Vicus ( deuxième partie )

Ceux qui ont lu mon précédent billet concernant les toponymes issus du vicus latin, se souviennent probablement que ce mot est à l’origine de vicinum qui désignait le voisinage, d’où « voisin » en français et de vicanus, épithète signifiant « du village ». Ces deux dérivés sont, à leur tour, à l’origine de nombreux toponymes.

Vicinum

Si le latin classique employait vicinum pour « voisinage », c’est la forme bas latine vicinium qui a fait évoluer le sens vers celui de « communauté urbaine ou rurale », au sens de « quartier » puis de « village ». On la  retrouve

■ dans des formes simples avec ou sans déterminant comme Vezin-le-Coquet ( I.-et-V.), Vezins ( M.-et-L. ), Vezins-de-Lévézou ( Aveyron, Vezinh en 1341 ), Voisins-le-Bretonneux ( Yvelines), Bœil-Bezing ( P.-Atl., Vesin en 1546 – Bœil : Bolh en 1376, d’un oronyme pré-indo-européen *bol ), Bézins-Garraux ( H.-Gar.) ;

■ au féminin vicinia à Vésines ( Ain ), Vézinnes ( Yonne ), Voisines ( H.-Marne, Yonne ), Vesaignes-sous-Lafauche ( H.-Marne, Visignae en 1101 ), Vesaignes-sur-Marne ( H.-Marne) ;

■ au diminutif à Vésigneul-sur-Coole ( Marne, Visinioli en 1131 ), Vésigneul-sur-Marne ( Marne ), Le Vésinet ( Yvelines, Vesiniolo en 768 puis changement de suffixe ) et Le Viseney ( Jura ) ;

■ dans des noms composés :

  • avec bellum, « beau » : Beauvoisin ( Drôme, Bellivicini en 1135 ; Gard, Bellovicinum en 1027 ), Le-Pont-de-Beauvoisin (Isère, Savoie ), Asnans-Beauvoisin ( Jura – Asnans du nom d’homme germanique Ason– et suffixe -ing ) ;
  • avec malum, « mauvais » mais peut-être au sens de « redoutable », peut-être « fortifié » : Mauvaisin ( H.-Gar.), Mauvezin ( H.Gar., Gers, H.-Pyr. ), M.-d’Armagnac ( Landes ), M.-de-Prat ( Ariège, avec prat du latin pratum, « pré » ), M.-de-Sainte-Croix ( Ariège ), M.-sur-Gupie ( L.-et-G.) et Malvézie ( H.-Gar. ) ;
  • avec le féminin mala ( vicina ) à Malvezie ( H.-Gar.) : le sens de « mauvaise voisine » évoquerait là aussi la communauté rurale  qui sait se défendre auprès de ses « voisins » ;
  • avec grand : Besingrand ( P.-Atl., Besingran en 1344 ) ;
  • avec l’ancien français moien, meen, « qui est au milieu » : Mévoisins ( E.-et-L., Menvesin en 1209, Meinvoisin vers 1250 ) – attention au faux ami de Mauvezin !

Mauvezin-d-Armagnac-chateau

Vicanus

 

Le latin vicanus, épithète signifiant « du village » a été substantivé au sens de « partie du village » : c’est encore ce sens qui est représenté par le nord occitan vigean, « place publique ». Vigan a pu signifier « faubourg », comme à Albi où on trouve en 1204 l’hospital del Vigua devenu, au siècle dernier, nom de la place du Vigan à Albi. Le dérivé a ensuite évolué au sens de « hameau, village » que l’on retrouve pour Le Vigan ( Gard, d’abord Avicanto sur une inscription nîmoise non datée, du nom d’une divinité gauloise, de ab-, « eau », et cantos, « courbure », réinterprété au haut Moyen Âge d’après le latin ad vicanus pour donner in Vicano en 1050 ), Le Vigan ( Lot), Le Vigeant ( Vienne ), Le Vigean ( Cant.), Le Vigen ( H.-Vienne, au Viga en 1176-1193 ). Ce même vicanus se retrouve, avec le suffixe locatif aquitain –ossum, dans le nom de Biganos ( Gir. ) mais la distinction d’avec un nom de personne gaulois est malaisée.

