les indices du mardi 30/07/2019

Ma première devinette proposée à la fin du dernier billet a été vite résolue par TRA et, je le crois volontiers sur parole, par TRS. La deuxième est restée vierge ( ah ah ! ) sans que cela ne m’étonne outre mesure …

Voici donc quelques indices— de difficulté inversement proportionnelle à celle de la devinette ! :

■ pour la ville et la forêt mythiques :

une ville antique, plus ou moins mythique, au milieu d’une forêt, plus ou moins mythique, dont nous parlent quelques auteurs antiques et qui devrait son nom au laurier… Le gentilé serait à l’origine des anthroponymes qui ont traversé les siècles et qui sont couramment encore utilisés aujourd’hui, un peu comme si Parisien ou Lyonnais étaient devenus des prénoms.

■ pour l’autre :

un tout petit lieu français dont le nom associe celui d’un fruit exotique à un prénom féminin relatif au sujet du billet ; en l’absence d’une raison clairement identifiée, le sous-entendu grivois reste tout à fait probable pour expliquer ce nom …

PS réponses attendues chez leveto@sfr.fr

Publicité

15 commentaires sur “les indices du mardi 30/07/2019

  1. Il y a bien un lieu-dit « Pérou » dans la commune de Laurie (Cantal).
    Cela pourrait peut-être coller avec sainte Rose de Lima, d’autant plus qu’elle est née Flores de Oliva et que l’olive est, en France, une sorte de fruit exotique (du moins à l’origine).

    Hélas ! pas de sous-entendu coquin (si, au moins, il avait été question de Marie-Madeleine !).

    Bon ! je vais continuer à ramer et, à ce rythme, j’aurai bientôt atteint l’Amérique !

    J’aime

  2. J’ai toujours pas la deuze mais, puisque TRA s’autorise à publier ses errances, pourquoi me l’interdirais-je ?

    A. Le fruit exotique par excellence, c’est l’ananas autrement dit « pina » (Cf. Pinapple et Pina Colada).
    La conjonction de pina et Laure sonne alors comme une injonction farouche :
    – Pine alors !

    B. La petite recluse sanctifiée était de Lima, semble-t-il.
    Or la lima fait partie des agrumes exotiques*.
    La conjonction de lima et Laure sonne alors comme une injonction farouche :
    – Lime alors !

    C. Sainte Rose de Lima semble être la « patronne » de ces contrées (Amérique latine et Indonésie) où l’on produit le plus de lime et d’ananas.

    D. Il arrive que des verbes honorables montrent un sens grivois et ainsi en est-il de ‘piner’ ou ‘limer’ en français contemporain.
    Idem pour ‘fourrer’ (on sait quoi et surtout qui), un verbe qui cependant prend un autre sens chez les Québécois : – Ces gens-là, pas ordinaires, ils fourrent le chien… en VO locale : ‘They phoque le clebs’.

    E. Hélas !… et quant aux impasses odonymiques, Stool Pigeon m’avoue l’incomplétude de ses fichiers.
    Pas les moindres impasses Pina Laure ou Lima Laure !

    ________________

    * https://m.interglot.com/es/en/lima

    Et, au CRNTL, à l’entrée LIME:

    Étymol. et Hist. 1555 (J. POLEUR, L’hist. naturelle et generalle des Indes [trad. de l’ouvrage de l’Espagnol OVIEDO], fo49 vod’apr. R. ARVEILLER ds Fr. mod. t. 17, p. 136). Empr. à l’esp.lima « sorte de citron doux », attesté dep. 1490 (PALENCIA ds COR.-PASC.), lui-même empr. à l’ar. līma (v. aussi FEW t. 19, p. 109).

    ________________

    NDLR : TRS n’ose pas demander au Brosseur une transcription en français ordinaire des lyrics de cette chanson à caractère social :


    Qui c’est qui a gagné hier soir
    Rousseau passe jamais le puck
    Y fa le tour du Forum avec
    Pis y vas s’écraser sa bande
    Anover pique-nique dans troisième
    Ça zigonne ça fuck le chien
    Maudite pâte molle…

    _______________

    Bon, voilà et j’ai assez ‘fourré le chien’ pour aujourd’hui !
    No need to m’envoyer ramer davantage, Leveto.

    J’aime

  3. TRS
    quand j’envoyais ramer TRA, loin de moi l’idée de me délecter de son embarras! : je ne l’encourageais qu’à poursuivre dans la direction qu’il se proposait alors de suivre…
    Oserai-je en outre rappeler que le lieu à trouver est français ?

    PS ni pina , ni lima ne conviennent : le nom est tout ce qu’il y a de français.

    ____________________________________________________

    Pour être tout à fait raccord avec le Québec vous auriez pu choisir de nous faire écouter Son voile qui volait , un chant traditionnel québecois chanté par la même Lyne Clevers

    … et qui plus est tout à fait raccord avec la devinette puisque la vidéo nous montre, à 1:15, une carte postale d’Indian Lorette ou Lorette Indien à La Rivière Saint-Charles.

    J’aime

  4. brosseur

    Ok pour Indian Lorette : « La station et le bureau de poste ont longtemps porté le nom de «Indian Lorette». Ce nom anglais est disparu; il a été remplacé par celui de «Loretteville», qui est en même temps le nom du village de la paroisse de Saint-Ambroise. »

    Mais je ne trouve pas de vidéo en suivant votre dernier lien qui pointe vers la « Basilique Cathédrale Marie-Reine-du-Monde et Saint-Jacques-le-Majeur ». Pas d’émoi pour moi à 0:18, donc …

    J’aime

  5. Son voile qui volait, un chant traditionnel québecois chanté par la même Lyne Clevers (Leveto, hier)
    ……

    Comme pour ce qui l’en est des accords du CETA, ça mérite d’être discuté et on ne va quand même pas se laisser bouffer le patrimoine par de foutus Québécois. On leur laissera volontiers le sirop d’érable et Garou mais qu’ils ne s’approprient pas le chaource et nos chansons en laisse.

