Pirmil (la répàladev)

TRS et Jacques C. sont les seuls à m’avoir donné la bonne réponse à ma dernière devinette. Félicitations !

Il fallait trouver Pirmil, nom d’une petite commune sarthoise ainsi que d’un hameau de Saint-Jean-de-la-Motte dans le même département.

carte-Departements-Pirmil-1000px

Pirmil est aussi le nom d’un faubourg de Nantes éponyme d’une place, d’un bras de la Loire, de deux ponts et d’un ancien château.

Parmi les formes anciennes connues de ces toponymes, qui sont nombreuses, je retiendrai :

  • pour la commune sarthoise : H. de Pilimiaco (vers 1050), G. de Pilimilio (1070-1078), Parrochia Pilimilii (1080-1102), G. de Piremil (vers 1200) et Piremilium (1206) ;
  • pour le hameau : Pillemil (1499) et Le Lieu de Pilmil (1638) ;
  • pour le faubourg nantais : Piremil  (1119) et Pilemil (1205).

Au vu des formes plus récentes, on peut supposer que la forme Pilimiaco de 1050 est une latinisation avec suffixe –acum de *Pilimil. L’explication la plus logique et la plus simple est de voir dans ce nom le présent de l’indicatif du verbe « piler » et « mil » : c’est l’endroit où on pile le mil, sans doute l’emplacement d’un ou de plusieurs anciens moulins. Cette étymologie est défendue par Dauzat & Rostaing (DENLF*), Éric Vial (NVV*) et par Henri de Berranger (Évocation du vieux Nantes, Les Éditions de Minuit,

pirmil

D’autres étymologies ont été proposées comme une déformation du latin pila milliaria désignant une « pile milliaire ». Cette hypothèse, proposée par exemple par Édouard Pied (Notices sur les rues de Nantes, A. Dugas, ) à propos du faubourg nantais et qu’on lit sur la fiche wikipedia, se heurte à plusieurs difficultés :

  1. le latin utilisait le nom milliarium pour désigner la borne et aurait dit milliaria pila (et non pila milliaria) pour la pile milliaire ;
  2. on ne trouve aucune trace dans les formes anciennes d’un milliaria ;
  3. phonétiquement, le latin milliaria, accentué sur le premier -a-, a donné des noms comme Milhars (Tarn), Milhas (H.-G.) ou Millas (P.-O.) et on ne voit pas comment il aurait été réduit à un monosyllabique mil  ;
  4. les bornes milliaires étaient plus souvent appelées cippus, columna ou lapidem (cf. ce billet ), pila étant le plus souvent réservé à la pile du pont ;
  5.  on ne trouve aucune trace écrite ni archéologique d’une ancienne voie romaine passant par Pirmil.

Je ne m’étendrai pas sur des hypothèses fantaisistes qui ont voulu voir dans le pont nantais un pont aux mille piles ou l’œuvre du proconsul romain Paulus Æmilius, « Paul Émile » devenant Pilmil

Quand à Ernest Nègre (TGF*), qui s’appuie sur la forme Pilimiaco de 1050, il penche pour le nom de divinité romaine Pilumnus, qui serait devenu un nom de personne, accompagné du suffixe -acum. Le produit de Pilumn-acum aurait alors été  *Pilemy (même si dans cette région le suffixe -acum a évolué le plus souvent en ou -ay), qui, par l’attraction de l’oïl mil, serait passé à Pilmil. Il est plaisant de noter que Pilumnus, dieu des naissances mais aussi des cultures, était consacré au battage des grains et de là à piler le mil …

Enfin, pour appuyer l’étymologie de Pirmil selon « pile mil », on peut noter que le hameau Pilmil à Saint-Georges-de-Noisné (Deux-Sèvres)  était appelé Pillemilz en 1488 et Moulin de Pillemyl près l’église de Sallettes en 1541, ce qui confirme l’existence de tels moulins.

TRS, dans un commentaire où il annonçait renoncer, écrivait  « je suis allé au mortier et au pilon : – le mil, ça se pile, non ? », à quoi je répondais que le coup n’était pas passé près (presque pile dans le mille ?).

*Les abréviations en gras suivies d’un astérisque renvoient à la bibliographie du blog, accessible par le lien en haut de la colonne de droite

cdl6

Les indices

■ la statue :

indice a 17 01 21

il fallait reconnaitre Bertrand du Guesclin ce qui était censé réduire un peu la zone géographique où chercher le toponyme et ce qui pouvait servir de confirmation quand on hésitait à propos de Pirmil, puisqu’il est dans la fiche wiki que du Guesclin y séjourna à deux reprises.

