Blasons parlants (suite)

Un manque d’inspiration m’amène à rédiger un petit billet dans lequel ranger quelques blasons parlants méridionaux qui attendaient patiemment leur tour ( mais il y en a d’autres !)

Seranon

D’azur au soleil d’or, le blason de ce petit village des Alpes-Maritimes fait office d’armes parlantes indirectes en  jouant sur l’équivoque avec serena, « devenir serein, faire beau temps » en provençal.

SERANON-06

Les formes anciennes sont castelli Sarnonis (1060), Saranoni (ca. 1200) et Saranon (1233). L’étymologie selon le nom de personne latin Sarranus et suffixe -onen (TGF*) fait difficulté par le redoublement du -r- ; c’est pourquoi on peut lui préférer une dérivation du pré-indo-européen *sar-, « hauteur », avec double suffixe -an-onem.

Soleilhas

Les armes de ce village des Alpes-de-Haute-Provence sont lumineuses : d’argent au soleil de gueules.

SOLEILHAS-04

La forme ancienne est Soleillas (ca. 1200). Il est sans doute inutile d’aller chercher le latin soliculum, « soleil »,  accompagné d’un suffixe augmentatif –as (DENLF*) pour expliquer le toponyme qui semble être tout simplement l’occitan soulelhàs ou souleias (DNFLM*)

Reillanne

Dans les Alpes-de-Haute-Provence, Reillanne voit son blason ainsi décrit : D’azur au soc de charrue d’argent posé en pal la pointe en haut, surmonté de deux fleurs de lis du même rangées en chef.

REILLANNE-04

C’est le soc de charrue, qui se dit reio en provençal, qui fait parler ces armes.

La forme ancienne, Reglana (909), reste obscure sauf à y voir un nom d’homme latin Regilius ou Regulus, « roitelet », avec un suffixe féminin –ana (qui suppose un villa sous-entendu).

Seilhac

Ce village corrézien possède lui aussi des armes parlantes ainsi décrites : d’azur au chevron d’or accompagné de trois seilles d’argent, deux en chef, une en pointe, au chef de gueules chargé de trois étoiles d’or.

Le provençal selho (aussi siho, silho, …) désigne « un seau de bois ayant une ou deux douves plus longues, dans lesquelles est pratiqué un trou pour y passer la main ».

SEILHAC-19

La forme ancienne est soit l’anthroponyme gaulois Sagillius  soit le latin Caelius, accompagnés du suffixe -acum, sans doute le propriétaire de l’importante villa gallo-romaine que des fouilles ont dévoilée sur la commune

Gordes

La vauclusienne Gordes a possédé  en 1696 un blason de gueules à une gourde d’or, celui du marquisat :

GORDES-84-03

En 1984, la ville a adopté un nouveau blason de gueules mantelé d’or, à trois gourdes de l’un en l’autre, création de Mireille Louis.

GORDES-84

Ce n’est pas faire injure à la créatrice du blason que de remarquer qu’elle a quand même triplé le nombre de gourdes à Gordes. Les gordes, gordo en provençal ou gourdes en vieux français, sont des courges calebasse, qui pouvaient servir de récipients une fois séchées et vidées.

Les formes anciennes sont castro Gordone (1031-32) et Gorda (1035), sans doute formées sur un nom de lieu pré-celtique *Gortone d’origine et de sens inconnus et dont l’accent tonique a reculé sur la première syllabe. On a rapproché ce nom de celui de Gortyna en Crète et Cortona en Étrurie (TGF*) mais, Gordes étant situé sur un promontoire rocheux, il est tentant d’y voir un composé de la racine pré-indo-européenne *gor-, « pierre, rocher », variante de la mieux connue *kar/*gar.(DNFLM*).

*Les abréviations en gras suivies d’un astérisque renvoient à la bibliographie du blog, accessible par le lien en haut de la colonne de droite.

Les dessins de blasons sont issus du site l’Armorial des villes et villages de France, avec l’aimable autorisation de leur auteur, Daniel Juric .

point-d-interrogation-sur-le-clavier-nb10411-1

La devinette

Il vous faudra trouver le nom, en deux mots suivis du nom du pays montagneux introduit par une préposition, d’une petite commune méridionale française pourvue d’armes parlantes.

On a joué en effet avec le premier mot du toponyme et un homonyme pour faire figurer sur le blason un objet en bois qui n’a aucune raison de se trouver en un tel lieu (sauf à l’y avoir transporté pour justifier le blason, ce qui n’est pas le cas!).

Une fois n’est pas coutume, voici un indice en chanson :

Réponse attendue chez leveto@sfr.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s