Villecroze et Tourtour (les répauxdev)

 

Seul Hibou Bleu a trouvé les réponses à ma dernière devinette. Bravos !

Il fallait trouver Villecroze et Tourtour, deux communes du canton de Salernes dans le Var.

Villecroze

Les armes de la ville sont de gueules à deux villes fortifiées d’argent, passées en sautoir

 

Ces armes sont parlantes par le fait que les deux villes sont croisées en sautoir. Comme pour de nombreuses communes, son blason lui a sans doute été imposé par Charles d’Hozier lors de la création de l’Armorial général de France en 1696. (malgré mon aimable message, la mairie n’a toujours pas modifié son site : pour elle, son blason reste encore mystérieux …).

Mise à jour 15/05/2021 : tout vient à point à qui sait attendre. J’ai reçu ce mail de la mairie de Villecroze :

Monsieur,

C’est avec beaucoup de retard que je réponds à votre message sur l’héraldique que vous avez eu la bonté de nous adresser le 20 avril dernier via le formulaire de contact de notre site internet.

J’ai pu rectifier ce qui apparaissait sur notre site et, comme il n’est jamais trop tard pour bien faire dit-on, j’en profite pour vous remercier de votre démarche.

J’ai également fait suivre votre mail à la personne s’occupant de l’office de tourisme car ce sont des questions que les visiteurs soulèvent parfois.

Vous souhaitant bonne continuation,

Cordialement, Muriel Mathelet, Bibliothèque municipale de Villecroze

83690 VILLECROZE

 

 

Les formes anciennes sont de ipsa fonte Crosa en 1011 et Villa Crosa en 1035, d’après l’occitan villa, « village » et croso, « creux, grotte, ravine, abîme » (l’adjectif *cròs, *cròsa n’est pas attesté). Le village a emprunté son épithète à la fons crosa, « source encaissée ».

 

Tourtour

Le blason de la ville est d’azur aux deux tours d’argent rangées en fasce, chacune surmontée d’une étoile d’or :

C’est bien entendu le « bégaiement » du toponyme qui est représenté par ce blason.

Deux hypothèses ont été avancées pour justifier ce dessin. À l’époque où il a été établi, toujours par Charles d’Hozier, la famille de La Tour possédait le château médiéval et la tour de Grimaud, soit deux tours. Selon une autre hypothèse, le toponyme viendrait du mot *tür, « sommet », d’origine pré-indo-européenne ; or, Tourtour possède bien deux sommets : l’église Saint-Denis à l’Est et le vieux château médiéval à l’ouest, ce qui aurait donné Tör puis Tourtour.

En réalité, les formes anciennes du nom — Tortor au XIIè siècle, de Tortorio en 1113, de Tortoz en 1246 et Tortoris en 1511 — orientent vers un nom d’homme latin *Turturius.

De tout cela, la mairie ne parle pas.

 

♦♦♦

Les trois indices du mardi concernaient Salernes, le chef-lieu du canton qui complète la triplette.

Salernes est blasonnée de gueules à la tour d’or donjonnée de trois pièces, ouverte du champ, maçonnée et ajourée de sable : trois donjons, soit une tour de plus que pour Tourtour.

 

Enfin, l’hexagone couleur rouge brique devait faire penser aux tomettes provençales qui ont longtemps été la spécialité de Salernes.

 

Les dessins de blasons sont issus du site l’Armorial des villes et villages de France, avec l’aimable autorisation de leur auteur, Daniel Juric.

8 commentaires sur “Villecroze et Tourtour (les répauxdev)

  1. Sauf que depuis la réforme de 2014, le canton de Salernes est intégré dans celui de Flayosc, à 34 communes. Aucune chance de le trouver avec un indice avec une erreur de 31.

    J'aime

  2. LGF

    Au temps pour moi. Le bouquin sur lequel je m’appuyais est antérieur à la réforme… J’essaierai d’être plus attentif une prochaine fois (s’il y en a une).

    Ceci dit, si on avait la tomette, on pouvait trouver Salernes et la suite. C’est sans doute le chemin suivi par Hibou bleu.

    J'aime

  3. Sauf que la photo était celle d’un carreau de ciment de la firme Carocim à Aix-en P., dans les Bouches du Rhône, loin d’une tomette en terre cuite, sans parler de la boîte de communication malgache du même nom.

    J'aime

  4. LGF « loin d’une tomette en terre cuite » : si vous le dites….
    Si je tenais absolument à me justifier, je dirais que mes indices sont souvent bourrés de fausses pistes : je ne pouvais quand même pas vous montrer une carte-postale de Salernes !
    Encore une fois, je suis désolé. Je n’ai rien à ajouter pour ma défense. Sauf à demander à Hibou bleu comment il est parvenu à trouver la réponse…

    J'aime

  5. Bien vu, ce (Larroque) – Toirac, jsp !
    Je n’ai malheureusement pas pu trouver de formes anciennes (attestées) qui appuieraient l’hypothèse d’un *Tourtoirac issu de Turturius + acum . On pourrait aussi imaginer un dérivé avec –acum du nom d’homme latin Turius (attesté par son dérivé *Turidius à Turgy dans l’Aube, où acum donne -y-, )

    En revanche, il existe bien un Tourtoirac en Dordogne (Turturiacum en 1025) et, avec le suffixe -onem , un Torteron (Cher) et un Tourteron (Ardennes).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s