■ le tableau :

indice b 17 01 21

intitulé Nature morte avec pilon et mortier, ce tableau de Chardin devait faire penser à la manière de préparer le mil dont il était question dans l’énoncé de la devinette : le mil était pilé.

■ la devise :

 En Sarthe, 24 heures comptent plus qu’ailleurs : adoptée par le département où se déroulent annuellement les 24 heures du Mans, cette devise restreignait les recherches à la Sarthe. Les plus attentifs auront remarqué mon commentaire qui n’avait « presque rien à voir » sur le billet des indices du mardi à propos de la mort de Jean Graton.

■ l’enluminure :

indice b 19 01 21

il s’agissait d’un détail d’une enluminure des Chroniques de Jean Froissart montrant la bataille de Pontvallain de 1370 à laquelle participa du Guesclin avant de se reposer à Pirmil, distant d’à peine trente kilomètres.

■ la bédé :

indice a 19 01 21

il s’agissait plus d’une plaisanterie (un gag récurrent destiné à TRS ) mais on pouvait quand même remarquer que Gaston porte une pile de livres …

15 commentaires sur “Pirmil (la répàladev)

  1. POINT DE DÉTAIL

    « le latin utilisait le nom milliarium pour désigner la borne et aurait dit milliaria pila (et non pila milliaria) pour la pile milliaire »

    ———————
    Rappelons la règle de position de l’adjectif épithète en latin :

    « L’adjectif qui exprime une QUALITÉ se place le plus souvent AVANT le nom.
    L’adjectif qui exprime la CLASSIFICATION (catégorie, espèce de la chose dont on parle) se place le plus souvent APRÈS le nom.

    Ex. : ‘pulchra domus’ (‘une belle maison’) vs ‘domus urbana’ (‘une maison de ville’). »
    [« Grammaire latine », p. 103, Dauzat et alii, éd. Nathan ]

    —————
    Cet argument-là n’est donc pas recevable, puisque dans un hypothétique « pila milliaria », on aurait affaire à une classification.

    D’autant plus que l’ordre des mots en basse-latinité ou en latin médiéval est souvent très différent de celui du latin classique.

    J'aime

  2. TRA

    je me suis fié à mes souvenirs des classes de latin de sixième ou cinquième où j’avais appris que l’adjectif ( sauf de couleur, allez savoir pourquoi ), se plaçait avant le nom. D’avoir relu dans mon billet consacré aux six cents bornes :« À la troisième pierre, ad tertium lapidem, c’est-à-dire (la pierre) au troisième mille, on trouve Thiers-sur-Thève (Oise) », m’avait conforté dans mon idée.
    Un rapide tour maintenant sur le Gaffiot me montre : milliaria ala chez Pline, milliarius aper chez Sénèque et milliarius clivus chez Varron. Une milliaria pila ne me choquerait pas.

    Je veux bien entendre votre distinction entre qualité et classification, mais elle me parait assez ambiguë : « une pile qui marque mille (lieues) » (c’est sa qualité propre de marquer mille lieues) ou une « pile des mille lieues » (elle est classée dans la catégorie des piles marquant mille lieues ».

    Votre deuxième argument, l’ordre adjectif-nom ayant pu être inversé en bas latin me semble plus pertinent, mais sans date assurée d’apparition du nom d’origine, il est difficile de se prononcer.

    J'aime

  3. @ leveto

    C’est vraiment un « point de détail » : historiquement, il n’y a guère que les candidats à l’agrégation de Lettres classiques (et encore !) qui l’aient jamais vraiment appliquée, durant les deux millénaires passés …

    D’ailleurs, Dauzat la tempère par un double « le plus souvent » !

    [ Il faut juste retenir de cela qu’une construction comme « pila milliara » ne doit pas être rejetée a priori. ]

    J'aime

  4. Bonjour M Leveto et lecteurs

    une petite suite de devinettes ??

    OGER 51 ( actuelle Blancs-Coteaux) lien avec le patronyme ? (Ogier)

    BRASSAC

    MARMONT ( à Bény )

    CONTREVOZ ( 01) De Contreivo

    PERROGNEY

    NAGES-ET-SOLOGNES 30

    HOTONNES

    DAVIGNAC 19

    LA FEMME SANS TêTE ( rivière )

    VENDEUVRE SUR BARSE 10 Barsan =  » rivière quin surprend «  » ???

    NOIDANT

    PONTRUET 02

    NAJAC 12

    VIRIEU 38

    RIOUSAL  » ruisseau sale  »

    BEIRE-LE-FORT 21

    EPRUNES

    et enfin

    rue des APALOIS

    chemin du MIMORAY ?

    Vraiment merci beaucoup .

