Les indices du mardi 04/10/2022

TRS le premier et LGF le second m’ont déjà donné la bonne réponse à ma dernière devinette. Bravo à tous les deux !

Pour les autres, voici un rappel de l’énoncé :

Il vous faudra trouver le nom, en six lettres, d’un lieu-dit de France métropolitaine méridionale qui désignait à l’origine un lieu de culture en terrasses, à l’aide d’un des deux mots du billet.

La commune où se trouve ce lieu-dit porte un nom issu de celui d’un homme latin accompagné de l’inévitable suffixe –acum, tout comme le chef-lieu du canton.

Ce dernier est le lieu de naissance d’un président de la République.

Un indice ?

indice a 02 10 2022

 

 

auquel j’ajoute cette précision :

vu la disparité de ses formes anciennes, l’étymologie du toponyme à trouver peut être discutée. Néanmoins, plusieurs auteurs font bien un lien avec un des deux termes étudiés dans le billet, faissa et bancarel – mais plutôt au sens de « terrasse, terrain plat à flanc de coteau » qu’à celui de « culture en terrasses à l’aide de murets de pierres ».

et que je complète par ces indices :

■ et d’un, pour la région :

indice a 04 10 2022

■ et de deux, pour la commune :

indice-b-04-10-2022

Réponse attendue chez leveto@sfr.fr

Publicité

10 commentaires sur “Les indices du mardi 04/10/2022

  1. Considérations d’un jeudi d’octobre

    Lisant la phrase d’introduction du billet – tout en levant les yeux* aux cieux-, je ne puys qu’en dénoncer le côté fallacieux.
    Cela tient à la seule présence d’un déterminant que j’estime contrevenant à la rigueur que l’on est en droit d’attendre ici.

    … Machin et Machin m’ont déjà donné LA bonne réponse à ma dernière devinette…

    Plus judicieux aurait été d’user de l’article indéfini UNE… et voici pourquoi :

    1. L ‘énoncé réclamait un mot de 6 lettres (pour le lieu-dit)
    2. N’en ayant cure et rôdé aux flous artistiques**, j’avance une proposition qui tient en 11 lettres et organisée de cette façon :
    – 2 lettres pour un déterminant
    – 3 lettres pour un nom commun
    – 1 lettre pour une préposition LID
    5 lettres (et seulement cinq) pour le reste

    Ce qui, disposé à l’horizontale, donne : « _ _ _ _ _ _’ Xxxxx »

    3. Résumons-nous : -Si l’énoncé réclame une « graphie grasse », la version allégée est largement aussi présentable.
    C’est d’ailleurs celle qui est présente à 2 reprises dans la liste des rues et lieux-dits de la commune concernée. Idem, une ZAC (contemporaine) est désignée selon la version à 5 lettres.

    * Lire un propos tout en « levant les yeux au ciel » peut paraître bien acrobatique… ce n’est pourtant qu’une simple question d’entraînement.

    ** Le flou renvoie au filou (du 84 ?)… et le sfumato rime avec Leveto : il y a du « fumeux » dans les deux !

    J’aime

  2. Les circonstances (une sorte de retraite dans une sorte de Trappe) me tiennent loin des claviers et des écrans et m’empêchent de participer aux quêtes hebdomadaires.

    Aujourd’hui est une exception, mais je n’ai guère le temps de m’esbanit et il faut que je me magne.

    Le temps m’est compté pour que j’y traque la solution, même en écoutant un air de vielle argentin.

    J’en profite juste pour signaler le lieu-dit « Cugne-Fesse » à Arveyres (33), dont j’ignore s’il a un rapport avec le sujet de la semaine /

    https://www.google.fr/maps/place/Chem.+de+Cugne+Fesse,+33500+Arveyres/@44.8881543,-0.2768335,17z/data=!3m1!4b1!4m5!3m4!1s0xd5549b4b0683205:0xce12688fd2963def!8m2!3d44.8881543!4d-0.2768335

    [ Je suppose, par ailleurs, puisqu’il est souvent ici question d’héraldique, que faissa / fesse est le même mot que le « fasce », bande qu’on a dans l’écu … ]

    J’aime

  3. @ TRS

    Vous avez raison !

    Comme disait Démocrite d’Abdère : Ἐν βυθῷ ἡ ἀλὴθεια / La vérité est dans le puits.

    [On peut toutefois préférer l’adage latin « in vino veritas » …]

    J’aime

  4. ►Brosseur

    Je reviens vers votre dernière intervention pour vous dire que je ne m’en suis pas brossé le nombril avec le pinceau de l’indifférence …
    Pour mémoire, je vous cite :

    Ne devrait on pas voir ou ?

