Le Grun de Chignore (répàladev)

TRS complète le podium des « solutionneurs » de ma dernière devinette, dont les premières marches sont occupées par TRA et Un Intrus. Bravo à tous les trois!

Il fallait trouver le Grun de Chignore, une montagne auvergnate surplombant de ses 1074 m la puydômoise Vollore-Ville :

localisationVollore-Ville-1000px

et, plus précisément, ici, au centre de la forêt d’Ayguebonne :

Screenshot_2020-07-26-Le-Grün-de-Chignore

chignore-retru-r
Le Grun de Chignore vu de Vollore-Montagne

Frédéric Mistral, dans Le Trésor du Félibrige, donne pour grougn, grounh, groun, les définitions suivantes :

TDFjpg

Le terme a été utilisé, dans le Massif Central comme dans les Alpes, pour désigner, par analogie avec le museau du porc, certaines montagnes.

En patois auvergnat, on utilise  la graphie grun :

grun auvergne
Souvenirs de la langue d’Auvergne, Francisque Mège, lib. Auguste Aubry, Paris, 1864

Je compte plus de vingt Grun rien que dans le Puy-de-Dôme, un Grun de Saint-Maurice (à Saint-Firmin, H.-A.), un Grun du Roux (à la Chalp, Isère), un Grougn (à Gourbit, Ariège), etc.

Lors de la francisation à marche forcée, le terme dialectal grun,  sans doute considéré comme vulgaire, a cédé sa place à « puy » ( du latin podium), plus « correct » :

CHIGNORE cassini
carte de Cassini – feuillet 52 – Clermont – 1777

et jusque sur la carte d’état-major de 1866 où le nom, mal compris, est écrit en un seul mot Puichignor précédé de St., abréviation de « sommet », pour une certaine tautologie :

Screenshot_2020-07-26 Remonter le temps

Et Chignore, me demanderez-vous ? Eh bien!, la terminaison en -ore nous donne la clef : il s’agit d’un mot composé  dont le deuxième élément dūrum ou duro, la « citadelle gauloise », a subi l’évolution phonétique habituelle dans la région. Le premier élément est issu du nom d’homme latin Canius :

Chignore Dauzat
La toponymie française – Albert Dauzat – Payot, 1960

L’histoire de Vollore-Ville et celle du Grun de Chignore est racontée sur le site officiel de la ville ainsi que sur cette page qui insiste particulièrement sur les curieuses fouilles.

Vollore-Ville était notée Lovolautrum castrum au VIè siècle par Grégoire de Tours qui fait de ce même Lovolautrum le nom d’un cours d’eau. E. Nègre (TGF*) donne ce nom comme un dérivé des gaulois lovo, « eau », et lautron , « bain, bassin, auge, canal », pour désigner d’abord le cours d’eau (si vous avez été attentif, vous avez noté un Mas sur Vollorre sur la carte de Cassini, au sud-ouest de Vollorre). *Lovollaure a été compris lo Vollaure (avec l’article occitan lo ), écrit Vollore. L’étymologie selon un nom de personne gaulois Volo suivi de dūrum (DENLF*), qui ne tient pas compte du nom attesté chez Grégoire de Tours, est moins crédible.

En 1793, suivant les règles de la Convention,  le nom de Vollorre-Ville fut changé pour Vollorre-Chignore.

En 1943, Louis Aragon écrivit Le Conscrit des cent villages parmi lesquels est citée Vollore-Ville :

Adieu Forléans Marimbault
Vollore-Ville Volmerange
Avize Avoine Vallerange
Ainval-Septoutre Mongibaud

cul de lampe B

Les indices

■ géographiques :

1920px-Forum_Romain_05_2017Le forum romain devait orienter vers l’étymologie du Forez : le nom de ce pays, attesté in agro Forensi en 918, est formé sur l’ancien nom de Feurs, Forum Segusiavorum au Ier siècle av. J.-C., soit le marché des Segusiaves.

