… et de quelques autres condiments

Après le poivre et le sel, que diriez-vous d’un petit tour parmi les autres condiments ? Je m’en tiendrai aux principaux d’entre eux que l’on trouve en France métropolitaine, laissant de côté ceux que nous importons de nos DOM-TOM et de l’étranger ( que nous verrons peut-être dans un autre billet).

■ la moutarde :

son nom latin sinapis, qui a donné notre sénevé, est à l’origine de celui de Sennevières ( I.-et-L., Seneparia au Vè siècle ), de Sennevoy-le-Bas et S.-le-Haut ( Yonne) et de quelques micro-toponymes comme les Sénevés ( à Saint-Illiers-le-Bois, Yv.), Séneval ( à Mouzon, Ardennes), Sénevière ( à Noyers-Bocage, Calv.), etc. et, avec redoublement du -n-, à de nombreux Sennevières. En revanche, Senneville-sur-Fécamp (Seine-Mar. ) et les quelques lieux-dits homonymes, constituent des faux amis puisqu’ils sont issus, comme Sainneville ( Seine-Mar) et Saigneville (Somme ) de l’ancien français Saisne, « Saxon ». Dans le Lot, Cénevières, représente bien, lui, un champ de moutarde, de l’ancien provençal senebe et suffixe -ièra.

Les noms de lieux-dits en Moutarde(s) sont difficiles à interpréter. Plutôt que de la plante elle-même, ces noms pourraient correspondre à des lieux de préparation de moût de vin avec lequel on broyait les grains de sénevé pour en faire la moutarde. Ce sens est évident pour la Moutarderie ( Merschers-sur-Gironde, Ch.-Mar.) ou pour la Corvée Moutarde (à Ville-en-Vernois, M.-et-M.) ou encore pour les quelques Moutardière répartis sur tout le territoire. C’est par allusion au moût de vin que le dérivé mostardièr a désigné l’ivrogne et que Mostardier est le sobriquet collectif des habitants de Saint-Martin et de Roquefort, dans l’Aude.

Comme le saunier marchand de sel et le pébrier marchand de poivre, la moutarde avait son sénebier ou sénevier, à l’origine de patronymes et, par conséquent de toponymes comme le Mas Sénébier ( Saintes-Maries-de-la-Mer, B.-du-R.).

Enfin, j’ai commis naguère une devinette dont la réponse Les Hurlus nous faisait découvrir le nom champenois de la moutarde blanche.

■ le fenouil :

cette plante aromatique a été, à l’égal d’autres plantes de la garrigue ( thym, romarin, lavande, sarriette) l’objet d’extraction d’essence. Elle entrait dans la composition des « épices de cuisine » pour accommoder le porc ( avec romarin, sarriette, sauge et cannelle) mais aussi dans celle des « épices de chambre » sous forme de dragées et de bonbons. On trouve les communes de Fenouillet ( H.-Gar. et P.-O. ), Fenouillet-du-Razès ( Aude ), ainsi que Saint-Paul-de-Fenouillet et Saint-Martin-de-Fenouillet (P.-O.) où « fenouillet » est issu du latin fenuculum accompagné du suffixe collectif -etum. Un peu plus caché, le même composé a donné son nom à Fauillet (L.-et-G.) tandis qu’avec le suffixe -arium a été formé le nom de Le Fenouiller ( Vendée). Le pluriel de l’ancien occitan fenolh a donné son nom à Fenols (Tarn). Les micro-toponymes du type la Fénolière ( à Ménil, May.), Fenouillère(s), Fenouillède(s), el Fenollar ( à Calce, P.-O.), etc. sont très nombreux et répartis sur l’ensemble du territoire.

■ le thym :

on trouve moins de dix lieux-dits le Thym en pays de langue d’oïl. L’occitan, qui n’ignore pas les termes de thym ( tin, tim en Gascogne ) et de serpolet ( serpol ) a fait la part belle à farigola/frigola inconnu du latin classique en tant que nom de plante. Fericula, diminutif de fera, « bête sauvage », désignait le petit animal ; et c’est le sens de « petite herbe sauvage » que le latin populaire a introduit en Gaule, qui finit par se fixer dans la désignation du thym sous sa forme méridionale farigoule ou frigolet. On retrouve ces noms dans des toponymes comme à l’abbaye de Saint-Michel-de-Frigolet à Tarascon (B.-du-R.), la Farigoule à Lauret (Hér.), El Farigolar à Espira-de-l’Agly ( P.-O.), Farigouyé à Saumane-de-Vaucluse ( Vauc.), Férigoulet à Arles ( B.-de-R.), Frigouret à Villecroze ( Var ), Frigoulète à Cornillon ( Gard ), Frigoulas à Uzès ( Gard ) et bien d’autres.

