Tuffalun (répàladev)

Ma dernière devinette concernait les noms de communes liés à ceux de roches. Elle a été résolue par TRS, LGF et TRA. Bravo à tous les trois!

Il fallait trouver Tuffalun, une commune de Maine-et-Loire, dans l’arrondissement de Saumur.

-Tuffalun-1000px

L’attestation la plus ancienne que nous ayons du nom de cette commune, déjà sous la forme Tuffalun, date du 17 décembre 2015, jour de la publication de l’arrêté préfectoral qui en officialise la création par le regroupement d’Ambillou-Château, Louerre et Noyant-la-Plaine.

Pour tout savoir sur l’origine de ce nom, nous lisons le premier bulletin municipal annuel, daté de 2016, qui nous apprend que « Fabien Graveleau, maître de conférences en géologie animera une soirée sur l’histoire de nos sous-sols : Tuffeau et Falun. Ses propos expliqueront pourquoi nos villages, nos champs, notre forêt se sont implantés ainsi et que tout naturellement la Commune Nouvelle s’est fait baptiser TUFFALUN ». On passera sur l’inflation des majuscules pour retenir que Tuffalun est un mot valise composé des noms du tuffeau et du falun : il s’agit donc d’un « toponyme fabriqué » (cf. la Pakis-tan-zanie, le Pays du soleil couchant, Wauzhushk Onigum, Flin Flon, et quelques autres).

Ambillou-Château : Ambiloo en 1077, du nom d’homme latin Ambilius et suffixe gaulois -avum.

Louerre : Landrum villa (à lire Laudrum?) en 848 puis Loerra, Loirra en 1050 et Loria en 1076-77. Du gaulois lautro-, « bain, bassin, canal, auge ». Louerre est à la source même de l’Aubance.

Noyant-la-Plaine : Novientus en 644, du gaulois novios, « nouveau », et suffixe gaulois -entum.

Noyant (49) 9

cdl6

Les indices

■ le monument aux morts :

indice 2 08 11 20 comme beaucoup d’autres, le monument aux morts de La Fère-en-Tardenois (Aisne) a été sculpté par Alfred Benon, né en 1887 à Saumur et mort en 1965 à Limeil-Brévannes. « Sous le pseudonyme de Pierre des Tuffeaux, il se fera également critique d’art pour le quotidien La Nouvelle République

 

■ le petit oiseau :

topelement.jpgce troglodyte rappelait qu’à Louerre, « les hameaux d’Avort, du Vau, de la Haute et Basse Coudre, de la Chaslerie, de la Trésorerie et de la Dronière ponctuent la campagne où de nombreux sites troglodytiques sont à découvrir ».

De manière plus générale, ces sites troglodytiques pouvaient au moins renvoyer vers l’Anjou, le Saumurois.

 

4 commentaires sur “Tuffalun (répàladev)

  1. J’avais bien sûr pensé aux nombreuses habitations troglodytiques de Touraine et d’Anjou, mais j’avais hélas raté ce Tuffalun.

    Quoi qu’il en soit, j’aime beaucoup votre phrase : « L’attestation la plus ancienne que nous ayons du nom de cette commune, déjà sous la forme Tuffalun, date du 17 décembre 2015 »

    Les habitué·e·s de ce blog auront sans doute également souri à cette utilisation singulière d’une formule renvoyant généralement au moyen-âge (souvent avec la variante renvoyant à une autre forme, le « déjà sous la forme… » étant plus rare). Et un sourire, en ce moment, cela fait toujours du bien.

    J’aime

  2. Jacques C et jsp

    … je vais rougir!

    jsp

    effectivement les gentilés des nouvelles communes soulèvent des problèmes …
    Les maires se sont penchés sur le sujet.

    un exemple ?

    Dans la Sarthe, Cherré et Cherreau ont fusionné pour donner naissance à Cherré-Au. Après consultation des habitants et ratification par l’État : « Les habitants de Cherré s’appelaient les Cherréens et ceux de Cherreau les Cherreausiens. Tous sont des Cherréausiens désormais ».

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s