Il fallait reconnaitre sur l’autre illustration  sainte Wigeforte ou Livrade qui aurait indice b 26 07 20donné son nom au Livradois, comme elle l’a donné à plusieurs communes du Sud-Ouest. Le Grun de Chignore est inclus dans le parc naturel régional du Livradois-Forez.

CHIGNORE

■ historique :

indice a 26 07 20Ce portrait de Thierry Ier (ou Théodoric ), roi d’Austrasie, renvoyait à l’Auvergne et surtout au pillage de Vollorre (ceux qui ont suivi le lien pointant vers l’histoire de la ville ont déjà vu cet épisode).

 

 

 

■ le coupe chou :

indice b 28 07 20-1131cette photo de coupe-chou renvoyait à Thiers, capitale mondiale de la coutellerie. À ce propos, TRS m’a écrit : « le « coupe-chou » mis en indice, m’a rappelé Arconsat, sa « saucisse de chou » et sa proximité d’avec Thiers » ; c’était tout à fait involontaire de ma part!

 

 

■ la pièce de monnaie :

indice a 28 07 20-cette pièce de 5 toea de Papouasie-Nouvelle-Guinée est illustrée par une tortue à nez de cochon. Et, du nez de cochon papou au grun auvergnat, il ne restait qu’un pas à franchir, vous me l’accorderez.

5 toea = 5 centimes de kina = 1,2 centime d’euro. Pas bézef, quoi.

 

 

*Les abréviations en majuscules grasses suivies d’un astérisque renvoient à la bibliographie du blog, accessible par le lien en haut de la colonne de droite.

10 commentaires sur “Le Grun de Chignore (répàladev)

  1. Et, si vous ne connaissez pas le Forez, demandez : « Où c’est là donc ?

    C’es à ce trait que l’on reconnaît les amoureux df la littérature.

    [Et, il n’y a pas que du refait ! Même à l’heure du berger …]

    J’aime

  2. @ brosseur

    Logiquement, si l’on continue dans le gaulois, ce devrait être le tout de CALM ce soir.

    Avec Montcalm, vous êtes avantagé …!

    J’aime

  3. Le « nez », ou le « museau » , désigné par un terme différent selon l’animal qu’il évoque du fait de sa forme, désigne aussi d’autres montagnes.

    Citons « Le Nez de Bœuf » dans l’île de la Réunion, « Le Museau de la Tanche » dans l’île Amsterdam et, dans le domaine de la fiction, « Le Museau du Yack » dans « Tintin au Tibet ».

    http://www.amapof.com/articles.php?id=1087

    —————-
    C’est moins sûr pour Nax, dans le Valais.

    Il me semble aussi avoir rencontré un « Nas de quelque chose » … mais je n’arrive plus à le retrouver.

    [Ce Nax me fait penser que, si vous avez une clé laxienne, je suis preneur : depuis que j’ai mis en route mon générateur spontané meldgien, je suis envahi par le tangreese…]

    J’aime

  4. TRA

    Le « calm », ce sera peut-être pour une fois prochaine : il y a tant à débrouiller entre le PIE, l’IE, le celtique, etc. qu’on s’y perd et ce ,d’autant plus que les grands pontes ne sont pas toujours d’accord entre eux !

    J’aime

  5. Bonjour m Leveto

    pour le livradois, je ne comprend pas :
    dans le même texte , encadré de rouge

    1 vient de ste LIVRADE = LIBERATA ( délivrée par Dieu)

    2 vient de LEBOR-ATE

    Merci

    J’aime

  6. lecteur

    Il faut comprendre que l’étymologie n’est pas assurée. L’hypothèse la plus consensuelle jusqu’à récemment est celle qui fait appel à un hagionyme mais P.-H. Billy a proposé une nouvelle hypothèse (encadré).
    À vous de vous faire une idée …

    J’aime

  7. merci beaucoup M leveto
    rien d’évident .
    c’est plus intéressant ,d’un point de vue , et moins de l’autre.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s