    Argumentation:

    1. Ce chant à caractère pédophilique et invitant les ‘esthètes’ à mater une gamine de moins de quinze ans, chastement endormie dessous un rosier blanc avec dessous affriolants, n’est pas sans rappeler le comportement d’autres ‘esthètes’ quenaldiens qui allaient pointer à je ne sais plus quel manège pour la simple satisfaction d’apercevoir les petites culottes des jeunes filles quand la vitesse procurée par l’attraction foraine leur soulevait les jupes.
    Une si tendre aspiration n’est pourtant pas sans recevoir l’assentiment tacite des concernées :

    Elles, dans le suave
    La faiblesse des hommes, elles savent
    Que la seule chose qui tourne sur terre
    C’est leurs robes légères

    Bref, la lingerie féminine c’est une affaire française tandis que la chemise à carreaux du bûcheron canadien, c’est autre chose.

    2. Il n’est pas nécessaire d’être le plus fin des limiers de l’agence Pinkerton pour remarquer qu’il est écrit, sur l’étiquette du 78 tours, que la chanson orchestrée par Bruno Coquatrix, est un « CHANT REGIONAL » dont les paroles ont été « recueillies ».
    Une pure affaire de collectage donc.

    3. Un peu d’lecture, ça n’peut pas faire de mal :

    http://dastumla.blogspot.com/2016/12/180-son-voile-qui-volait.html

    4. Maintes fois collectée dans quantité de patelins admirables de nos belles régions de l’Ouest (Bretagne y compris), cette chanson appartient définitivement au patrimoine immémorial de la France éternelle et généreuse.
    Si elle a réussi à s’acclimater aux rudes conditions qu’ont à affronter les québécoises gens d’outre-Atlantique, tant mieux pour elles… tant qu’il n’y a pas captation d’héritage.
    ____________________

    Rien à voir – mais quand même- voici ce qui m’est passé par la tête un moment:

    – Le microtoponyme est en France.
    – Vous avez dit à TRA ‘le Rameur’ : – Go West !… Serait-ce alors à destination des Antilles ?
    – La signalétique «impasse » proposée en indice porte en elle l’idée de cul-de-sac
    – Le CUL occurre en toponymie… même aux Antilles.

    Idée abandonnée.

    J’aime

  6. Devinette express sur le thème :

    Swinging London et Laurier

    Il s’agira de retrouver un toponyme figurant dans le titre d’un album que j’ai possédé. Un toponyme évidemment relié au laurier.
    Sur cet album sont créditées deux pointures considérables de la guitare du temps des sixties.
    On les trouvera figurant dans cette liste :

    Jimmy Page, Peter Green, Mick Taylor, Eric Clapton, Hendrix, Keith Richards, Jeff Beck…

    ___________

    Des indices?… – O.K !

    1. L’endroit fut, pour quelques années, un repaire de gens (plutôt célèbres) relevant tous de la mouvance «contre culture», comme on disait à l’époque.

    2. Techniquement, l’album se présente sous la forme de 12 morceaux qui s’ensuivent selon le principe du fondu/enchaîné : pas de blanc ni de rupture entre chaque piste… et donc une continuité harmonique.

    3. Situé du côté d’une cité de première importance, l’endroit et sa désignation relèvent de l’oronymie.

    4. L’Anglais, concepteur et responsable de cet album, est maintenant âgé de 83 ans, me dit sa notice Wikipedia. Il aura donc échappé à la malédiction qui voudrait que défunctent en leur vingt-septième année les «phares» de la musique rock/blues/pop/soul…

    5. Le terme «phare» n’est pas galvaudé ici. Ce garçon a beaucoup compté, même si on l’a un peu oublié.

    __________

    La solution, si elle s’avère nécessaire, sera livrée demain… à une heure que je ne saurais dire.

    J’aime

  7. Si je propose « Laurel Canyon » (Los Angeles, California), est-ce trop hardi ?

    Non, TRA, ce n’est pas trop hardi, à ceci près que l’album est connu sous le titre BLUES FROM LAUREL CANYON*.
    Mais on ne va pas chipoter pour si peu, n’est-ce pas.

    Juste pour savoir, êtes-vous contemporain de ces années bénies ?

    Et, pas raccord vraiment avec le personnel de l’album de John Mayall* mais parfaitement dans l’esprit du temps, ce moment historique : Jeff Beck et Jimmy Page filmés par Antonioni :

    Jeff Beck, sans doute le plus virtuose et le plus délicat (c’est celui qui fracasse sa guitare), mais Jimmy Page le plus créatif… et j’aurais sans hésiter vendu mon âme au Diable, s’il m’était arrivé de passer, par une nuit sans lune et par Dieu sait quel Cross Road… pour le simple bénéfice d’avoir su, un jour, faire d’un toponyme exotique une merveille telle que Kashmir :

    * Voir la notice de l’english Wiki

    J’aime

  8. Ah! TRS, que n’avez-vous pas toujours autant de suite dans les idées !

    Du laurier à John Mayall, Jimmy Page et Jeff Beck ! de là aux Yarbirds, à la Californie, au Cachemire …
    Que de bons souvenirs et de bons morceaux à réécouter …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s