Dans le Sud-Ouest ( Landes et Pyrénées-Atlantiques ) le thym est aussi appelé pimbou d’où le nom de Pimbo ( Landes ) et un lieu-dit Pimbo à Castelbon (P.-O.).

■ le romarin :

les micro-toponymes du type le Romarin ou les Romarins se retrouvent bien entendu surtout en pays de langue d’oc mais on peut en rencontrer jusque dans le Nord ( à Locquignol, à Morbecque ), dans l’Oise ( à Russy-Bémont, …), etc. La forme occitane romanin se retrouve par exemple au Romanin et au Petit Romanin à Xaintrailles ( L.-et-G.) ou encore à Saint-Rémy-de-Provence où sont les Château, Mas, Mas Neuf et Mazet de Romanin.

■ l’ail :

les lieux plantés d’aulx ont donné très peu de toponymes : Aillières-Beauvoir ( Sarthe, Allerias au XIIè siècle) et les micro-toponymes du même type correspondent bien au français dialectal *aillère, « ( terre ) propre à la culture de l’ail », comme quelques micro-toponymes du type Aillerie (s). Les autres noms où apparait « ail » sont pour la plupart des faux-amis issus du nom propre latin Alius ( comme pour le Cap-d’Ail des Alpes-Mar.), de la forme dialectale de l’Est pour Stéphane ( comme à Saint-Ail en M.-et-M. qui était S. Stephanus en 1544) ou d’un nom propre germanique Agilo ( comme à Ailleville, Aube).

■ l’oignon :

Le latin classique caepa, désignant l’oignon, a abouti à l’ancien français cive et à l’occitan cèba, avant que « oignon », du latin unionem, n’ait la prépondérance. On peut ranger sans hésitation dans les terroirs producteurs d’oignons Lézignan-la-Cèbe ( Hérault, Loci de lezignano Coepoe en 1497 ) et Valcebollère ( P.-O., avec le diminutif cebolla pour ciboule ). Tous les autres toponymes peuvent prêter à confusion avec des dérivés du latin cippus, « pieu » ( comme Cepet, H.-Gar.) ou « cep ( de vigne ) » ( comme Lacépède, L.-et-G.) ou même avec un anthroponyme latin Ceppius ( comme Cépie, Aude).

■ le persil :

le nom du persil se retrouve dans des lieux-dits comme Persil, le Champ Persil (Vathiménil, M.-et-M. ), Persillière (s ), Persillerie ( s ) et quelques autres.

L’équivalent languedocien juvert ( avec ses variantes jaubert, jauvert, joubert, jolvert, etc. ) a fourni de nombreux noms de lieux-dits de type Jaubert, Jaubertie ( s ), Jaubertière ( s ), Joubertière ( s ), etc. dont certains peuvent aussi faire référence à un patronyme formé du radical Gaut désignant un Goth [ Gaubert est ainsi le « Goth ( gaut ) illustre ( berht ) » ] ou bien d’un radical germanique gal impliquant l’idée de bonheur.

Mise à jour du 15/07/2019 à 18:26 ( merci TRS !)

Le nom au pluriel d’une des plantes citées dans le billet, précédé d’une préposition auquel elle est agglutinée, a fourni celui d’une commune de France métropolitaine d’un peu plus d’un millier d’habitants. Le résultat de cette composition est que le toponyme commence et finit à l’écrit par la même syllabe les mêmes deux lettres dont la prononciation locale diffère pourtant. S’il s’agissait par exemple de choux, le toponyme signifierait quelque chose comme « dans les choux ».

Cette étymologie, bien que donnée par la mairie, n’est pas à son goût : elle en préfère une autre, donnée par un érudit local, toujours en rapport avec l’agriculture mais qui n’a pas les honneurs des dictionnaires de référence * — et en cite même une troisième tout à fait fantaisiste.

Quelle est cette commune ?

( Non, pas d’indice : j’en ai déjà beaucoup dit! )

*cf.ma bibliographie.

Publicités

60 commentaires sur “… et de quelques autres condiments

  1. > TRA et l’Île de la Motte

    Stool Pigeon, diligenté par mes soins, avait pour mission de me présenter la stricte liste des lieux-dits « LA MOTTE »… et pas celle de toutes les combinaisons possibles. Je déteste être encombré !
    ___________

    >Leveto et Flassan (84)

    Stool Pigeon me présente maintenant la fiche FLASSAN, avec ses 62 lieux-dits et sans aucun LA MOTTE.
    Par contre, on y trouve un LA MOUTTE. Cette moutte n’est d’ailleurs pas unique dans le Vaucluse ; il en existe une autre à Gigondas.
    Au total, 41 attestations de LA MOUTTE en France dont 15 pour la seule PACA. Joli score !
    ___________

    Dieu merci, il y a WIKI pour déniaiser le retraité qui n’avait jamais entendu causer de ces « mouttes »… WIKI et ce brave Nègre :

    moutte «levée de terre, maison seigneuriale sur une butte, motte de terre », mot d’origine précelt. (FEW, VI(3), 294-5) …

    Ces deux-là auront-ils suffi à rasséréner le pensionné ?… Hélas non ! car le voici maintenant gagné par la plus néfaste perplexitude :

    1.Il avait, en toute bonne foi, évoqué le « LA MOTTE » de Rasteau (84)
    2.Les Archives départementales du Vaucluse le désavouent : la motte locale et actuelle ne serait qu’une « moutte » qu’on aurait maquillée.