    Nonobstant les risques de contamination, et de prime abord, je m’étais dit : – Ce pauvre shoeshiner est encore en proie à une crise de diacriticomanie aigüe !
    Maintenant, je puis vous dire deux ou trois choses :

    1.Vos suggestions d’accent (circonflexe ou aigu) pour ce qui concerne l’initiale du lieu-dit sont à remiser au placard : le mot débute par une voyelle propre sur elle et dénuée du moindre colifichet.

    2.Si le besoin s’en était senti, un È eut été possible… histoire de donner dans la vieserie.

    3.Ce qu’on devrait voir surtout, c’est un trait-d’union entre le verbe devoir et son sujet, on.
    -Votre dépanneur de proximité serait-il en rupture de stock ?

    Mais brisons là cette affaire… J’ai en effet conçu, dans le cadre de mes activités de coaching auprès des personnes en désarroi, un projet rehab : -Comment passer de la dépendance aux diacritiques à l’exercice de la magie, avec accent (rital) et anagrammeur de poche

    (à suivre)

    J’aime

  5. Comment faire un tabac lors du spectacle organisé pour le Gala annuel de la CGT (=Confrérie des Gentils Toponymistes)

    TUTO (en « tu », comme il est d’usage en pédagogie)

    Avant toute chose, tu auras pris soin d’adopter un nom de scène raccord à l’ambiance. Je te propose Soliman Dragor et, pour ta comparse, Sadie Bunny.

    Quand le rideau se lève, tu apparais tel Mastroianni dans Intervista… et Sadie, sapée à la Christina Aguilera dans le Lady Marmelade du Moulin Rouge.
    Chacun, parmi le public, y trouve son content : l’austère toponymiste au front à jamais ridé par l’étude, à l’œil morne, au teint aussi grisâtre que la poussière accumulée sur des registres et grimoires hors d’âge dont lui seul voit l’intérêt, cet homme-là, tout soudain, se met à pétiller des yeux… avant que ces derniers en viennent à s’exorbiter : il y avait un loup dans cet homme las, un loup qui sommeillait et dont Tex Avery a dressé un portrait assez fidèle.
    La femme du toponymiste, après avoir vécu à temps complet des heures grises près d’un être trop différent, en cette occasion, se montre plus discrète et ne veut pas ruiner son rimmel. Tout juste roule-t-elle des pensées troublantes : elle rêve croisière avec étreintes illicites dans les bras d’un bel Italo…

    Mais le temps nous presse. Allons tout de suite au prodige, celui qui devra clore ton set :

    1. Soliman invite un membre du public à le rejoindre sur scène. Personne ne se manifeste : le toponymiste n’est pas enclin aux gugusseries.
    2. Sadie se charge d’aller en désigner un… Comment résister à une telle invite quand la belle y va d’une œillade propre à réchauffer une libido restée congelée depuis l’Age du PréIndoMachinTRuc…
    3. Parvenu sur scène, le désigné doit piocher 5 lettres : ce seront 3 consonnes et 2 voyelles. Imaginons H,K,W et I,U…
    4. Ces lettres rejoignent le chapeau d’apparat que Sadie, pour l’occasion, a emprunté à Soliman.
    5. Ce dernier se livre alors à quelques incantations à haut pouvoir de transmutation alphabétique.
    6. Quand le désigné est invité à récupérer les cinq lettres apparait un toponyme unique dans la liste de ceux qui figurent au répertoire de l’Insee… Le public applaudit poliment… sans savoir qu’il s’agit de la localité où Leveto a logé l’objet de sa devinette.
    7. Soliman, magnifique, y va alors de sa voix de baryton teintée ritale : – Ce n’est pas tout, Mesdames et Messieurs… vous n’avez encore rien vu… pour le prix d’un toponyme ayant la queue en -acum, la Compagnie Soliman & Sadie vous en offre deux autres, deux autres localités isariennes, l’une en hauteur et l’autre en basseur… grâce à mon MagicAnagram de poche.
    Il s’exécute…

    Alors le public se lève et applaudit… même la femme du toponymiste, qui n’a pas vraiment saisi l’enjeu de la chose: elle attend le moment du bal et celui où Soliman viendra l’inviter… possiblement.

    Indice… s’il en est besoin :

    J’aime

  6. Démocrite est cité par Diogène de Laërte : « ἐτεῇ δὲ οὐδὲν ἴδμεν· ἐν βυθῷ γὰρ ἡ ἀλήθεια. » En réalité, certes nous ne savons rien , car la vérité est au fond d’un abîme.

    J’aime

  7. Et Diogène le Cynique était au fond d’un tonneau (une sorte de pithos en fait) …

    Mais il ne croyait guère en la Vérité …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s