    J'aime

  5. lecteur

    ■ OGER (Marne )( actuelle Blancs-Coteaux) lien avec le patronyme ? (Ogier)

    Ogerium en 1062 du nom d’homme germanique latinisé Oggerius ( Adal–gari ) employé seul comme souvent pour les premiers établissements
    Le patronyme Ogier est une variante d’Oger, Auger, Augier, etc du germanique Adal(noble) et gari (lance)

    ■ BRASSAC (Ariège, Tarn) :
    du nom d’homme gaulois Braccus latinisé Bracius + acum

    ■ MARMONT (à Bény – Ain) de « mont » et adjectif mal, mauvais, ou maur, noir, sombre

    Marmont à Vonnas, Ain, était Malomonteen 993

    ■ CONTREVOZ ( Ain) De Contreivo

    Contreivo en 1141
    franco- provençal contre , (en face de, près de ) + treyvo, treyve, carrefour ; -oz marque le féminin singulier (TGF) . D&R postulent un contra aquas

    ■ PERROGNEY (H.-M.) : Perregne en 1193 du nom d’homme latin Petronius + acum

    ■ NAGES-ET-SOLORGUES (Gard) cf formes anciennes sur wiki

    Nages :villa Anagia en 895, de Anagiis en 1482 puis de Nagiis en 1539, du nom d’homme roman Annajus + -a ; aphérèse tardive + -s adventice ; attraction de l’occitan las nachas, « les fesses ».
    Solorgues : Villa quoe vocatur Saravonicos en 960, Saraonicis en 1169, Serorgues en 1435 et Solorgues en 1555 du nom d’homme roman Saravus (gaulois Saravo) + anicum

    ■ HOTONNES (Ain)
    Osthona en 1345 d’un premier élément obscur + gaulois -onna, cours d’eau (D&R). E. Nègre TGF ne se prononce pas

    ■ DAVIGNAC (Corrèze)

    du nom d’homme gallo-romain * Davinius( gaulois Davinus) + acum

    ■ VENDEUVRE SUR BARSE (Aube) Barsan =  » rivière quin surprend «  » ???

    Vendeuvre : Vindovera à l’époque mérovingienne, des gaulois vindo, blanc, et briga, mont
    Barse : Barsa, Barsittus en 855, aqua bassa vers 1139 : d’un hydronyme pré-celtique *bar (sans lien avec l’oronyme) selon TGF …

    ■ NOIDANT (H.M)
    N. Chatenoy : Noydantum en 1196 du nom d’homme germanique Nodo et suffixe germanique ing (D&R) ou du nom d’homme roman Nitentius (TGF)
    N Le Rocheux : Noidant dès 871 idem

    ■ PONTRUET 02
    Pontru(Aisne ) et Pontruel (Aisne)  de pont et ru, ruisseau – et diminutif –ruel

    ■ NAJAC (Av)
    du nom d’homme latin Navius + acum

    ■ VIRIEU (Isère)
    Viriacum au Xiè s du nom d’homme gallo-romain Virius + acum

    ■ RIOUSAL  » ruisseau sale  »
    peut-être à rapprocher tout simplement de l’ancien français rieusal, ruieseal , « ruisseau»
    Sur les causses, ce nom de « riou sal » était donné aux ruisseaux traversés par les mulets chargés de sel ; un hameau de Loubressac s’appelle Rieuzal de même étymologie (occitan riou sal)

    ■ BEIRE-LE-FORT (C d’Or)
    Du bas as latin beria, plaine (peut-être d’ origine gauloise) cf oïl berrie de même sens.Cf les noms de B le Châtel et B la Ville et Bierre les Saumur, comme Berre l’Etang, etc.

    ■ EPRUNES (S et M)
    Espreunes en 1302 … La seigneurie des Prunes en 1656, Les Prunes en 1679.
    Plutôt qu’un ancien français « es (en les) prunes », espreunes pourrait être un dérivé de spina «aubépine », qui aurait subi l’attraction de prunus, prunier.

    et enfin
    ■ rue des APALOIS (à Chapareillan, Isère?)
    Apalois = noms des habitants du hameau de La Palud Ce sont traditionnellement les habitants de la Palud. Le fait même que ses habitants aient une appellation spécifique témoigne de l’identité très forte de ce hameau.

    ■ chemin du MIMORAY ( à Chapareillan, Isère)
    ieu-dit. Ce nom est bâti autour d’une très vieille racine préceltique mor signifiant butte ; agrémenté d’un préfixe et d’un suffixe latins, il signifie dans ce cas le lieu où se trouve une petite butte

    Ces deux derniers sont donnés sous toute réserve après avoir trouvé cette page :

    Cliquer pour accéder à origine-ethymologies-noms-de-voies.pdf

    Reste « La Femme sans tête » à approfondir.

