Les indices du mardi 23/03/2021

Seuls LGF et TRA sont déjà venus à bout de ma dernière devinette. Bravo à tous les deux !

Un rappel de l’énoncé :

Il vous faudra trouver le nom d’une commune de France métropolitaine, dont la forme latine originelle indique qu’il s’agissait d’un relais abritant les voyageurs.

Ce mot latin d’origine, mal compris et déformé au fil du temps, est devenu aujourd’hui homonyme d’un adjectif monosyllabique sans rapport avec le sens initial mais parfaitement compris et donc accepté, même s’il pourrait être senti comme désobligeant.

Ce même nom est aussi celui d’une autre commune de France métropolitaine, située à plus de 700 km, qui le doit, elle,  à un nom gaulois.

Le toponyme (un relais routier, rappelez-vous !) est sans doute dû à la présence de reliques de plusieurs saints et d’une sainte qui attiraient les pèlerins au moins depuis le Xè siècle. Ce fut le plus important lieu de pèlerinage de la région jusqu’au XVè siècle quand l’évêque du diocèse fit transférer les reliques dans sa cathédrale, n’en laissant que des fragments sur place.

Une légende locale raconte que c’est la sainte qui a apporté sur une étoffe de soie la pierre plantée en plein champ, un menhir, dont s’enorgueillit la commune.

Un indice :

 

indice b 21 03 21

Et ces nouveaux indices :

■ Une nouvelle d’Alphonse Daudet ? Une chanson de Jacques Brel ? Non. Trop facile.

■ Un personnage de bédé ? D’accord, celui-là :

indice a 21 03 21

■ et cette photo, pour le nom de la deuxième commune (mais ne vous y arrêtez pas trop, le lien est pratiquement introuvable) :

indice b 23 03 21

 

 

Réponse attendue chez leveto@sfr.fr

Publicité

15 commentaires sur “Les indices du mardi 23/03/2021

  1. Il fut un temps où je pouvais combler mes lacunes dans le domaine des chansonnettes états-uniennes en consultant certains commentaires de ce blog.

    Hélas ! depuis quelques temps, la source en est tarie …

    En espérant que la cause n’en est pas covidesque (ou de quelque origine aussi néfaste), je me résous à me tourner, à défaut des Hauts-de-France, vers le Deep South, celui où souffle le Mestral, qui eût pu être cher aux félibriges !

    J’aime

  2. TRA

    puisque vous abordez le sujet, j’ajoute que je m’interroge, moi aussi, à propos de cette absence de notes venues du nord — et de l’absence de réponse à mes messages privés depuis près de deux semaines maintenant.
    Si quelqu’un a des infos …

    J’aime

  3. TRS Is Alive and Well and Living in Machincourt

    Cf. chansonnettes états-uniennes et deep south, cause covidesque ou pire…absence de réponse à des messages privés, bouderie… etc. Voir plus haut, TRA et Leveto…

    Afin que vous ne supputiez plus, vous prendrez bien une tranche de vie, entre la poire et le fromage, la vie et la mort:

    Tout début mars, TRS s’effondre, le cul cloué au sol, le dos au mur, incapable de se remettre debout.
    Le SAMU l’emporte vers le service des urgences. Il y entre inconscient. A son réveil, on lui apprend qu’il a été évacué par un hélico et qu’il se trouve, depuis près de vingt jours, à Lille, dans un service de pointe qui dispose de caissons hyperbare.
    Il semble que ceux-ci aient permis sa survie.
    On le rapatrie ensuite en Isarie, pour plusieurs semaines de soins… avec télévision pour horizon et nombre de femmes en blouse blanche, toutes aux petits soins pour lui.

    Mais sans doute fallait-il libérer des lits pour de plus nécessiteux ?… Me voici donc en HAD depuis quelques jours.
    Je préférais pourtant l’hôpital et son confort.
    _________________

    CHANSONNETTE et DEEP SOUTH

    Je suis bien en peine de dire ce qu’est, techniquement, une chansonnette.
    Je sais juste qu’on peut la pousser.
    Ainsi, au banquet annuel de l’Amicale des Anciens de l’EPAHD de …. , entend-on Mamie Germaine massacrer Le Temps des Cerises bientôt suivie par son voisin de table qui entonne avec entrain le refrain de Fernande.

    Sauf que, pour un Picard, Le Temps des cerises n’est rien d’autre qu’une bluette, un genre musical servi par des lyrics mis à la portée du populo sentimental et garantis sans gros mots.

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11814610/f2.highres

    Sauf encore que, quand je pense Deep South, Sète et chansonnette, me vient en tête celle à l’adresse de « Celle qui reste pucelle ».
    On me remerciera de ne pas glisser de lien tant ce texte est décevant : trop de vers pour simplement dire qu’une rosière peut être aussi méritante qu’une Marie-couche-toi là.
    L’auteur, sagement, n’a pas donné suite ; un ramasse-miettes s’en est chargé depuis.

