Manoir, etc.

On a rencontré dans le précédent billet, à propos de La Queue-de-Maine, le participe passé masculin mansus du verbe manere, ancien français manoir, « demeurer, rester ».

Dictionnaire latin-français par Félix Gaffiot (1934)

Issu d’une racine indo-européenne men (cf. l’anglais to remain), très commune en toponymie, ce verbe est à l’origine de nombreux noms en rapport avec l’habitat, sous diverses formes désignant des objets distincts : maison, manoir, manse, meix, mesnil, mas, masure. Les toponymes qui en proviennent sont extrêmement nombreux et il ne sera pas question de tous les citer ici mais, pour chacun d’eux, d’en donner la description la plus précise possible accompagnée de quelques exemples en montrant les déclinaisons possibles.

Manoir

Si on trouve une soixante de lieux-dits en (Le) Manoir ou Beaumanoir, le plus souvent en Normandie, une seule commune porte ce nom, Le Manoir (Calv.).

La formé féminisée, désignant une résidence, un « château », se retrouve dans les noms de Magnières (M.-et-M.), Maisnières (Somme), Masnières (Nord), La Mesnière (Orne) et Mesnières-en-Bray (S.-Mar.).

Maison

Le nom « maison » provient du latin mansionem, accusatif de mansio, « séjour, lieu de séjour, habitation, demeure, auberge », lui même issu de manere. La chute du premier -n- explique le passage de ma(n)sionem à *masion puis « maison ».

Dictionnaire latin-français par Félix Gaffiot (1934)

Ce nom se retrouve pour des centaines de lieux-dits, accompagné d’un nom de personne ou d’un complément. Plus de soixante communes ont un nom comportant Maison, dont trois Maisons tout court (Aude, Calv., E.-et-L.) et une douzaine de Maisoncelle(s). Citons aussi les biens connues Maisons-Alfort (V.-de-M.), Maisons-Laffitte (Yv.), La Malmaison (Aisne) et Rueil-Malmaison (H.-de-S.), etc. Avec des adjectifs, on peut encore citer Bonnemaison (Calv.), Neuves-Maisons (M.-et-M), Viels-Maisons (Aisne), Maison-Rouge (S.-et-M.), etc.

Manse

Directement issu du participe passé masculin substantivé mansus de manere, le manse était jadis un bien agricole à la mesure d’un ménage, exploité par un seul tenancier. Ce terme n’apparait que très rarement dans des micro-toponymes et de manière ambiguë puisqu’il peut être confondu avec des dérivés de noms de personne, comme Mancius (Mansat dans la Creuse, Mansan dans les H.-Pyr., Manses en Ariège, etc.). En revanche, il semble bien qu’on puisse le reconnaitre dans le nom de Mansempuy (Gers, avec puy, dérivé du latin podium, « colline ») et Mansencôme (Gers, avec le latin cumba, « vallée »).

C’est dans ce paragraphe que l’on peut classer les dérivés en maine, mayne ou meyne. On compte une seule commune appelée Maine-de-Boixe (Char., avec Boixe du latin buxea, région où pousse le buis) mais les lieux-dits en Maine sont présents en plusieurs dizaines d’exemplaires dans chacun des départements de Gironde, Charente-Maritime, Charente et Dordogne et, avec moins d’intensité, dans tout le midi toulousain. Un risque de confusion peut toutefois exister puisque maine peut avoir localement le sens de « grand, principal » (magnus) ou médian (meduanus).

Meix

Meix (prononcé ) et ses dérivés sont la variante du précédent dans un grand quart nord-est de l’Hexagone, désignant d’abord le terrain attenant à la maison avant de prendre le sens plus général de ferme ou habitation rurale. On le trouve tel quel dans Le Meix (C.-d’Or), Le Meix-Saint-Époing et Le Meix-Tiercelin (Marne) ainsi que dans de très nombreux micro-toponymes. Le nom a donné des variantes en metz à l’origine de noms comme Metz-Robert (Aube), Metz-le-Comte (Nièvre), etc. ainsi que Beaumetz ( Somme), B.-lès-Loges, B.-lès-Cambrai et B.-lès-Aire (P.-du-C.) et leur opposé Mametz (« mauvais metz », Somme et P.-de-C.). Notons que le nom de la mosellane Metz (qui se prononce mès) ne relève pas de cette série mais est issu du nom raccourci en Mettis du peuple des Mediomatrici dont elle était la capitale. Le même meix a pu évoluer vers Mée (May.), Le Mée (E.-et-L.), Les Mées (Sarthe), etc. — mais pas Les Mées (Alpes-de-H.-P.) qui sont été vues dans un ancien billet. On peut rajouter à cette série les noms de Médavy (Orne, Mesdavid en 1129, avec un nom de personne), Mérobert (Ess., Mansus Roberti en 1165, id.) et Mézidon-Canon (Calv., Mesodon en 1040, avec le germanique Odon). Le nom s’écrit mer dans les Vosges où Gérardmer était le meix d’un Gérard : c’est pourquoi le nom se prononce Gérardmé et le fromage local géromé, tandis que chez ses voisins Longemer et Retournemer, le -r- final se fait entendre car -mer désignait ici un lac.

Mas

La variante méridionale bien connue, mas, a assez souvent pris le sens de grosse bâtisse, notamment dans les lieux-dits, mais il en est de toutes tailles. Dans les noms de communes, mas est accompagné d’un déterminatif, souvent le nom du pays ou du village voisin, comme Mas-Cabardès (Aude, nom de pays), Le Mas-d’Agenais (L.-et-G.), Le Mas-d’Azil (Ariège), Le Mas-de-Londres (Hér.), etc., mais aussi un nom de personne comme Mazamet (Tarn, avec Azamet, diminutif d’Azam), Masléon (H.-Vienne), Masparraute (P.-Atl., Mans Barraute au XIIè siècle, avec germanique Baroald), etc.

