À La Vétouze, commune d’Arques dans l’Aude (répàladev)

podium seul  LGF est le seul à m’avoir donné la bonne réponse à ma dernière devinette, dès mardi soir. Bravo à lui !

Il fallait trouver un lieu-dit À La Vétouze, bordé par un ruisseau dit de (la) Vétouze, sur la commune d’Arques du canton de la Haute-Vallée de l’Aude, chef-lieu Quillan, dans le département de l’Aude et, plus particulièrement dans le pays de Razès.

local-Arques

À La Vétouze : c’est sous cette forme et avec cette orthographe (préposition majuscule accentuée, initiale majuscule pour l’article et « Vétouze » avec un z) que ce lieu-dit est mentionné dans le fichier officiel FANTOIR sous le numéro 110015B076N et repris tel quel sur le site Les Rues de France.  En revanche, sur les cartes IGN les plus récentes comme sur GoogleMap, seul le ruisseau de la Vétouze apparait. La page wiki consacrée à la commune mentionne elle aussi ce ruisseau, sans citer de lieu-dit. En revanche, le lieu-dit se trouve bien sur la carte d’état-major de la fin du XIXè siècle :

Vétouse EM

Le lieu-dit Vétouse sur la carte d’état-major (en bas à droite)

Le Dictionnaire topographique du département de l’Aude, rédigé par Antoine Sabarthès en 1912, mentionne : « L’Abétouze : ferme ; formes anciennes : La Vétouze (cadastre) ; La Bétouze (vulgaire) ».

L’auteur avait bien compris que le nom porté sur le cadastre avait été victime d’une mécoupure, faisant passer le nom de « l’abétouse » à « la bétouse » puis à « la vétouze » par une malheureuse francisation (on considérait, en pays d’oïl, que tout ce qui était prononcé b dans ces contrées d’oc était en réalité un v), mais sa tentative de rétablir le nom étymologiquement correct n’a pas été suivie.

Comme je l’expliquais dans ce billet, une abétouse , de l’occitan abet, « sapin », et suffixe collectif –oux, –ouse, désigne un bois de sapins. On trouve ainsi, toujours dans l’Aude, un lieu-dit L’Avétouse à Camps-sur-l’Agly.

Arques : attesté de Archis en 1260, du pluriel de l’occitan arca, « arche de pont ». Ce nom pouvait désigner aussi bien des vestiges de pont gallo-romain que des ponts médiévaux sur des fossés.

L’histoire d’Arques a été marquée, comme celle de  toute la région, par la croisade contre les albigeois menée par Simon de Montfort au début du XIIIè siècle. À l’issue de celle-ci, ce dernier offrit Arques à son lieutenant Pierre de Voisins, dont les descendants firent bâtir un château dont ne subsiste que le donjon. (premier indice du mardi)

CPA Arques 2

Qu’est devenue la jeune rebelle qui tourne le dos au photographe ?

On trouve également Arques en Aveyron (Arches en 1321), Arques dans le Pas-de-Calais (Arkae en 668) et Arques-la-Bataille en Seine-Maritime (de Archis en 1024,  en référence à une victoire de Henri IV)  auxquels on peut rajouter Les Arques dans le Lot et le diminutif Arquettes-en-Val dans l’Aude (Archae en 1106, diminutif tardif), tous ces toponymes ayant la même étymologie, du latin arcus, « arche d’un pont » .

Quillan : attesté Quillianum en 1145, du nom d’homme latin Quelius et suffixe –anum. Il avait été question de Quillan, et de son blason aux trois quilles, dans ce billet.

Razès : le nom de ce pays formé autour de Rennes-le-Château a été étudié il y a presque deux ans dans un billet concernant le Sustansonès.

■ canton de la Haute-Vallée de l’Aude : ce canton, comme le département, tire son nom de celui du fleuve Aude (quatrième indice du mardi). Celui-ci était appelé Atax par le poète Tibulle en 27 av. J.-C., nom issu d’une racine hydronymique prélatine *at– accompagnée du suffixe gaulois –aco. On passe de l’accusatif latin Atacem à Ataze en 919 puis, par métathèse, à Azate attesté en 978,  à Auzde (début XIè siècle), à Alde (XIè siècle) et enfin à Aude à la fin du XIIè siècle.

grappe raisin

Ce cul-de-lampe représentant une grappe de raisin avait un rapport avec l’indice de l’énoncé :

indice a 08 01 2023 Cette gravure, piochée sur le site de Ladépêche.fr est intitulée Blanquette de Limoux offerte à l’archevêque de Narbonne – 1701. Ladite blanquette est un vin effervescent produit de longue date dans la région de Limoux (deuxième indice du mardi). Il est écrit dans l’article :

Dès le début du XVIe siècle, la blanquette devient un vin très renommé qui se distingue des autres. Le seigneur du terroir, le sieur d’Arques, de retour de batailles, dégustait sans modération ladite blanquette. « Le 25 octobre 1544, fourniture fut faite de vin clairet pour son souper et quatre pintes blanquette pour son dîner », retrace dans un écrit le clavaire (officier municipal chargé de la gestion) de Limoux.

Pour être appréciée à sa juste valeur, cette même blanquette peut être servie dans un verre en cristal d’Arques (troisième indice du mardi).

Publicité

3 commentaires sur “À La Vétouze, commune d’Arques dans l’Aude (répàladev)

  1. … ou vu après de fortes pluies
    __Indice___
    Le chemin ne semble pas comporter de structure particulière pour l’enjamber

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s