    Trop de vers appliqués et Brassens, voulant faire son malin, fit rimer CRECELLE avec PUCELLE, preuve de son inexpérience en matière de jeunes filles et de percussions :

    Malgré les exemples
    De gosses, plus ample(s)
    Informé(es?) que toi
    Et qu’on dépucelle
    Avec leur crécelle
    Au bout de leurs doigts

    Quiconque sait de quoi il cause vous dira qu’il y a meilleur instrument qu’une crécelle pour procéder à une défloration en règle et qu’en aucune manière on peut tenir la chose « du bout des doigts »… sauf pour un ridicule second degré, histoire d’évoquer la chasteté des petits enfants de Pâques allant par les rues tandis que les cloches sont en week-end à Rome. Et là aussi Brassens a tout faux : chez moi, c’était le garçon qui tenait la crécelle quand la fillette avait un joli panier d’osier pour les œufs.
    C’était charmant et c’était clairement genré.
    ______________

    Puisque je vous ai tant manqué, cher TRA, vous continuerez de penser à moi en cherchant certain hôpital devenu fameux au répertoire de la musique américaine. L’endroit, toponyme ?, donne son titre à la chanson.

    Indices:
    -Ce standard ne s’encombre pas de mauvaises manières à la Brassens. Donc pas d’épate aux lyrics, rien que douleur et désespoir car, même chez les Nègres ignorants de Musset, on sait de quoi sont faits les chants les plus beaux.
    -Vian en fit une adaptation remarquable bien que méconnue.
    -Plus tard, le thème fut trahi par une vedette de la variété française, un ex-yéyé.

    D’une certaine manière, on peut penser à Jean-François, gabier sur la Fringante… mais cet indice, par trop levétoïdal, me semble inexploitable si l’on n’a pas la réponse.

    J’aime

  4. Quelle bonne nouvelle, TRS !
    je me doutais bien que quelque chose s’était passé, mais je n’imaginais pas un truc pareil ! L’essentiel est quand même que vous allez bien et que vous vous faites maintenant chouchouter par les jolies infirmières.
    La suite de votre billet montre que vous n’avez en tout cas rien perdu de votre mordant (je ne tomberai pas dans le piège Brassens !) ni de votre art de concocter des devinettes (je m’y mets un peu plus tard : je dois sortir maintenant pour être rentré avant le couvre-feu !).

    En tout cas, bienvenu à la maison !

    J’aime

  5. À défaut d’une interprétation par Boris V., on en en trouve une par Koko the Clown, accompagné par Betty Boop, à qui le code Hays n’a pas encore fait allonger la robe et n’a pas privé de la compagnie de Bimbo (qui devra partir pour éviter toute accusation de zoophilie !).

    J’aime

  6. LEVETO
    Vous avez relativement raison : Vian n’a pas fait une véritable « adaptation » mais, hier, je n’avais pas trouvé de meilleur mot.
    Aujourd’hui, j’utiliserais plutôt VARIATION et il suffit de consulter les lyrics de POKER BLUES pour constater tout ce qu’ils doivent à ceux de St-James Infirmary : endroit sordide (bouge ou dispensaire*pour vérolés), corps gisant, souci (à l’inhumation) de montrer une certaine élégance et une saine situation financière, quête incessante et cavale … Etc.
    L’arrangement musical utilise une autre ligne mélodique mais l’ambiance est conforme.
    ………
    Par ordre d’apparition au répertoire:
    En américain
    https://www.lacoccinelle.net/269681-the-white-stripes-st-james-infirmary-blues.html

    En français**
    https://www.paroles.net/magali-noel/paroles-poker-blues
    ______________________

    *voir le rapport entre un LOCK HOSPITAL et là où échoue le malheureux gabier de la chanson : gagné par la lubricité et après avoir dilapidé tout son argent, c’est le vif-argent qui lui fut administré.

    https://en.wikipedia.org/wiki/London_Lock_Hospital#Traditional_folk_song

    ** L’interprétation de Magali Noël, à mon goût, est surpassée par celle de Sue & les Salamandres.

    J’aime

  7. Oh, quel plaisir de retrouver TRS !

    Même si la cause de votre absence se confirme préoccupante (nous étions nombreux, je crois, à être inquiets), votre retour est rassurant. Espérons que des infirmières sympathiques viennent vous rendre visite dans le cadre de votre « HAD ».

    En plus, Saint-James Infirmary est un morceau que je jouais, autrefois, à l’accordéon diatonique (mes cervicales ne m’autorisent plus à en jouer depuis quelques temps), dans un arrangement de mon maître et ami Yann Dour.

    La saison de pêche à la Saint-Jacques vient de s’achever dans le centre du monde de cette pêche (la baie de Saint-Brieuc) — avec, comme il se doit lors des derniers jours de chaque campagne, des coquilles de belle taille vendues pas chères, ce qui me permit un copieux repas il y a deux semaines. Mais j’évitai l’indigestion et le détour par l’infirmary.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s