De quelques éponymies

J’ai déjà signalé à plusieurs reprises des localités qui doivent leur nom à celui d’illustres personnages ou familles. Mes lecteurs les plus assidus s’en souviennent sans doute et ne me tiendront pas rigueur d’éventuelles redites.

Il ne sera bien entendu pas question ici des  Gaulois, Gallo-Romains, Wisigoths et autres anonymes fondateurs de domaines, villa, cortem, castrum, etc. mais bien de personnages venus plus tard et qui ont laissé dans l’Histoire une autre trace que toponymique.

Beauchalot ( Haute-Garonne ) est une ancienne bastide fondée en 1324 par Raoul Chaillot, chevalier et conseiller du roi de France et de Navarre, député par le roi pour la réformation générale du pays et pour plusieurs autres affaires dans la sénéchaussée de Toulouse et son ressort. Le nom en était à l’origine et en latin Vallis Chaloti qui donne Vau Chalot en français d’oïl. La langue locale étant le gascon où le -v- se prononce -b-, le nom de la bastide deviendra Bau Chalot. On trouvera ainsi écrit Bauchalot en 1793, puis le nom hésitera entre Bauchalot et Beauchalot dans le Bulletin des lois de la République en 1801 avant de passer définitivement à Beauchalot dans le cadastre napoléonien de 1807.

La Bohalle ( aujourd’hui partie de Loire-Authion, en Maine-et-Loire ) doit son nom à Jean Bohalle qui bâtit là en 1481 une chapelle, d’où les noms Capella de Bohalle en 1612, Chapelle Bouhalle en 1616 puis La Bohalle en 1793 et 1801. « Homme de confiance du roi René, Jean Bohalle était, en 1456, chargé de surveiller l’emploi de l’impôt spécial perçu sur les riverains pour la réparation des brèches ouvertes par des inondations récentes. En 1463, il devient « concierge » du château de La Ménitré et « segraier » de la forêt de Beaufort pour Jeanne de Laval, épouse du roi René. En 1480, l’Anjou est rattaché à la couronne de France après la mort du Roi René. En 1481, sous le règne de Louis XI, lors d’une nouvelle crue catastrophique, Jean Bohalle fonde avec sa femme Catherine une chapelle ainsi qu’une maison attenante pour accueillir les démunis sur la levée de la rive droite. Le tout relève de la paroisse de Blaison et s’appelle « la chapelle Bohalle » pour devenir plus tard la commune de La Bohalle. ». Les curieux pourront lire en suivant ce lien la curieuse légende qui entoure Jean Bohalle et la fondation de la chapelle.

la-bohalle-ancien

Blancheville ( aujourd’hui fusionnée dans Andelot-Blancheville, Haute-Marne) était une simple Villa nova, « Ville neuve », en 1155, avant que Blanche de Navarre, comtesse de Champagne, ne lui donne son nom, devenant Blanche Vile vers 1252.

Bérulle ( Aube ) s’appelait Séant en 1145 sans étymologie assurée ( à prendre au sens de « sis, situé » ou de « seyant » ?). Le cardinal Pierre de Bérulle, né au château de Cérilly près de Troyes et fondateur de l’ordre des Oratoriens, membre du parti dévot en conflit politique avec Richelieu, abandonne le pouvoir et se retire sur ses terres de Séant-en-Othe que sa famille avait achetées à la duchesse de Nevers en 1562. Séant prendra alors le nom de son bienfaiteur.

Broglie ( Eure ) s’appelait Chambrais en 1742 avant que ses terres ne soient érigées en duché en l’honneur du maréchal de Broglie. Les Broglie sont des Italiens, originaires du Piémont, qui ont offert à la France un certain nombre d’ecclésiastiques et d’hommes de guerre dont François Marie le page du duc de Savoie, capitaine des arquebusiers de la garde, qui était entré au service de la France en 1644 et s’était distingué pendant les guerres de la minorité de Louis XIV. Il sera le créateur de la branche française des Broglie. Victor Maurice, né en 1640, sera maréchal de Louis XIV et, comme tel, compagnon de Turenne et de Condé et prendra une part prépondérante dans la répression des émeutes protestantes des Cévennes, multipliant les dragonnades. Son fils François Marie, maréchal à son tour, réussit la retraite de l’armée de Bohême devant les Autrichiens en 1741 et se distingua en défendant Prague ce qui lui valut d’être fait duc. C’est en 1742 que les gens de Chambrais apprirent que leur village avait changé de nom : l’immense château qui le dominait allait être rasé, transformé en résidence moderne, dans le style de Versailles. La famille ducale, en s’y installant, lui donnait son nom. On revenait aux temps d’antan quand les guerriers germains, s’emparant des domaines romains, servaient à désigner les bourgs. Mais cette fois, la simple supériorité guerrière était remplacée par l’influence, la fortune, la position sociale. L’heure était venue du pouvoir politique et de l’argent.

