►Leveto :

    Sauf berlue soudaine, il me semble que mon commentaire d’hier soir vers les 21 heures, s’est maintenant évaporé. Ce n’est pas très grave mais cela fait désordre…
    C’est pourtant autre chose qui m’amène vers vous.

    En des temps héroïques et difficiles, tandis que j’allais en Week-end à Zuydcoote, je n’avais pas encore d’angoisses à caractère toponymique.
    Maintenant si… et celle-ci :- Qui faut-il croire en ce genre d’affaires et est-ce que ce monde est sérieux ?

    French Wiki :
    Zuydcoote est d’origine néerlandaise : Zuid qui signifie « sud » et Kot qui veut dire « baraques », ou possiblement le flamand zuid accompagné de schot (« clôture »).
    En néerlandais, la commune se nomme Zuidkote.

    Jusque là, ça va : je sais que zuid vaut pour le sud et le Zuiderzee pour une mer méridionale.
    Mais, si je vais vadrouiller au Wiki batave :

    Zuidkote komt van de Nederlandse woorden zout en kot. Letterlijk zou het dus als Zouthut moeten vertaald worden.

    Que l’on peut traduire ainsi : Zuidkote provient de mots néerlandais désignant le sel et une vague hutte à l’ancienne. Si l’on adaptait au goût du jour, cela donnerait Zouthut.

    https://nl.wikipedia.org/wiki/Hutn (voir Kate)

    Ernest, qui n’est pas en reste, me dit ceci :

    Zuydcoote : zout « sel » + kot « baraque, masure ».

    Alors, est-ce une affaire de sel ou de sud ?… En tout cas, une affaire d’habitat modeste de plus.

    J'aime

  15. Désolé, TRS, personne ne détient la vérité sur l’étymologie de Zuydcoote et ne parvient à trancher entre les deux hypothèses.

    certains historiens ont vu dans l’exploitation des salines locales, qui se fit très tôt,
    l’explication de son nom : de sout, sel, et sot, baraque, une voie romaine secondaire (via vicinalia) ayant été construite pour cette raison par les occupants et reliant, à travers un pays pittoresque et boisé, la côte au Mont Cassel, où se trouvait un bourg fortifié.
    Autre hypothèse sur l’étymologie de l’appellation de« Zuydcoote », plus récente que la précédente : les Scandinaves et « autres barbares du Nord », qui cherchaient des climats moins froids, descendirent, au Ve siècle, dans les régions septentrionales de l’Europe et, pour eux, « Zuydcoote » aurait signifié « la côte du Sud », l’emplacement d’une localité maritime déjà assez importante.

    source

    Ceci dit, l’hypothèse des salines — qui sont historiquement incontestables — semble la plus vraisemblable.

    J'aime

  16. Par émotion particulière et propre à ma biographie, j’ajoute à ma réponse ce lien qui me ramène vers 1985 (ou 86 ?) :

    Quelques nuits passées dans un hôtel de Bergues à l’occasion d’une sorte de tournée dans divers estaminets à musique de cette splendide et chaleureuse région.
    Je n’avais pas manqué alors d’aller voir ce vielleux fameux, une énième variante du thème. Et comme vers cette époque j’étais encore agile du pinceau, j’avais fait quelque temps auparavant une copie d’une autre version… avec le musicien dans une autre position… et sur panneau d’isorel.
    Mais je ne vais pas vous rappeler le goût que j’ai depuis toujours pour la musique traditionnelle. Vous le savez déjà.

    Quant à Zuydcoote et à ce que vous m’en dites, cela ne fait que conforter mon opinion : la toponymie est une science bien frivole.

    – Ai-je donc raison d’aller m’y frotter à mon âge, moi qui ne suis que rigueur et austérité?… et tant avide de certitudes.

    J'aime

  17. « la toponymie est une science bien frivole »

    TRS, connaissez-vous une science qui ait réponse certaine à tout ?
    Ne savez-vous pas que, dans toutes les sciences, il y a plus de chercheurs que de professeurs ?
    Ne savez-vous pas que le grand principe scientifique est d’avancer des hypothèses puis de tenter d’en valider une … et que cela peut prendre du temps, beaucoup de temps ( cf. le Boson de Higgs imaginé en 1964 et confirmé en 2012 ).

    Frivole, la toponymie ? Non, c’est une jeune science qui avance pas à pas. Ah mais!

    J'aime

  18. Près d’un demi-siècle pour retrouver le boson de Higgs ?… Eh ben, c’est pas pour dire mais ça doit être un sacré bordel chez les physiciens… Même moi, qui ne suis pourtant pas le roi du rangement, il me faut moins de temps pour retrouver mon calme.

    Il en va donc idem pour ces « jeunes sciences » : toponymie et physique quantique même constat… et un bilan mitigé :

    J'aime

  19. ►TRS

    je réagis avec quelque retard à votre dernier commentaire.
    Que ces sciences soient « jeunes » ( un bon siècle tout de même !) n’autorise pas à les qualifier de « frivoles »!

    Vous connaissez sans doute les mathématiques, la science du calcul, sans doute une des plus anciennes et des plus explorées. Savez-vous combien de problèmes mathématiques sont encore non résolus ?
    Quant à mon calme, je ne le perds jamais, moi.*

    * message reçu: je vous épargne le clin d’œil virtuel.

    J'aime

  20. Eh oui! sans surprise, ma dernière petite devinette n’a pas trouvé preneur…

    Je la rappelle pour les distraits :

    Dans la même région, une autre localité porte elle aussi un nom en sept lettres décrivant le paysage ( « Son nom a à voir avec la nature des lieux, vaguement le relief, l’aspect… disons avec un type de paysage » ).
    Saurez-vous me dire laquelle ?

    Indice :
    là aussi, certaines scènes d’un film d’un réalisateur devenu très populaire y ont été tournées.
    Mais je ne suis pas sûr que Jacques Brel y soit ne serait-ce que passé…

    Et je rajoute des indices :
    Son nom a à voir avec la nature et la couleur du sol.
    Le réalisateur qui y a tourné quelques scènes de son deuxième film, a tourné quatre ans plus tard une scène mythique d’un de ses plus gros succès mondiaux sur un sol de même nature, mais ailleurs.
    Une femme à barbe y a sa statue.

    P.S. un autre « indice violent », comme dirait TRS, se cache quelque part…

    J'aime

  21. Ah, ben fallait l’dire que Bergues, avec ses 7 lettres et ses lettres de noblesse cinématographique, avec son passé étymologique de « colline (verte ?) », ne vous convenait pas. Cela aurait été plus convenable que de semer l’embrouille parmi la clientèle avec un boson en planque quantique de chez Planck et un recensement des problèmes de maths en suspens… comme si on n’en avait pas assez comme ça de problèmes, dans la vie !… avec nos robinets qui fuient et le siphon de la baignoire qui est bouché.

    Mais « retrouvons notre calme » et, puisque les éléments d’enquête sont maintenant reformulés, « cherchons la femme », la barbue.

    Nous la trouverons sans peine, grâce aux traces ADN et au témoignage de Lelouch, ce louche indic’, à Wissant et la logerons à l’adresse suivante : Eglise Saint-Nicolas.

    J'aime

  22. Ce qui est amusant, c’est que le signe pour « blanc » tire son origine de la description par la main d’une fraise, dont la couleur est blanche.

    Pour le sable, attention à la faute d’orthographe (ou orthosémie ??): le signe se fait à deux mais, pas une seule.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s