Les indices du mardi 01 novembre 2022

Bravo à lui ! TRA est le seul à m’avoir fourni la bonne réponse à ma dernière devinette, dont je rappelle l’énoncé :

Il vous faudra trouver un lieu de France métropolitaine dont le nom est issu du mot du jour.

Ce nom a d’abord désigné un relief avant de devenir celui d’un quartier et de deux voies d’une commune.

Ce relief était déjà aménagé à l’époque romaine, où il accueillait un ou plusieurs temples ou bien un oppidum – les avis divergent – avant qu’une forteresse n’y fût construite par les seigneurs de la région, qui sera détruite après les guerres de Religion et dont il ne reste plus que des vestiges. L’endroit est aujourd’hui consacré à la Vierge Marie.

Ce même nom se retrouve ailleurs, notamment comme déterminant du nom d’une autre commune du même département et comme nom de plusieurs lieux-dits. On le retrouve également, mais avec une toute autre étymologie, comme micro-toponyme à quelques exemplaires dans d’autres régions.

■ Un seul indice pour … le régional de l’étape :

indice c 31 10 2022

60px-Asterism.svg

Et j’ajoute les traditionnels indices du mardi

■ l’indice concerne un peuple qui fit de cette région la sienne.

■ en complément à la dernière phrase du dernier paragraphe de l’énoncé :

indice d 30 10 2022

Réponse attendue chez leveto@sfr.fr

Publicité

2 commentaires sur “Les indices du mardi 01 novembre 2022

  1. Bonjour m Leveto

    voici une liste de toponymes:

    05 à abriès-ristolas

    RISTOLAS
    ristolacium 1265
    wiki ?
    1 risto ( homme ) +ar

    2 restols = chaume

    3 rivus tollens = ruisseau destructeur


    05 à abriès-ristolas le col d’ URINE


    05 idem le col de la MAYT

    05 à saint-véran le col des ESTRONQUES


    65 à aragnouet
    PIAU-ENGALY

    64 ASCAIN
    azkaine haitz gain ?  » hauteur rocheuse  »
     » dessus du tertre »

    30 à gaillargues
    AUBAIS

    rivière le LISSAC

    12 à vitrac-en-viadène ( argences-en-aubrac )
    mégalithe de FALACHOUX

    62 SAPIGNIES

    62 BEHAGNIES
    Bahiniez 1101

    09 le DONEZAN , DONNEZAN

    Merci beaucoup encore.

    J’aime

  2. lecteur

    ■ 05 à abriès-ristolas
    RISTOLAS
    ristolacium 1265
    wiki ?
    1 risto ( homme ) +ar
    2 restols = chaume
    3 rivus tollens = ruisseau destructeur

    On démarre fort ! Accrochez-vous !

    On dispose des formes anciennes suivantes : Ristolacium en 1265, Ristolas, Ristoulas et Restolacium en 1475 et de nouveau Ristolas en 1568.
    Le suffixe acium semble être une variante (ou une mauvaise réfection) du latin aceu donnant l’ occitan às, augmentatif (pour un édifice p. ex. Moulinas ou un élément topographique p. ex. Planas) ou collectif ( de végétaux p. ex. Ginestas ou de minéraux p. ex. Arénas). En anthroponymie, ce suffixe accentue un défaut ou une qualité (p. ex. Malinas).

    ♦ hypothèse Risto, nom d’homme : aucun des dictionnaires que j’ai pu consulter ne mentionne un nom d’homme Risto ou approchant. Tout ce que j’ai pu trouver sur la toile est « Risto, forme abrégée estonienne, finlandaise, macédonienne et serbe du prénom Christophe, qui dérive du nom grec Christophoros (Χριστοφορος). » On imagine sans peine que cela ne convient pas ici. Ceci dit, je n’ai pas pu consulter les Noms de Lieux & Noms de Famille des Hautes-Alpes d’André Faure, qui est la source citée dans l’article de wikipedia. Peut-être y est-il expliqué d’où vient ce Risto. Un rapport avec l’occitan risto, « chanvre peigné, chanvre le plus fin » me semble très incertain pour un anthroponyme.

    ♦ hypothèse Restol , chaume : le latin stipula, « tige de céréale, chaume, paille », devenu stupula en bas latin , a donné estuble en ancien français (d’où « éteule ») et estobla, estola en occitan, « éteule, chaume, champ moissonné encore couvert de chaume, jachère ». La pratique du sur-ensemencement, du réensemencement du champ en chaume est à l’origine du verbe restoblar, « sursemer, semer un chaume », avec préfixation en re du verbe estoblar, d’où les formes restoble, restol désignant le chaume (sans forcément acception de réensemencement). C’est bien cette forme restol qui pourrait être à l’origine de Ristolas. On trouve d’ailleurs un lieu-dit Le Restouble (expliqué comme « culture d’un champ déjà cultivé l’année précédente » dans le Dictionnaire topographique du département des Hautes-Alpes , 1884) sur la commune de Châteauroux-les-Alpes. Mais l’occitan restol a donné principalement des noms en Restouble, Restout, Restoux etc. ou en Rastouble, Rastouile, Rastoul etc. mais rien en Rist- qui corresponde à cette étymologie. Je n’ai trouvé qu’une autre mention identique avec Les Ristolas à Jausiers (A.-de-H.-P.) qui désignent un escarpement rocheux d’où s’écoulent plusieurs torrents dans les Côtes d’Abriès et vont gonfler le torrent d’Abriès qui passe aux cabanes d’Abriès — mais ni cet Abriès ni ces Ristolas n’ont quoi que ce soit à voir, sauf leur nom, avec Abriès-Ristolas des H.-A. qui se trouve à plus de 100 km de là. Cf. la suite.
    ♦ hypothèse rivus tollens , ruisseau destructeur : je ne suis pas suffisamment compétent en linguistique pour savoir si rivus tollensa pu phonétiquement aboutir à Ristolas. Néanmoins on connaît dans les Alpes l’appellatif rif, dérivé du latin rivus , « ruisseau », où le v latin en position finale s’est assourdi en f ; la forme plurielle ri(f)s est attestée comme nom de commune Ris du P.-de-D.
    Pour tollens donné comme « destructeur », il faut admettre un sens métaphorique pour le verbe tollo, « soulever, lever, élever ; faire monter, charger ; détruire, éliminer, enlever etc. ». L’ancien français avait, entre autres, toler, « enlever » et tolart, « bourreau »
    La topographie de Ristolas (H.-A.), au confluent du Guil et du Torrent de Ségure et qui reçoit plusieurs autres torrents sur son territoire, pourrait convenir à des « torrents destructeurs » . Le site internet du Queyras indique d’ailleurs : « 1408 crue du Segure et du Guil (c’est l’une des crues majeures du Guil) ; 23 mai 1469 Ristolas est détruit en partie par les débordements du torrent de Ségure. Dans la foulée, une digue est construite pour contenir le Segure ». Cette étymologie semble aussi et surtout valable pour Les Ristolas (A.-de-H.-P.) où l’on voit mal des champs mis en culture ou un paysan s’installer.

