Éleu-dit-Leauwette (répàladev)

TRS puis LGF ont rejoint Hibou Bleu sur le podium des « solutionneurs » de ma dernière devinette. Bravo à tous les trois !

Il fallait trouver Éleu-dit-Leauwette, une commune du Pas-de-Calais, banlieue de Liévin non loin de Lens.

La première forme connue du toponyme Ailoex (1070) a été suivie de nombreuses variantes comme Ailues (1119), Alues (1173), Elues (1250), Elloeus (1336), etc. qui orientent toutes vers une étymologie selon le francique alod, « alleu », vu dans le précédent billet. On trouve en Haute-Marne, formés de la même façon, les Éleux à Arc-en-Barrois et le Champ des Éleux à Voisines.

En 1663 apparait l’autre nom de la commune sous la forme Leauvette. Il s’agit en réalité du nom d’un simple hameau noté Lowaige en 1187, qui est sans doute à comprendre comme issu du gaulois lut-evo, « bourbier » accompagné tardivement du diminutif –ette. Ce nom était sans doute le plus utilisé par les habitants pour désigner la commune entière qui deviendra Esleu-dit-Leauette en 1720, Esleuz-l’Eauette en 1739 et Eleux de l’Eauete chez Cassini (feuillet 5, Saint-Omer, 1758), avant que le nom ne se fixe sous sa forme actuelle Éleu-dit-Leauwette en 1793.

Il s’agissait donc d’un alleu à l’eau, ce qui explique la phrase prononcée rituellement lors de l’ouverture du conseil municipal : édile d’alleu est là, édile d’à l’eau est là (air connu outre-Rhin) [spéciale dédicace à TRA, pour son goût des calembours douteux].

Les indices

La vidéo de Jean Mineur Publicité rappelait le passé minier que la commune n’a pas oublié de mentionner dans son blason tranché : au 1er de gueules à deux pics passés en sautoir, à la lampe brochante sommée d’un casque de mineur, le tout d’or, au 2e coupé ondé d’or au I de gueules à la gerbe de blé d’or, liée du champ, et au II d’or à trois burelles ondées d’azur ; à la cotice d’or brochant sur la partition.

Dans ces armes toutes symboliques adoptées en 1970, on retrouve (…), le cadre naturel (l’eau évoque la Souchez et ses anciens marais), et les acteurs de la commune (la gerbe de blé rappelle l’agriculture ; la lampe de mineur, le pic, la rivelaine et la « barette », la fosse 3 de Liévin).
(Site de la commune)

La deuxième vidéo présentée, La Gadoue interprétée par Pétula Clark, illustrait déjà un billet paru naguère à propos de la boue où apparaissait déjà le nom d’Éleu-dit-Leauwette !

 

 

Quant au morceau de houille, il devait conforter ceux qui hésitaient encore dans leur idée que la commune à trouver se trouvait bien en pays minier.

 

 

 

 

Le  dessin du blason est issu du site l’Armorial des villes et villages de France, avec l’aimable autorisation de son auteur, Daniel Juric.

4 commentaires sur “Éleu-dit-Leauwette (répàladev)

  1. MALENTENDU

    On prend à tort en France « Ein Heller und ein Batzen » pour un chant nazi, alors qu’i s’agit seulement d’une chanson à boire :

    1 – Ein heller und ein batzen, die waren beide mein,
    ja mein, der heller ward zu wasser, der batzen ward zu wein,
    ja wein, der haller ward zu wasser, der batzenward zu wein.

    Refrain : heidi heido heida heidi heido heida heidi heido hei da la la la la…
    heidi heido heida heidi heido heida heidi heido heida

    2 – Die wirtsleut und die Mädel, die rufen beid: O weh! die Wirtsleut,
    wenn ich komme, die mädel, wenn ich geh.
    3 – Mein’ strümpfe sind zerrissen, main’ stiefel sind entzwei,
    und drauBen auf der heiden, da singt der vogel frei.
    4 – und gäb’s kein landstraB nirgends, da säB ich still zu Haus,
    und gäb’s kein loch im fasse, da tränk ich gar nicht drauss.
    5 – War das ‘ne groBe freude, als ihn der herrgott schuf, ein kerl,
    wie samt une seide, nur schade, daB er suff.

    TRADUCTION

    1 – un sou et un écu qui étaient miens tous deux, oui miens,
    le sou était pour l’eau et l’écu pour le vin, oui le vin,
    le sou était pour l’eau et l’écu pour le vin.
    refrain : heidi, heido, heida, ….
    2 – les aubergistes et les servantes disent tous deux : « O malheur ! »
    les aubergistes quand j’arrive et les servantes quand je m’en vais.
    3 – Mes bas sont déchirés, mes bottes sont ouvertes et, dehors sur la lande
    , l’oiseau chante librement.
    4 – Et s’il n’y avait de route nulle part, je resterais tranquillement
    à la maison et s’il n’y avait pas de trou dans le tonneau, je n’y boirais pas.
    5 – C’était une grande joie lorsque le seigneur dieu l’a créé,
    un type en velours et en soie *, seulement dommage qu’il buvait.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ein_Heller_und_ein_Batzen

    [Je me rappelle avoir chanté, lors des marches quand je faisais mon service militaire, « Auprès de ma blonde » : cela n’en fait pas un chant guerrier ! ]

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ein_Heller_und_ein_Batzen

    J’aime

  2. TRA

    personne n’a fait allusion ici à un chant nazi ! j’ai écrit : « air connu outre-Rhin », prenant garde justement à ne pas tomber dans le piège que vous décrivez.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s