La baie de Geelvink et le cap Leeuwin ( les répauxdev )

Une fois n’est pas coutume, personne n’est venu à bout de ma dernière double devinette. Ce genre d’évènement doit se compter sur les doigts d’une main !

Petit rappel pour les étourdis : il fallait trouver les noms de deux bateaux de même nationalité, qui étaient eux-mêmes des noms d’animaux ( dont un était un nom de famille ), donnés à des lieux géographiques dans une même zone du planisphère à un siècle d’intervalle.

Je pensais pourtant avoir quasiment donné les solutions dans mes réponses aux commentaires parus après les indices de mardi. J’écrivais alors:

la Hollande : oui, pour la nationalité
Un lion : oui … mais d’un certain genre.
Un oiseau : oui … mais d’une certaine couleur. Et devenu nom de famille.

Les bonnes questions à se poser étaient :

— quelle langue parle-t-on en Hollande ? réponse : le néerlandais.

— un lion d’un certain genre ? réponse : une lionne.

— comment-dit lionne en néerlandais ? réponse ( chez google ) : leeuwin.

— quelle couleur pour l’oiseau ? réponse : le jaune ( comme le canari ou le lion )

— comment dit-on jaune en néerlandais ? réponse ( chez google ) :  geel

Et maintenant ( roulement de tambour !) toujours  avec l’aide de google :

bateau + leeuwin : « Le Leeuwin est un galion néerlandais  (…) Il a donné son nom au cap Leeuwin, pointe sud-ouest de l’Australie. »

—  geel + dutch surname : on ouvre cette page où l’on trouve des variantes parmi lesquelles Geelvink qui signifie « pinson jaune » et y a plus qu’à

Je vous avais prévenus : « solutions difficiles à trouver in the net sur la toile ». À comprendre : difficiles à trouver sur la toile mais pas in the net !

Faut-il vous l’envelopper ?

  • Le cap Leeuwin :

il marque l’extrémité sud-ouest de l’Australie. La dénomination remonte à une expédition hollandaise en 1622 : toute la partie avoisinant le cap fut d’abord appelée en néerlandais ‘t Land van de Leeuwin, « la terre de la Lionne », en 1801 par Matthew Flinders d’après le nom du bateau qui servit à la découverte et qui était seulement le septième navire européen à apercevoir l’Australie. Le journal de bord ayant été perdu, on ne sait quasiment rien de cette expédition sauf la carte qui a été dressée en  1627 par Hessel Gerritz. Seul le cap porte encore aujourd’hui ce nom.

500px-Cape_Leeuwin_context

Le phare du cap Leeuwin

  • La baie de Geelvink aujourd’hui golfe de Cenderawasih :

elle est située entre les provinces indonésiennes de Papouasie et de Papouasie occidentale en Nouvelle-Guinée occidentale.

Geelvink

Aujourd’hui appelée Cenderawasih Bay ( la «Baie de l’Oiseau de Paradis » en indonésien ) doit son premier nom à la frégate De Geelvink du capitaine Jacob Weyland qui s’y rendit en 1705. La frégate devait son nom à la famille Geelvink d’Amsterdam, des commerçants et armateurs associés dans la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales, dont un des membres, Joan Geelvinck, fut autorisé à baptiser de son nom un des trois navires chargés d’explorer l’Australie en 1696.

cul-de-lampe-03

Les indices

  • Titi et Grosminet :

indice a 13 01 19

pour le félin et l’oiseau, bien sûr.

  • la pub avec Dave :

( je vous épargne la vidéo ) Pour l’autre pays du fromage … la Hollande.

  • le tableau :

indice a 15 01 19

Il s’agit du The Flying Dutchman par Charles Temple Dix (vers 1860), soit le Hollandais volant. Il me semblait nécessaire d’insister sur la nationalité des bateaux …

  • le paradisier :

indice b 15 01 2019

La baie porte aujourd’hui son nom, Cenderawasih Bay.  Cela devait vous orienter vers la Nouvelle-guinée et vous confirmer « l’oiseau ».

  • la MGM

indice c 15 01 2019

Pas de jaloux ! Il fallait confirmer le lion.

PS : moi, je me suis bien amusé. Et vous ?

8 commentaires sur “La baie de Geelvink et le cap Leeuwin ( les répauxdev )

  1. @ brosseur

    Vous avez raison : « geelvink » et « goldfinch » (« pinson doré » ou « pinson jaune ») sont bien le même mot dans deux dialectes germaniques assez proches.
    [Quoique je me demande si le « geel » du mot néerlandais ne serait pas plutôt à rapprocher de l’anglais « yellow » / allemand « gelb » que de « gold », ce qui n’a pas d’importance, puisque tous ces mots sont issus de la racine indo-européenne *ghel (= « brillant »), et ne fait que reculer dans le temps le point de divergence.]

    J'aime

  2. Quand je parle de « dialecte » à propos de l’anglais, je fais bien trop honneur au patois de la perfide Albion (pays qui ose donner à ses gares et à ses places des noms de défaites françaises !) : tout au plus peut-on parler de sabir, de pidgin, ou, si l’on est gentil, de créole, mêlant du bas-allemand, du français, du latin mal digéré et quelques mots d’origines douteuses.

    Heureusement, je ne suis pas chauvin et m’astreins à la plus grande modération !

    J'aime

  3. le Leeuwin marque la ligne de séparation entre l’Indien et le Pacifique. Lors d’un tour du monde à la voile on parle du tour par les trois caps,ces caps qui séparent les trois océans; Bonne Espérance et le Horn sont connu de tous, Leeuwin beaucoup moins.

    J'aime

  4. Il faut dire que le mot est difficile à prononcer pour un non anglophone; par ailleurs si l’on frôle Bonne Espérance et le Horn au point de les apercevoir, on passe très au sud du Leeuwin en frôlant les glaces de l’Antarctique.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s