    Vous avez tous les éléments : à vous de vous faire votre opinion.

    ■ 05 à abriès-ristolas le col d’ URINE

    Le Torrent d’Urine, qui a donné son nom à la montagne et au col, porte un nom formé sur la base hydronymique pré-indo-européenne ur (cf. le basque ur, « eau ») et ayant subi l’attraction de urina.
    Sur la même base, on trouve la Montagne de l’Urne près de Tende (A.-Mar.), l’aven de l’Urle à Mandailles (Cantal) et l’Eure, une source à Uzès (Gard) qui était Urae Fontis au IIIè siècle puis la Font d’Ura en 1476.

    ■ 05 idem le col de la MAYT

    forme dialectale issue sans doute du latin magis , « plus » (sous-entendu « haut »), comme les Mait ou Mays du Queyras, Briançonnais et Champsaur
    Le patois local mait, « pétrin », que l’on trouve quelquefois associé à des noms de fermes ou de fruitières, ne semble pas adapté à un oronyme, sauf à désigner métaphoriquement un vallon, une cuvette.

    ■ 05 à saint-véran le col des ESTRONQUES

    Probablement « dans les troncs », c’est-à-dire « dans le bois, la forêt ». Cf. Tronchet, Tronchey, Tronquet qui désignent des bois.
    Mais il pourrait aussi s’agir d’un toponyme témoin de la déforestation, de l’arrachage des troncs, des souches (ex- troncs).

    ■ 65 à aragnouet
    PIAU-ENGALY

    Piau est une forme gasconne pour « puy », dérivée du latin podium.
    Engaly est le nom d’un torrent dont je n’ai pas trouvé le sens (le sens du nom, bien sûr, parce que le sens du torrent c’est de haut en bas, sauf s’il s’agit de le remonter auquel cas c’est le contraire).

    ■ 64 ASCAIN
    azkaine haitz gain ?  » hauteur rocheuse  »
     » dessus du tertre »

    C’est bien ça : du basque aitz, az, « pierre », et gain , « sur, en haut ». En basque, le g devient sourd après une sifflante, d’où az-gain prononcé az-kain et finalement écrit Ascain.

    ■ 30 à gaillargues

    AUBAIS
    Albais en 1095, du nom de personne latin Albatius ou Albacius , dérivé d’Albus

    ♦ rivière le LISSAC
    Plutôt du gaulois lisca/liscia, « roseau », que du nom d’homme licius, et suffixe gallo-romainacum.

    ■ 12 à vitrac-en-viadène ( argences-en-aubrac )
    mégalithe de FALACHOUX

    Peut-être de l’occitan falgós, « (terrain) couvert de fougères », du latin filic-osus . Ce serait une variante de Le Falgoux (Cantal, lo Falgos en 1333).
    Le latin filic-osus a dû évoluer en *fal(i)c-osus pour aboutir à Falgous et en falac-osus pour aboutir à Falachoux .

    ■ 62 SAPIGNIES

    Sapingni en 1106 puis Sapengies en 1200, du nom de personne roman Sappinius et suffixe acum .
    Dans cette (toute) petite région, le suffixe acum a donné des finales en ies. Cf. la carte qui accompagnait mon article à ce sujet.

    ■ 62 BEHAGNIES

    Bahiniez en 1101 puis Baheignies en 1246, du nom de personne germanique Badinas et suffixe acum

    ■ 09 le DONEZAN , DONNEZAN

    Le nom du pays est attesté in ministerio Dalmatianense en 965. C’est une formation du haut Moyen Âge sur le nom ancien d’un château *Dalmatianum. Ce château se trouvait sur le rocher de Quérigut (Quier Agut en 1390, du pré-indo-européen car, « rocher », et latin acutus, « pointu » ), au pied duquel se trouvait un village devenu commune en 1790, l’ensemble étant dit cap de tota la terra de Doneza, « chef de toute la terre de Donezan ».
    *Dalmatianum est lui-même formé sur le cognomen Dalmatius, muni du suffixe anu, d’où l’occitan Donaza en 1261 et Donezan en 1375.
    Le passage de *Dalmatianum à Donaza s’explique par la vocalisation du groupe al en o et la dissimilation du m en n.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s