    Extrait*:


    Typologie : plan parcellaire
    Matière : cadastre
    Origine : Service du cadastre
    Nom géographique : Rasteau (Vaucluse, France) • Vaucluse (France ; département)
    Parcours Ma commune : Rasteau (Vaucluse, France)
    Section cadastrale (nom) : Moutte (la) (Rasteau, Vaucluse, France)
    Section cadastrale (lettre) : Section C
    Toponyme : Moutte (la) (Rasteau, Vaucluse, France)

    A quels seins et à quelles mottes faut-il donc se vouer ?… et La Motte-du-Caire (04) saura-t-elle encore me plaire** ?

    ____________

    * http://earchives.vaucluse.fr/archives/search?filter_field=dyndescr_cGeogname_liste-toponyme&filter_value=Moutte+%28la%29+%28Rasteau%2C+Vaucluse%2C+France%29

    ** Pour des raisons particulières, j’aime beaucoup La Motte-du-Caire, si proche de Sisteron.

    J'aime

  2. Mouto, moto : ( …) butte, éminence, tertre factice qui porte une tour ou un donjon.(…) La Motte, La Mothe ( Basses-Alpes, hautes-Alpes, Dordogne, Drôme, Gers, Gironde, Haute-Loire, Landes, Lot, Var, Vaucluse) ; Moutte, nom de fam. provençal

    TDF

    Moutte ( version occitane ) et Motte sont de parfaits synonymes.

    Pour m’y être arrêté déjeuner, je suis sûr d’avoir vu une rue de La Motte à Rasteau.

    J'aime

  3. Les deux termes « motte » et « moutte » ne sont que deux variantes.
    Le « o » évolue très facilement en « ou » : c’est ainsi qu’en dialecte saintongeais on dit « Cougnâ » pour « Cognac » et une « poume » pour une « pomme ».
    Les topographes ont par ailleurs tendance à « franciser » les toponymes locaux : j’ai pu ainsi, par exemple, voir un lieu-dit « la Grand Bonne » (prononciation des gens du lieu, dont moi) devenir sur la carte IGN « la Grand Borne ».

    [Sans parler de véritables erreurs : la bourgade de « Port-des-Barques », à l’embouchure de la Charente, fut rebaptisée, au moins pur un temps, « Port-des-Parques » (oeuvre d’un cartographe trop amateur de mythologie grecque ?)]

    J'aime

  4. Je me rappelle aussi que, chez moi, lorsque l’on disait qu’un agriculteur possédait une motte, il ne s’agissait pas d’une motte castrale, mais d’une terre qui possédait des caractéristiques particulières (plutôt propres à des cultures maraîchères, me semble-t-il).

    Il est vraisemblable que certains micro-toponymes du type « la Motte à Untel » relèvent de ce sens-là (au moins dans ma région).

    [De la même façon, une « rivière » était un terrain sis en bord de rivière (la Seudre, en l’occurrence), particulièrement fertile, où les paysans cultivaient des légumes.]

    J'aime

  5. D’ailleurs, en consultant la fiche de WP consacrée à la commune des Mathes, je trouve cette étymologie (dont j’espère qu’elle est moins fantaisiste que celle donnée pour l’île Lavrec), qui a peut-être quelque rapport avec ce que je viens d’évoquer :

    « Du saintongeais motte, indiquant des terres marécageuses, et se rapportant probablement au fait que le village médiéval était bâti sur une île au milieu du vaste étang de Barbareu, asséché depuis. »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Mathes#Toponymie

    J'aime

  6. TRA

    en ce qui concerne Les Mathes (Ch.-Mar.), je pense* qu’il faut plutôt aller chercher du côté du pré-celtique *matta, « buisson » qui a donné l’oïl mate et l’oc mata , « touffe, cépée,buisson, bouquet d’arbres ».

    Même origine que Matha ( Ch.-Mar. ), Les Mattes ( à Claret, Hér.), Les Matelles ( Hér.) ou encore Matemale (P.-O. ) et p.-ê. Mathons ( H.-M. )

    *TGF, DÉNLF

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s