La Chapelle-Rablais (répàladev)

Jacques C. et TRA ont rejoint TRS sur le podium des découvreurs de la réponse à ma dernière devinette. Bravo à tous les trois !

Il fallait trouver La Chapelle-Rablais, un village du canton de Nangis en Seine-et-Marne.

On trouve mentionnée une foresta de Herablen en 1175, « forêt d’érables », puis une  Capella de Erableyo en 1275, « chapelle des érables ». Viendront ensuite des hésitations sur la graphie (et le sens ?) de ce second terme :  La Chapeille d’Aarabloi (1296) ; S. de Capella Erableii (1300) ; Johanna et Susanna de Capella de Erableyo (1302) ; La Chapelle Dairblay (1309) ; La Chapelle de Erabloi (1373) ; La Chappelle de Arobloy (1385) ; Prior de Roableyo (XIVè siècle) ; La Chappelle de Rablay (1443) ; La Chapelle d’Arablay (1555) ; La Chapelle Lablay (1560) ; La Chappelle de Rabellays (1563) ; Capella Arablei (1570) ; La Chappelle d’Errablay (1574) ; La Chapelle d’Arrablay (1648) ; La Chapelle d’Arablay (1653) ; La Chapelle de Rablet (1673) ; La Chapelle Rablaye (1725) ; La Chapelle Rablais chez Cassini (1757) ; Capellam de Rabelais (1770) et enfin La Chapelle-à-Rablais en 1793 avant que le nom ne se fixe sous sa forme actuelle La Chapelle-Rablais en 1801.

Carte de Cassini – feuillet 46 – Sens – 1757

Les gourmands comme moi auront remarqué cette maisonnette appelée Puttemusse, littéralement « la pute s’y cache », à quelques pas des bordes l’Abbé, les « cabanes de l’abbé » … L’endroit, comme le bois qui l’entoure, est appelé aujourd’hui Putemuse, ce qui est moins drôle, mais quand même mieux que le Puthmus de 1929 (cf. la carte postale ci-dessous). Je signale à tout hasard que, oui, je sais que l’étymologie de pute musse est sujette à caution : on pourrait y voir une « puanteur cachée » ou un petit musse, un « petit coin caché », mais là ce serait vraiment triste.

C’est dans le château des Moyeux, à La Chapelle-Rablais qu’Éléonore Vergeot, maîtresse et mère de deux enfants de Napoléon III, a résidé à partir de 1865. Je précise que la phrase de l’énoncé de la devinette, écrite trop vite et qui m’a valu les foudres de quelques lecteurs, était  contraire à la vérité. C’est en effet lors de son emprisonnement au fort de Ham que Napoléon III connut Éléonore Vergeot en tant que « lingère » dont il eut deux enfants. Bénéficiant d’une généreuse rente et mariée plus tard au frère de lait de l’empereur, elle vécut quelque temps au château de La Chapelle-Rablais.

Les autres indices :

  Ce vitrail de l’église d’Étampes représente saint Martin dont le demi manteau (celui qui appartenait à l’Empire et qu’il avait donc gardé — nul ne sait ce qu’il advint de l’autre moitié, « salaud de pauvre ! ») fut conservé comme relique à la cour des rois francs. Ce manteau court des officiers romains s’appelait capella, diminutif de cappa, « manteau à capuchon », et ce nom fut donné, par extension, à l’oratoire du Palais-Royal abritant le trésor des reliques royales : de là vient le mot « chapelle », première moitié du nom de La Chapelle-Rablais.

■  l’affiche publicitaire des parfums Rigaud devait orienter vers cette famille qui posséda le château des Moyeux de 1900 à 1920. La tour du parc du château avait été choisie comme emblème des bougies parfumées Rigaud.

Cette carte-postale illustrait La sabotière, une chanson de Théodore Botrel. Éléonore Vergeot, de son nom de baptême Alexandrine, avait été surnommée la belle Sabotière  :

Extrait de la Revue des grands procès contemporains – vol. 12 – 1894

■ La chanson de Pierre Perret n’était ici intéressante que si on se souvenait que son auteur habite Nangis, chef-lieu du canton où se situe La Chapelle-Rablais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s