Tardenois et Atenois (les répauxdev)

Personne n’a rejoint TRS, Un Intrus et TRA sur le podium des découvreurs des solutions de mes dernières devinettes.

Il fallait trouver le Tardenois (Aisne, Marne) et l’Atenois (Marne), deux petits pays en Champagne.

Atenois Tazdenois
En rouge le centre approximatif du Tardenois, en bleu celui de l’Atenois

Le Tardenois

Entre la Vesle, affluent de l’Aisne, au nord, et la Marne au sud ; entre la forêt de Retz, à l’ouest, et la montagne de Reims, le Tardenois est drainé par la haute vallée de l’Ourcq qui passe à Fère-en-Tardenois, sa ville principale (du germanique fara, « domaine familial »). Au nord-est, la ville de Fismes (du latin fines, « limite, frontière » ) marquait la frontière entre les cités des Suessiones et des Remi.

Le nom provient de celui du chef-lieu aujourd’hui disparu d’un pagus entre Soissons et Reims,  attesté pago Tardensi en 711-715 et pagis Tardunense à la fin du VIIIè siècle. Il s’agit d’une formation du haut Moyen Âge sur l’ancien nom du village *Tardunum muni du suffixe d’appartenance –ense. Ce toponyme est sans doute composé de l’indo-européen *tar¹, « sur », que l’on retrouve dans le latin trans, « au delà-de », et du gaulois dunum , « citadelle fortifiée » ou « colline, mont ». La forme française actuelle, Tardenois, date de 1210. Une autre hypothèse fait de *tar un hydronyme ( comme pour Le Tar, fleuve qui se jette dans la Manche à Saint-Pair, ou le Tarn) mais on ne trouve aucune attestation d’un tel nom de cours d’eau dans le Tardenois.

Le Tardenois a sa page wikipedia, où sont mentionnées deux autres étymologies aujourd’hui abandonnées.

L’Atenois

Il s’agit d’un petit pays historique du haut Moyen Âge formé de partie de l’ancien diocèse de Châlons-en-Champagne (Marne), dont le chef-lieu primitif était Vieil-Dampierre (Marne). L’Aisne en est le cours d’eau principal et les communes les plus importantes en sont aujourd’hui Les Islettes, Sainte-Menehould, Valmy et Vanault.

Le nom du pays est attesté pagis Stadunense à la fin du VIIIè siècle. Il s’agit là aussi d’une formation sur l’ancien nom du village *Stadunum, muni du suffixe d’appartenance latin -ense. Ce village a changé de nom au XIIè siècle pour s’appeler Vieil-Dampierre, dont les seigneurs étaient dits comtes d’Astenois : capella castri Domni Petri in Estanneio en 1144 puis ecclesia de Veteri Dampetro en 1147. Ce qu’on lit dans la page wikipedia concernant les anciens noms de Sainte-Menehould (« La ville porta le nom de Stadunum »), basé sur une Histoire de la ville écrite en 1837 par Claude Buirette est faux : rien ne permet d’identifier avec exactitude l’emplacement de cet ancien Stadunum, mais le fait que les comtes d’Astenois étaient originellement établis à Vieil-Dampierre plaide plutôt en faveur de ce dernier.  Le nom de *Stadunum est composé de la racine indo-européenne *sta¹, « se tenir debout ; poser » ( cf. « station » ) et du gaulois dunum. Les formes françaises successives sont Estenois (fin du XIIè siècle), Ettenois (en 1250), Attenois (au XVè siècle), l’Astenay dit aussi l’Astenois ou le Stenois (en 1872) et enfin l’Atenois en 1869.

Guillaume de Tyr est le premier à parler de Petrus comes de Stadeneis², un des compagnons de Baudouin de Boulogne lors de la première Croisade, dont le nom sera transcrit en français « Pierre, comte d’Astenois », où l’on voit que le nom du pays est écrit avec un -s- après le -a- initial.

L’Astenois a bien sa page wikipedia au contraire de l’Atenois. ( merci à TRS qui m’a fait découvrir cette page !).

Les toponymistes modernes que j’ai  consultés écrivent pourtant tous Atenois :

■  Auguste Longnon, « le pape » de la toponymie française :

Longnon atenois p32
Les Noms de lieu de la France, Auguste Longnon, Paris, 1920

■  Bénédicte et Jean-Jacques Fenié :

atenois Fénié
Dictionnaire des pays et provinces de France, B. et J.-J. Fénié, éd. Sud-Ouest, 2000

■ et enfin  Pierre-Henri Billy :

atenois Billy
Dictionnaire des noms de lieux de la France, P.-H. Billy, éd. Errance, 2011

 

Si on la compare à celle qui a fait de stella une estoille puis « étoile », de spina une espine puis « épine », etc., l’évolution de sta(d)unum donnant *astun puis *atun semble plausible, comme le montrent les formes successives vues plus haut.

 

1 – Les racines indo-européennes sont reprises par P.-H. Billy  de Indogermanisches etymologisches Wörterbuch, J. Pokorny, Ber-München, 1959-69.
2 – source en suivant ce lien et se rendre au Chapitre 16 – B -1 – a) – ii)

cdl 2

Les indices

indice b 21 07 20Cette gravure représentant un mousquetaire rappelait le héros de cape et d’épée dont il était question dans l’énoncé de la devinette. Il fallait penser au héros des Trois Mousquetaires  Athos, comte de La Fère, dont le château est homonyme du château de Fère-en-Tardenois

 

 

 

 

indice a 21 07 20Ce portrait peint par Georges Rouget  en 1835 représente le général Kellermann, commandant en chef de l’armée de la Moselle, un des vainqueurs à Valmy. La victoire française du 21 septembre 1792 fit écrire à Goethe : « de ce lieu et de ce jour date une nouvelle époque dans l’histoire du monde ». L’autre évènement majeur de la Révolution qui eut lieu en Atenois fut l’arrestation de Louis Capet dit le Seizième à Varennes le 21 juin 1791. Ça fait beaucoup pour un si petit pays!

 

 

Bien entendu, la phrase « Et champagne pour celui qui me donne les solutions! », qui concluait l’énoncé de la devinette, était un indice (Champagne !), pas une promesse.

 

 

 

Un commentaire sur “Tardenois et Atenois (les répauxdev)

  1. « Un de mes amis, un de mes amis, entendez-vous bien, pas moi, dit Athos en s’interrompant avec un sourire sombre, un des comtes de ma province, c’est-à-dire du Berry, noble comme un d’Andelot ou un Montmorency, devint amoureux à vingt-cinq ans d’une jeune fille de seize ans, belle comme les amours »

    https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Trois_Mousquetaires/Chapitre_27

    ——————-
    Dans le Berry, il n’y a, semble-t-il, pas de La Fère.
    Le nom du château d’Athos est donc purement imaginaire.

    Quant au personnage « historique » qui a inspiré Dumas, via Courtilz de Sandras, il n’était pas l’aîné de sa fratrie et il est mort jeune : il n’a donc vraisemblablement jamais possédé de château.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s