Chambrais  est un ancien Cambrinse ( vers 1100) puis Cambray ( en 1199) issu du nom d’homme gallo-romain Camarus ( du latin cammarus, « crabe, homard »). Le nom de la famille Broglie est issu du nom de lieu italien Broglio  venant du bas-latin brogilus, du gaulois *brogilos, de *brogae, « champ », qui désigne un bois et plus particulièrement un bois clos. C’est le même mot que le français breuil.

Bourg-Madame (Pyrénées-Orientales) n’était que La Guinguette avant 1815. Le duc d’Angoulême, fils de Charles X, avait épousé sa cousine Marie-Thérèse Charlotte, la sœur de Louis XVII, dite madame Royale. Enfermée au Temple ( elle est restée célèbre pour avoir écrit sur les murs de sa prison : « Ô mon Dieu ! Pardonnez à ceux qui ont fait mourir mes parents ! » ), elle fut échangée par la Convention contre des prisonniers de marque de l’Autriche. Elle vécut alors en émigrée puis organisa depuis Bordeaux en 1815 la résistance au retour de l’Empereur ( ce qui fit dire à Napoléon qu’elle était le « seul homme de la famille »). Son mari, qui regroupait les partisans royalistes dans les Pyrénées et qui y développait sa propagande, jugea bon de donner le nom de Bourg-Madame à un village où il put alors organiser des festivités au cours desquelles les paysans firent acte de fidélité aux Bourbons. Bel exemple d’opération politique répondant à l’orgie révolutionnaire qui avait débaptisé Choisy-le-Roi, Bourg-la-Reine,Villeneuve-le-Comte, etc.

Guinguette, féminin de guinguet, « suret, un peu aigre » en parlant d’un vin,  désignait une maison où l’on buvait ce type de vin, un cabaret populaire. Le sens est passé à « maison de campagne ».

Sans que je n’explique ni comment ni pourquoi, tous ces toponymes commencent par la lettre -b-. Croyez-moi, ce n’est vraiment que le fruit du hasard !

La devinette

Vous l’attendiez, la voilà.

On a vu, dans les exemples ci-dessus, que ce sont le plus souvent des personnes de l’Ancien Régime qui ont laissé leur nom à une commune.

Il s’agira donc de trouver un village français qui a complété son nom par celui d’un acteur de la Révolution — ce qui constitue un cas unique*.

Le nom de ce personnage est lui-même un nom de lieu présent en quelques exemplaires dans l’hexagone.

Un indice ? exercice difficile sans dévoiler aussitôt la solution ! mais bon, j’essaye ça :

indice 14 04 19

* en tout cas selon plusieurs sources et après vérification.

Publicités

2 commentaires sur “De quelques éponymies

  1. Aucun des très nombreux Saint-Just ne doit son nom à Louis Antoine de Saint-Just, l’Archange de la Révolution.

    Parmi eux, en écho à l’énigme récemment proposée par TRS, rappelons Saint-Just-la-Pendue (Loire), au curieux qualificatif.

    J'aime

  2. ►TRA

    les toponymes faisant mention d’un ou une pendue sont à prendre avec précaution.

    Dans une grande partie des cas, il s’agit d’une altération d’un terme comme « le pentu » ou « la pentue » désignant un lieu bâti sur une pente ou de l’« appendu » ou l’« appendue » dans le sens d’« appartenant à ».

    Dans d’autres cas, plus rares, il s’agit bien de victimes de pendaison …

    Dans le cas de Saint-Just-la-Pendue, les formes anciennes de 1222 et 1225 Sanctus Justus la Pendua semblent confirmer la pendaison mais la forme Ad Lapendua de 1238 sème le doute ( la forme Ecclesia de Sancto Justo La Pendue du XIè siècle est une copie datée du XVIè siècle et ce « pendue » est une réfection). Difficile de se faire une opinion, donc.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s