Encore des terres agricoles …

Je reviens aujourd’hui à nos champs cultivés

Et aux noms peu connus dont on les baptisait.

La liste en est bien longue et j’ai déjà tout dit ?

En voici quelques uns et j’en aurai fini.

À la fin du servage, il fallut bien trouver d’autres contrats entre seigneur et vilain pour continuer à mettre en valeur les terres.

Les plus connus furent le fermage ( où le loyer annuel, fixe, est payé en argent ou en nature ) et le métayage ( où le loyer est constitué d’une partie de la récolte et donc variable ). Les micro-toponymes en « ferme » et « métairie » sont innombrables et facilement identifiables, donc sans grand intérêt. Quelques autres sont moins connus.

La tenure ou le tènement — du latin médiéval tenatura, tenura (IXè s. toenatura dans un texte de l’Est, 1059 tenura à Marseille), dérivé de tenere, « tenir » — était une concession, à bail précaire et moyennant redevance, de la seule jouissance d’une terre à un paysan qui n’en était pas propriétaire. On trouve presque exclusivement les tenures dans le nord comme La Tenure à Iviers ( Aisne), Hannapes ( Ardennes ), Lacollonge ( T.-de-B.) et à Locquignol ( Nord). Le tènement semble plus présent au sud de la Loire avec une vingtaine de ( Le ) Tènement en Vendée, trois autres à Vieillevigne ( L.-Atl.), Pomarède ( Lot) et Sauveterre-la-Lémance (Lot-et-G.) et un dernier à Forest-Saint-Julien (H.-A.). Ce tènement a fait des petits :

A tenement, a dirty street …

Le nom de la tâche ( du latin taxa, « paiement, travail rémunéré »), « redevance consistant en une part de fruits, souvent un onzième, que le tenancier doit au propriétaire pour des champs obtenus par la mise en valeur de terres vierges », a pu servir, par métonymie, à désigner la parcelle concernée. Que ce soit au pluriel ou au singulier, avec ou sans accent, avec un suffixe diminutif ( La Tachette) ou spécifique ( Tacherie ), etc. ce nom a été très productif sur tout le territoire. Je n’en retiendrai qu’un exemple, au hasard : le climat de La Tâche à Vosne-Romanée ( C.-d’Or).

Notons que le nom gaulois du blaireau, taxon, est à l’origine de toponymes pouvant prêter à confusion comme pour les Tachon ( Gers, etc.) qui sont une référence directe à l’animal ou Les Tachères ( Sav., C.-d’Or, etc ) qui rappellent sa tanière ( cf. aussi ce billet ). Le dictionnaire de l’ancien français de Godefroy nous indique plusieurs orthographes de ce mot à l’entrée tasche parmi lesquelles tachi a donné deux Tachies ( Salies-de-Béarn et Bérenx ( Pyr.-A.) et tasque a fourni sept singuliers La Tasque ( quatre dans le Gers, un dans l’Hérault, dans le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône), deux pluriels Les Tasques ( Bouches-du-Rhône et Hérault ) et un diminutif Tasquet ( Lannemezan, H.-Pyr.). Toujours dans le domaine occitan on trouve Les Tascariès ( à Cessenon, Hér.).

L’ensange ( sans doute du latin médiéval d’origine celtique andecinga, « grande avancée [ de pas ] » ) désignait jusqu’aux alentours de l’an Mil un lot-corvée dont le paysan devait s’acquitter comme d’une corvée. Plus tard, et jusqu’au XVè siècle, il a désigné un lot de terre prélevé sur le domaine du maître que le titulaire d’une tenure par exemple devait mettre en valeur et dont le produit revenait intégralement au maître. Le dictionnaire de Godefroy ( qui explique le nom par le fait que cette parcelle devait être enceinte « de haies, de pallis, de treillis ou d’autre clôture » ) nous propose plusieurs orthographes ayant fourni leur lot de micro-toponymes : Ensenges ( 2 pluriels), Ensange ( 32 pl.) et Ansange ( 1 sing., 12 pl. ). Une remarque toute particulière pour le climat En songe de Gevrey-Chambertin ( C.d’Or) dont le nom est une transcription d’« ensange ».

La facende ou faciende ( d’un pseudo-latin faciendus, « devant être fait », forgé sur facere, « faire », qui a donné l’espagnol hacienda, le portugais fazenda, etc.) désignait une métairie ou une ferme le plus souvent louée à mi-fruit, mais sans laisser de trace toponymique. On trouve dans le domaine provençal la facharié et la facharia, « redevance du métayer, d’un domaine loué à mi-fruit ». La francisation de ce dernier nom a donné la facherie ( sans accent ) pour désigner un contrat de métayage souvent employé au Moyen Âge en Provence, notamment par la Commanderie de Ruou ( Var ). La part qui revenait alors au commandeur variait de la moitié à un huitième de la récolte, en relation, semble-t-il, avec la plus ou moins grande fertilité des sols. Tous les frais d’exploitation étaient à la charge du facherius, même les semences. En revanche, il pouvait utiliser, lorsqu’elles avaient subsisté, les corvées qui revenaient à la Commanderie. Il ne subsiste aucune trace de ces facheries dans la toponymie provençale mais on trouve Les Facheries à Montflanquin ( Loiret ) et à Saint-Germain-le-Fouilloux ( Mayenne ). Notons toutefois que certaines des très nombreuses Fache(s) qui désignent en général des friches ( notamment dans le nord et nord-est de la France ) ou des parcelles de terre orientées dans le mêmes sens ( notamment dans les Ardennes ) peuvent avoir été d’anciennes « facendes » ou « facheries ».

Ce fut difficile d’en trouver une, mais voici tout de même une devinette à peu près sur le même sujet :

Une ancienne redevance payée en nature pour une utilisation particulière de terres seigneuriales cultivées ( après la récolte) ou non cultivées a laissé son nom dans l’ouest de la France à une quinzaine de micro-toponymes au singulier et au moins à un au pluriel ainsi qu’à quatre autres avec une orthographe différente. Si le mot est bien attesté dans ce sens dans le Littré, je ne l’ai trouvé dans aucun des autres dictionnaires habituels : il est aujourd’hui sorti d’usage.

Le Godefroy donne, lui, une autre variante orthographique, de même étymologie, mais avec un sens beaucoup plus général ( qui est peut-être à l’origine de quelques uns des toponymes dont il est question plus haut) dont Littré ne retiendra donc qu’une spécialisation.

Quel est ce mot ? Et, si vous le trouvez, vous trouverez aussi quelques uns des toponymes …

Ça c’est l’indice.

Les réponses sont attendues chez leveto@sfr.fr

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s