    J'aime

  6. lecteur

    J’imagine que vous ne faisiez pas allusion au roman de Juliette Nothomb sur lequel on tombe dès qu’on cherche un ruisseau de la femme sans tête.
    J’ai donc cherché un peu plus loin et j’ai trouvé :
    — la Combe de la Femme sans tête à Cendrey (Doubs ). « Le 12 avril 1616, Jeanne Perreguey, veuve de Claude Dumont, est condamnée à avoir la tête tranchée et séparée du corps pour crime d’infanticide et immoralité. Un lieu-dit la Combe de la Femme sans Tête rappelle encore aujourd’hui ce tragique fait divers sans que l’on puisse savoir s’il indique le lieu de l’exécution, ou une terre exploitée par cette femme. » (wiki)
    — le canal de la Femme sans Tête à Arc-sur-Tille (C.-d’Or) : selon le Dic. Topo. de la Côte-d’Or il était appelé Canal du Pont-à-la Femme en 1838 et noté canal de la Femme-sans-Tête sur la carte d’état-major (fin XIXè siècle). En réalité, le canal du Pont-à-la-Femme est déjà mentionné sous ce nom en 1753 dans un devis d’assèchement des marais de la Tille ( cf. ici, page 19 ). Mais je n’ai pas pu aller plus loin, ni savoir qui était cette femme, ni quand elle aurait perdu la tête …

    J'aime

  7. Je parlais probablement du ruisseau d’Arc-sur-Tille
    sur l’autoroute A31 vers , l’on trouve indiqué , sur quelques kilomètres ,3 canaux
    La Barse

    La femme sans tête

    le Canal SAINT-JULIEN

    ce qui m’ a toujours interloqué
    https://www.google.fr/maps/place/21560+Arc-sur-Tille/@47.3400391,5.1647149,245m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x47ed5f7a2fb2980d:0x409ce34b31465c0!8m2!3d47.3475589!4d5.188862

    région très aquatique

    https://www.google.fr/maps/place/21560+Arc-sur-Tille/@47.3576304,5.1629768,1959m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x47ed5f7a2fb2980d:0x409ce34b31465c0!8m2!3d47.3475589!4d5.188862

    plus au nord , à noter une  » combe de la femme morte  »

    merci

    J'aime

  8. la rue des Apalois est à La Palud ( commune de Chapareillan )
    soit à qq kilomètres de Pontcharra
    c’est donc  » A Palois  »

    de façon surprenante La Palud ,est un hameau , probablement ancienne commune ,
    qui est en hauteur sur les pentes de Chapareillan

    pour moi ,les paluds étaient en général plutôt vers les reliefs bas , chargés d’eau , alors que là , il s’agit d’une pente alpine, au bas du célèbre Mont GRANIER !

    le nom date-t-il d’vant ou d’après l’éboulement ? y-a-t-il eu une mare, comblée depuis ?

    Chapareillan serait un nom burgonde ? comme MYANS .

    J'aime

  9. 73 ROTHERENS
    – Burgonde chez les gens de ROTHO rothoningos
    – ou roman RUTONIUS

    73 LA-MOTTE-SERVOLEX
    CERVOLAY ?
    ou
    SILVULETUM ,
    Très difficile , sur internet !

    merci beaucoup

    J'aime

  10. lecteur

    ■ Chapareillan était Campania Riolentis au IXè s : « plaine» et nom de femme germanique Riclendis.
    ■Rotherens : difficile de trancher, en effet, entre le gaulois Ruttonus et suffixe incum (D&R) ou le germain Rothon et suffixe ingos (TGF) …

    Pour La Motte-Servolex, je cherche encore un peu…

    J'aime

  11. ■ La motte-Servolex (Savoie) :

     ecclesia parrochialis de Cervolay (1414) puis Servolay en 1488

    Mot régional serve (latin silva ), « forêt » ; cf. ancien français salve, selve, silve , qui ont donné par rhotacisme l´ancien français serve, et par syncope l´ancien français seve, « forêt » 

    Cf. par exemple : La Serve, forêt (à Fréterive, Combe de Savoie, Savoie)

    Diminutif issu du latin silvula , « petite forêt » : *servola

    Avec le suffixe collectif ay devenant -ex,   évolution régionale du latin -etum* : Servolay en 1488, anciennement écrit Cervolay, village et ancienne commune jusqu´en 1794, réuni à La Motte pour former la commune de La Motte-Servolex (Arrondissement de Chambéry, Savoie).

    Servolex était donc un ensemble de petits bosquets.

    * cf Excenevex.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s