Albi

cdl 2La devinette

Il faudra trouver le nom d’un village français issu d’un des deux mots du jour, mais peu reconnaissable.

Un premier indice, pour la région :

indice b 16 02 20

Un deuxième indice, pour ceux qui vivaient là :

indice c 16 02 20

Et, puisqu’il n’y a pas que Malicorne pour faire parler la poudre :

 

Le site officiel de la ville, s’il donne bien cette étymologie issue d’un dérivé de vicus, en propose une autre issue d’un mot du parler local désignant un taillis, un fourré, muni d’un suffixe collectif local.

 

Réponses attendues chez leveto@sfr.fr

Publicité

8 commentaires sur “Vicus ( deuxième partie )

  1. bonjour M Leveto

    je vous mets la partie toponymique de wikipedia

    Le Vésinet 1 ( petit) hameau ???
    ou
    2 hameau voisin ???
    Que retenir ( si c’est possible )

    bonne journée

    « Toponymie

    La mention du Vésinet apparaît pour la première fois dans une charte de 704, du roi Childebert III sous l’appellation Visinolium6, vesiniolum7, visiniotum8,9, Visiniolo en 76810,11.

    Selon Dauzat, le nom « Vésinet » viendrait du latin vicinicum est signifierait « hameau ».

    Mais l’origine est visiniolum « lieu voisin ». Cette seconde hypothèse est plus probante, car au moment de la rédaction des documents les plus anciens, entre le VIIIe et le IXe siècle, lorsque apparaissent les mots visiniolum et visiniolo, il n’y a pas encore de hameau, mais seulement une terre, un bois qui est cédé à Alpicum (Le Pecq) en sous-fief. C’est une réserve de bois pour le modeste prieuré qui s’établit au Pecq et pour les quelques dizaines de familles qui se serrent autour du petit oratoire en bois de Saint-Wandrille, sur la rive gauche de la Seine 12, »

    réponse absolument non urgente , merci beaucoup.

    J’aime

  2. lecteur

    Le Vésinet (Yv.) :

    La nuance entre « petit hameau » et « lieu voisin » semble être la présence d’habitants sédentaires dans le premier cas mais pas dans le second. Je ne suis pas assez compétent en histoire du haut Moyen Âge pour me permettre de trancher, je laisse ça aux spécialistes.
    En revanche, le nom Visiniolo attesté en 768, est bien issu du bas latin vicinium , généralement compris «hameau, village, bourg », suivi du suffixe diminutif -eolum , soit la même formation que pour Vésigneul-sur-Marne ( Marne, Vesinuel en 1131) ou Vigneul-sur-Coole ( aujourd’hui dans Faux-Vigneul, Marne, altare Visinioli en 1131). Dans le cas du Vésinet (Yv.), le suffixe –-ieul a été remplacé par -et , gardant le sens probable de « petit hameau » plutôt que « petit lieu voisin » (il me semble qu’on aurait plutôt dit « petit bois » ou « bosquet » pour désigner cet endroit s’il n’avait pas été habité, mais je peux me tromper).

    J’aime

  3. lecteur

    J’ai feuilleté le pdf que vous mettez en lien.
    J’ai noté qu’il donne, s’appuyant sur une « racine boss (?), une origine plus ou moins mystique à la Beauce qui rappellerait la bosse du ventre d’une femme enceinte associée à la terre fertile (pp. 31-32) … euh… Le gaulois belsa , traduit par campus en latin, suffit pourtant amplement.

    Je vais lire la suite tranquillement et avec des pincettes.

    PS pour votre liste, un peu de patience : c’est en cours d’étude.

