Aa et, comme promis, la devinette …

Les cruciverbistes et les curieux des dictionnaires des noms propres connaissent bien le fleuve côtier qui arrose Saint-Omer ( P.-de-C.), l’Aa.

Aa Saint-Omer

Ce fleuve, qui s’appelait Agnona ( où l’on reconnait le suffixe hydronymique gaulois -ona ) a pris le nom d’Aa au XIIIè siècle. Il s’agit là d’une des formes prises par le nom germanique * ahwô, « eau », qui correspond au latin aqua, tous deux de la même origine indo-européenne.

Aa est aussi le nom de nombreux cours d’eau du domaine germanique ( allemand, danois, néerlandais) que l’on retrouve par exemple dans  les noms d’Aarschot ( Belgique,Brabant), « l’enclos (schot) près de la rivière » ou d’Aarhus (Danemark, Jutland) où l’on reconnait Aar, génitif norrois de Aa, et us, « bouche, embouchure ». Les premières attestations du nom de cette dernière ville s’écrivaient sans  -h- : Aarus est ainsi latinisé en Arusium au XIIIè siècle. Mais une étymologie populaire ancienne a cru voir dans ce nom « la maison (hus, cf. l’anglais house) des rames ( aar ) », d’où l’apparition du -h- . *

Le même mot germanique * ahwô est devenu tout simplement -a dans certains noms de lieux comme à Breda ( Pays-Bas, au confluent de l’Aa et de la Mark ), ainsi nommée parce qu’ à cet endroit la rivière Aa, dont le nom s’est réduit à -a dans le toponyme, devient large ( bred-, cf. le néerlandais moderne breed ).

Dans le sud du domaine allemand * ahwô  est devenu -ach comme à Eisenach ( Allemagne, district d’Erfurt, non loin de là où Wagner  situe une joute de « Minnesänger     dans son Tannhäuser ) dans lequel on peut reconnaître le nom allemand du fer, Eisen, composé avec -ach, « cours d’eau ».

Ceci dit, attention aux faux amis !

Quelques rivières néerlandaises s’appellent Aar ou Are comme quelques allemandes s’appellent Ahr ou Ahre. Dans ces cas là, où le -r- pose problème, on est tenté de voir une appellation celtique, voire pré-celtique, *Ara, à rapprocher des hydronymes oare  ou ore en Angleterre, ayr en Écosse, et pourquoi pas?, ara en Espagne. L’Aare, l’affluent suisse du Rhin qui arrose Berne, est sans doute de celles-là. Il est d’autant plus compliqué de faire la différence puisque, on l’a vu, le génitif norois de aa est aar … : seules les formes anciennes permettent de trancher.

cul-de-lampe-03

Ce même mot *ahwô  a évolué phonétiquement d’une autre manière monosyllabique qui est à l’origine de quelques autres toponymes dont je vous demande d’en trouver un, mondialement connu au moins depuis le XIVè siècle pour un produit local cylindrique et bicolore.

Un indice — éloignez les enfants! — en chanson :

cul-de-lampe-03

*Le dictionnaire où je puise cette info ( Le Dictionnaire des Noms de lieux , L. Deroy et M. Mulon, éd.Le Robert, 1992)) me signale un blason parlant d’Aarhus où l’on verrait une maison et trois rames … Impossible à dénicher sur internet où je ne trouve que ça. Si quelqu’un trouve mieux…