On trouve moins souvent ce mas accompagné d’un adjectif comme Mas-Blanc (B.-du-R.), Masnau (Tarn, avec novus, « neuf ») et Le Massegros (Loz.) ou d’un nom commun comme Masseube (Gers, avec silva, « forêt ») ou Massoulès (L.-et-G., avec le gascon soulès, « versant ensoleillé »). Les diminutifs Mazet, Mazel, Mazelet sont présents dans de nombreux noms de lieux-dits, comme les dérivés Mazal, Mazaud et d’autres.

Le chef-lieu du domaine agricole, son centre vital, a été appelé capmas (de cap, « tête »), d’où les noms de lieux-dits comme Cammas, Campmas, Chamas, etc. et le nom de Les Cammazes (Tarn).

Mesnil

Le latin mansionile, avec le même sens de « maison de paysan, habitation avec portion de terrain », a fourni les noms ménil et mesnil, ainsi que quelques variantes, noms très répandus dans toute la moitié nord de la France. On les retrouve parfois seuls comme pour Le Ménil (Vosges), Les Ménils (M.-et-M.), Le Mesnil (M.-et-L.), etc. ainsi que Magneux (Marne, H.-M.), Magny (H.-Rhin, Mos.), Les Magnils (Vendée), Maisnil (P.de-C.) et bien d’autres. Le plus souvent, ces mots sont accompagnés d’un déterminant :

  • le nom du seigneur possédant : Magnivray (H.-S., avec Evrard), Le Ménil-Guyon (Orne), Le Mesnil-Auzouf (Calv., avec le scandinave Osulfr), Le Mesnil-Rousset (Eure, avec le germanique Ruozelin), etc.
  • le titre seigneurial : Le Ménil-Vicomte (Orne), Mesnil-la-Comtesse (Aube) et Le Mesnil-le-Roi (Yv.).
  • la localité voisine : Magny-lès-Aubigny (C.-d’Or), Le Ménil-de-Briouze (Orne), Mesnil-les-Hurlus (Marne), etc.
  • le nom du pays, de la rivière … : Ménil-aux-Bois (Meuse), Ménil-en-Xaintois (Vosges), Ménil-sur-Belvitte (Vosges), etc.
  • le nom d’un saint : Le Mesnil-Saint-Denis (Yv.), Le Mesnil-Saint-Loup (Vosges), Mesnil-Saint-Père (Aube), etc.
  • nom de fantaisie ou descriptif : Mesnil-Follemprise (S.-Mar., « folle entreprise »), Ménilmontant (quartier de Paris, Mesmolium mali temporis , « mesnil du mauvais temps », en 1224 puis Mesnilium montenz en 1231 transformé en Mesnil Montant au XVIè siècle).
  • quelques noms sont accompagnés de déterminants qui n’ont pas trouvé d’explication satisfaisante comme Ménigoutte (D.-Sèvres), Le Ménil-Ciboult (Orne) et une demi-douzaine d’autres.
  • On peut ajouter à cette liste le diminutif ménillot à Choloy-Ménillot (M.-et-M.).
Le Blanc-Mesnil : Hôtel Roudil, route (pavée) de Drancy

À propos de la variante Magny, E. Nègre (TGF*) explique : » ce nom est mal attesté par magni « manoir, maison seigneuriale » à Jersey et par le franco-provençal de Bresse magniz « habitation rurale », mais il a certainement existé au moins en Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine, là où sont attestés les noms de lieu Magny, Le Magny « . Un risque de confusion peut exister avec des dérivés de magnus, « grand », et surtout avec les noms de personne latins Magnius et Mannius suffixés en -acum donnant par exemple Magny-Cours (Nièvre) et bien d’autres.

Masure

Le latin populaire mansura, issu de manere, désignait initialement la manse, la tenure domaniale, l’habitation rurale, sens encore vivant en pays de Caux où ce mot désigne une grosse ferme qu’entoure une haie. On lui doit Les Mazures (Ardennes) et de nombreux lieux-dits surtout en Normandie et dans l’Ouest.

Les devinettes

Ci-après une photo prise à la va-vite de l’endroit où j’ai passé mon dimanche, qui me sert de mot d’excuse pour le peu de temps que j’ai eu à consacrer à la relecture du billet (ne m’en veuillez pas si vous y trouvez quelques erreurs !) et à mettre au point une devinette digne de ce nom :

Néanmoins, je vous propose de chercher le nom d’un petit village français formé d’un des mots désignant une habitation rurale vus dans le billet et d’un adjectif qualifiant la bonne fertilité de la terre et donc sa richesse.

Il se trouve dans un pays dont le nom, assez courant sous différentes formes dans cette région pour désigner un pré entouré d’eau, est issu d’un mot de la langue d’anciens envahisseurs qui signifiait « île ».

On trouve sur son territoire une pierre plantée dans laquelle on prétend reconnaitre un outil de Gargantua.

Aucune idée pour un éventuel indice supplémentaire : peut-être mardi?

NB vérifiant mon propos avant de publier, je constate que la page wiki consacrée à ce petit village présente une notice toponymique étonnamment longue contenant plusieurs hypothèses plus ou moins étayées (avec des références discutables et des raccourcis audacieux). Néanmoins, l’étymologie que je donne (bien sourcée, elle) y est mentionnée en bonne place. Ouf!

Réponse attendue chez leveto@sfr.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s