    J’aime

  4. L’étymologie de Beauce est pourtant bien connue depuis bien longtemps :

    « On quel lieu estoyt une ample forest de la longueur de trente et cinq lieues & de largeur dix & sept ou environ. Icelle estoyt horriblement fertile & copieuse en mousches bovines & freslons : en sorte que c’estoyt une vraye briguanderye pour les paouvres iumens, asnes, & chevaulx. Mais la iument de Gargantua vengea honestement tous les oultrages en ycelle perpetrées sur les bestes de son espece, par un tour, du quel ne se doubtoient mie. Car soubdain quilz feurent entrez en la dicte forest : et que les freslons luy eurent livré l’assault, elle desguaina sa queue : et si bien s’escarmouschant les esmouscha, qu’elle en abatyt tout le boys, à tords, à travers, decza, dela, par cy, par la, de lon, de large, dessuz, dessoubz, abatoyt boys comme un fauscheur faict d’herbes. En sorte que depuis n’y eut ne boys ne freslons. Mais feut tout le pays reduict en campaigne. Quoy voyant Gargantua, y print plaisir bien grand, sans aultrement s’en vanter Et dist à ses gens. Je trouve beau ce. Dont fut depuis appelle ce pays la Beauce. »

    « Gargantua », d’Alcofribas Nasier (chap. XV).

    https://fr.wikisource.org/wiki/Gargantua/%C3%89dition_Juste,_1535

    J’aime

  5. lecteur

    La Guéritoulde

    Je n’ai pas trouvé de Guéritoulde mais je connais La Guéritaulde, à La Tour-d’Aygues (Vauc.) et je découvre :

    1/ La Guéritaulde à Veigné (I.-et-L.) dont on connaît les formes anciennes :
    La Guéritaude (1490, 1524, 1571, 1583, 1596, 1621), La Guéritaude (XVIIIe siècle, carte de Cassini), La Guéritaude (1795, acte), La Guéritaulde (1824, 1958, cadastre) ;

    2/ La Guéritaude à La Celle-Saint-Avant (I.-et-L.) dont on connaît aussi les formes anciennes :
    La Gueritaude (1639, Rôle des fiefs de Touraine, rôle de Chinon), La Gueritaude (XVIIIe siècle, Carte de Cassini), La Guériteaude (1820, Carte de l’état-major), La Guériteaude (1833, Cadastre), La Guériteaude (1937, Cadastre), La Guéritaude (2013, Carte IGN) ;

    Du nom de personne germanique Guery (wig , « combat » et ric, « puissant »), et suffixe diminutif français –eau écrit –aud/ault sous l’influence des noms d’origine germanique. Une autre hypothèse fait appel à Guérite, aphérèse de Marguerite, et suffixe diminutif –eau/aud/ault . Le féminin La Guéritau(l)de sous-entend terre.

    NB pour les noms de lieux-dits, montagnes et rivières, il serait bon de me donner au moins le département, au mieux la commune concernée. Merci d’avance.

    Samoussy (Aisne)

    Salmonciacum aussi écrit Salmuntiacum en 766, Saumonci en 871, Samonci en 1266 et enfin Samoucy en 1404. Du nom de personne roman Salomoniacus, traité comme Salomonciacus (TGF) ou germanique *Salmund et –acum (D&R)

    Festieux (Aisne)

    Festulium en 1121, Festols en 1125 et Festeolis en 1161. Diminutif de l’ancien français feste (français moderne « faîte ») : il s’agit d’un village à flanc de coteau (D&R). L’hypothèse du nom d’homme roman Festus et gaulois -o-ialo, « clairière » puis « village » (E. Nègre) n’est pas exclue.

    Quintigny (Jura)
    du nom d’homme latin Quintinius et –acum

    Holnon (Aisne)
    diminutif de l’ancien français holle, « éminence, hauteur » (cf. allemand Hügel) ou germanique hôl, « creux » (D&R). E. Nègre semble pencher pour la première hypothèse en proposant l’oïl hollon, « petit repli de terrain », et diminutif –on.

    Chivres (Aisne)
    Capra en 877 puis Caprea en 893. Il pourrait s’agir de *caprea (villa), de capra, « chèvre », ou de Capria (villa) du nom d’homme latin Caprius.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s