Saint-Roman-de-Tousque (répàladev)

podium seul  À l’heure où j’écris ces lignes, TRA est le seul à m’avoir donné la bonne solution à ma dernière devinette. Félicitations !

Il fallait trouver Saint-Roman-de-Tousque, un hameau de Moissac-Vallée-Française, sur la Corniche des Cévennes, dans l’arrondissement de Florac-Trois-Rivières en Lozère.

local Moissac VF

Saint-Roman-de-Tousque : on reconnait aisément dans ce nom le cognomen Romanus qui peut désigner l’un des quatre personnages dont il a été question dans la devinette précédente à propos de Saint-Rome-de-Tarn. Il est ici accompagné de Tousque, de l’occitan tosca,  petit bois généralement sur un tertre.

Moissac-Vallée-Française : le nom de Moissac est issu du nom d’homme gallo-romain Mussius, Mustius ou *Muscius accompagné du suffixe –acum. Le déterminant Vallée-Française a été ajouté en 1961 pour distinguer cette commune de Moissac du Tarn et Garonne. « Vallée Française  : cette région (magnifique !) est formée par la vallée du Gardon de Sainte-Croix. Le nom, attesté de Valle Francisca en 1162, vient du latin vallis Francisca, « vallée des Francs ». Il a été traduit en français Vallée Française au XIXè siècle quand la commune Saint-Étienne-de-Valfrancesque a été renommée Saint-Étienne-Vallée-Française entre 1802 et 1808. Le nom rappelle l’époque où le fond de la vallée, territoire franc, pénétrait en territoire wisigoth, quand les Wisigoths occupaient tout le littoral languedocien, la Septimania.» (vvlt) L’hypothèse d’une vallée franche, exempte d’impôts, ne s’appuie sur aucun fondement historique.

Florac-Trois-Rivières : le nom de Florac est probablement issu du nom d’homme gallo-romain Florus accompagné du suffixe –acum. J’écris « probablement » car on sait maintenant que le suffixe -acum n’accompagnait pas obligatoirement un nom d’homme : il pouvait accompagner ici flos, floris, « fleur », pour désigner un endroit particulièrement fleuri. Le nom Trois-Rivières a été rajouté en 2016 lors de l’absorption de sa voisine La Salle-Prunet. Les trois rivières en question sont le Tarn, le Tarnon et la Mimente.

CPA-St-Roman-Tousque

Les indices

■ « On y chanta pour la première fois, lors de la célébration d’un bicentenaire, une chanson qui allait devenir une sorte d’hymne régional. » : on chanta à Saint-Roman-de-Tousque pour la première fois la Cévenole le 23 septembre 1885 pour le bicentenaire de la révocation de l’édit de Nantes.

Capture Cévenole(source)

(je ne suis pour rien dans les fautes d’orthographe des sous-titres !)

indice a 10 04 2022  ■ cette photo représente la parade de Noël à New-York qui concerne directement un descendant d’un natif de Saint-Roman-de-Tusque :

Antoine Pintard naît en 1658 près de Saint-Roman-de-Tousque. Sa vie et celle de ses six frères et sœurs sont à l’image de la destinée des réfugiés protestants cévenols partis vers d’autres lieux après l’Édit de Fontainebleau (1685). La famille Pintard embrasse la Réforme dès le XVIè siècle et certains d’entre eux, fuyant les persécutions, démontrent par leur parcours que la réussite économique et sociale est possible, même en exil. Comme nombre de ses coreligionnaires, Antoine, contraint de se convertir au catholicisme, décide finalement de quitter ses Cévennes natales pour La Rochelle, puis les Antilles et enfin le Nouveau Monde. Loin de la répression, il peut renouer avec la religion protestante et s’installe en 1691 dans un quartier de New-York où il fait rapidement fortune dans les affaires. Il fonde une famille conséquente : 9 enfants, 40 petits-enfants et 37 arrière-petits-enfants. Parmi ses descendants, plusieurs membres lutteront, avec la même ardeur que lui, pour l’indépendance de la nation américaine. John Pintard (1759-1844), le plus célèbre de ses arrière-petits-fils, œuvrera notamment aux prémices de la finance moderne avec la création de Wall Street. Plus original, il sera l’instigateur du mythe de Santa Claus, consacrant de ce fait l’existence du Père Noël ! Pour tout cela, il est reconnu en 2009 par le Museum of the city of New-York parmi les 400 personnalités qui ont marqué l’histoire de la ville.

(source)

Pour la biographie de John Pintard, plus connu outre-Atlantique que chez nous, il faut se rendre chez wiki en anglais qui confirme : Perhaps his greatest contribution to American society, however, was his role in establishing the modern popular conception of Santa Claus.

indice b 10 04 2022  ■ cette photo de pièces d’un franc, que l’énoncé disait concerner l’histoire et le nom du pays, devait orienter vers un pays franc, donc la Vallée française.

■ le sobriquet : les habitants de Saint-Roman-de-Tousque étaient surnommés Assuco-Bèmis par leurs voisins (Grand dictionnaire cévenol – français, Yves Gourgaud, éd. Atramenta, 2019) :

Assuco-Bèmi

c’est-à-dire « assommeur de Bohémiens, de truands »

bèmi

■ l’incendie de l’église :

Pendant la guerre des Camisards, une compagnie des troupes royales y était établie. Le camisard Lafleur, accompagné de six hommes, vint y chanter des psaumes devant l’église. Les soldats croyant à une attaque par une grosse troupe se barricadèrent, ce qui permit aux camisards de mettre le feu à l’église.

(source)

■ la vidéo intitulée Vallée des papillons : outre une allusion à la Vallée française, il fallait y voir une allusion aux parpaillots, nom donné péjorativement aux protestants par les catholiques qui leur reprochaient de changer de religion comme les papillons, parpaillos en occitan, changent de fleurs.

Un commentaire sur “Saint-Roman-de-Tousque (répàladev)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s