Intermède blasonnant

Que fait-on quand on est pris par le temps et que rien n’est prêt pour le dimanche soir ? Eh bien, oui !, on ressort des blasons parlants du fond du tiroir…

Désolé pour ceux que cela défrise, mais c’était ça ou rien.

(et on ressert une intro …)

Il vous faudra trouver les noms de deux communes d’un même département de France métropolitaine dont les armes sont parlantes en jouant sur les noms de constructions humaines différentes.

Le premier blason joue sur la façon dont sont disposées les constructions l’une par rapport à l’autre tandis que le second joue sur leur nombre.

Le premier toponyme fait en réalité référence au relief concave de l’endroit tandis que le second, plutôt que d’un relief convexe comme le dit wikipedia, est dérivé d’un nom de personne roman.

Les deux communes sont distantes d’à peine plus de deux kilomètres à vol d’oiseau mais de six kilomètres par la route.

Le département a une façade maritime.

Des indices à paraitre peut-être mardi parce que ce soir, je suis définitivement en panne. Et il n’y a pas d’indice dans la phrase précédente ni dans celle-ci.

Réponse attendue chez leveto@sfr.fr

5 commentaires sur “Intermède blasonnant

  1. Bonjour M Leveto

    petite liste surtout alpine
    73 ancienne commune de MURS ( Les Marches ; actuelle  » Porte-de-Savoie « )

    73 le lac BROZ ( 73 Les Marches)

    38 chemin de CLESSANT à Chapareillan

    38 chemin de BISPLAINE à Chapareillan

    73 ONTEX

    38 Chartreuse 1 ) forêt de l’Océpé

    2) cirque de PERQUELIN

    38 Sainte-Marie-du-mont : VAUJANE

    73 TRéVIGNIN

    27 Romilly-la-PUTHENAY ( célèbre ces jours-ci , incendie de son église du XVI ème s.)

    22 à ERQUY ( RHEGINA ), la grotte de GALIMONEUX , goule de GALIMOUX.

    Merci , bonne semaine.

    J'aime

  2. file:///C:/Users/CONSTA~1/AppData/Local/Temp/geolinguistique-793-1.pdf

    site intéressant hydrotoponymes de Chartreuse

    J'aime

  3. lecteur

    ■ 73 ancienne commune de MURS ( Les Marches ; actuelle  » Porte-de-Savoie « )

    ecclesia ou parochia de Muris jusqu’au XIVè siècle puis parochia de Muris seu Marchiis depuis le XIVè siècle et enfin seulement église ou paroisse des Marches, de Marchiis, depuis le XVIIè siècle. Du latin murus, « mur », rappelant en général une fortification, un mur d’enceinte, parfois d’origine romaine ou pré-romaine.

    ■ 73 le lac BROZ ( 73 Les Marches)
    Je vois deux origines possibles à ce nom :
    Le vieux français broc, « éperon rocheux, crête de montagne », du latin brocc(h)us, « pointu, saillant, proéminent », racine indo-européenne *bhar-, bhor-, bhr-, « proéminent, pointe »
    L´ancien français broce, broche, brosse, brousse,, « broussailles, bruyères, lieu rempli de ronces et de bruyères ; hallier, petit bouquet d´arbres » ; cf. broussis, « broussaille », du bas latin broces, brossia, bruscia, bruxia, « broussaille, végétation touffue de terrains incultes », latin vulgaire *bruscia, « terrain broussailleux, empli de buissons épineux, friche ».

    38 chemin de CLESSANT à Chapareillan : recherches en cours sans garantie de résultat
    38 chemin de BISPLAINE à Chapareillan : idem

    ■ 73 ONTEX
    Oncest au XIIIè siècle, du nom d’homme latin Onicius et suffixe acum, donnant *Oncé, *Oncez écrit *Oncest puis métathèse pour *Ontes(c) devenu Ontex.

    ■ 38 Chartreuse

    1 ) forêt de l’Océpé
    Du patois lo cépé , « la souche », cf. le français cépée, « touffe de plusieurs tiges de bois ayant poussé à partir de la souche d´un arbre abattu ».
    2) cirque de PERQUELIN
    L’origine de ce toponyme est mal établie, mais une étymologie populaire locale dit que Perquelin pourrait être le « pré qui est loin » … (sans forme ancienne, etc.)

    38 Sainte-Marie-du-mont : VAUJANE : recherches en cours sans garantie de résultat. (Un « val de Jan » ou de « Jean », soit un « Valjean » est possible)

    ■ 73 TRÉVIGNIN

    anciennement Trivignin, Cura de Trivignins vers 1344, Treivignins et Trivuignins au XIVème siècle. Du nom d’homme latin Trebonius et suffixe -anum

    ■ 27 Romilly-la-PUTHENAY ( célèbre ces jours-ci , incendie de son église du XVIème s.)

    Il s’agit de la Puthenaye attestée Puteneta vers 1170 (charte de Henri II) , Putenaia en 1234 (bulle de Grégoire IX) et La Putenaie, (charte de l’année 1234). On peut voir dans ce nom un composé du nom d’homme gallo-romain *Puttinius, diminutif latinisé du gaulois Puttus , accompagné du suffixe -acum comme pour Puttigny en Moselle (Petitgneit en 1280 et Puthegney en 1445).

    ■ 22 à ERQUY ( RHEGINA ), la grotte de GALIMONEUX , goule de GALIMOUX.
    On trouve aussi écrit Halimoux mais la forme parlée actuelle est plutôt Galimoux. Il est difficile de se prononcer sans forme ancienne, mais Galimoux suggère un ancien Galimour(s) dans lequel certains ont cru voir un dérivé de Gallicus murus

    J'aime

  4. Merci M Leveto

    Je vois que j’ ai donné du fil à retordre
    pour vos méninges !
    ( ou plutôt pour leur contenu )

    merci beaucoup

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s