Noms de baptême

Lors de leurs explorations, les navigateurs qui découvraient une nouvelle terre, souvent une île, prenaient bien soin d’en relever les coordonnées et de la baptiser afin de la mentionner sur les cartes maritimes et d’en revendiquer la possession.

Comment appelaient-ils ces nouvelles terres ? La liste est interminable, en voici quelques exemples :

  • en hommage à leur souverain :

comme les  Louisiades ( groupe d’îles et de récifs coralliens de Mélanésie ainsi nommé en 1760 par Louis-Antoine de Bougainville en l’honneur de Louis XV), l‘île Maurice ( découverte en 1505 par les Portugais, elle devint possession espagnole avant d’être prise en 1598 par le hollandais Jacob Cornelis Van Neck. Ce sont les Anglais qui, ayant repris en 1810 aux Français ce qu’ils appelaient Isle de France depuis 1715, lui rendirent le nom que lui avaient donné les Hollandais, Mauritius, en l’honneur du stathouder Maurice de Nassau), les îles Carolines ( archipel américain de Micronésie dont l’île principale fut redécouverte en 1686 par l’espagnol Francisco Lazeano qui la nomma en l’honneur du roi Charles II d’Espagne), etc.

  • en hommage à leur commanditaire :

détroit de Lancastercomme le détroit de Lancaster (photo)  au nord du Canada ( découvert en 1616 par William Baffin qui le nomma en l’honneur de son patron  sir James Lancaster, qui dirigeait la compagnie anglaise  des Indes orientales ), l’archipel Gambier ( en Polynésie française, découvert en 1797 par le capitaine anglais Wilson qui le nomma en l’honneur de l’amiral James Gambier, cf. ce billet ), l’île et la baie Melville ( Australie septentrionale, explorées en 1803 par le capitaine Matthew Flinders qui les nomma en l’honneur de Robert Dundas, vicomte de Melville, premier lord de l’Amirauté britannique), etc.

  • en souvenir de leur pays d’origine :

comme la Guadeloupe ( nom donné par Christophe Colomb le 4 novembre 1493   par dévotion à Santa Maria de Guadaloupe de Extremadura ), New Plymouth ( port de Nouvelle Zélande fondé en 1841 par des colons anglais partis de Plymouth ), Nouvelle-Galles-du-Sud ( état australien qui aurait été ainsi nommé par James Cook en 1770 qui lui trouvait une ressemblance avec le Pays de Galles, à moins que ce soit un transfert en Australie, en même temps que celui des pénitenciers qui y étaient bâtis, du nom de l’ancien territoire anglais à l’est de la baie d’Hudson nommé New-Wales et qui fut abandonné en 1776 lors de la Déclaration d’indépendance ), etc.

  • du nom de leur découvreur :

comme les îles Pitcairn ( îles ainsi nommées par le capitaine anglais Philip Carteret  en hommage à l’aspirant Robert Pitcairn qui fut le premier à l’apercevoir en 1767 — et qui mourut en mer trois ans plus tard, cf. ce billet ), le détroit de Cook ( découvert en 1769 par James Cook  qui lui donna son propre nom sur l’insistance de ses officiers et du botaniste Joseph Banks qui était son passager ), les îles Kerguelen ( ainsi nommées par James Cook en 1776 en l’honneur du français Yves-Joseph Kerguelen qui fut le premier à les voir en 1772, cf. ce billet ), Fernando Pó ( ancien nom d’une île du golfe de Guinée découverte en 1473 par ce navigateur portugais qui l’avait appelée Ilha Formosa, « la belle île » et aujourd’hui nommée Bioko  cf. ce billet ),etc.

  • du nom de la date de la découverte :

salvador-de-bahia-la-perle-de-l-atlantique-noir

Salvador de Bahia

c’est le cas de l’île de Pâques (le hollandais Jacob Roggeveen la découvrit le 6 avril 1722, un lundi de Pâques), du Rio de Janeiro ( Amerigo Vespucci en janvier 1502 ), de Bahia de Todos os Santos (Vespucci encore, le jour de la Toussaint 1501), du Natal ( côte sud-est de l’Afrique du Sud ainsi nommée par Vasco de Gama le jour de Noël 1497 ), d’Asunción (Assomption,  capitale de l’Uruguay, fondée au détriment d’une tribu guarani par Juan de Ayolas le 15 août 1537  qui la nomma Nuestra Señora de la Asunción ), etc.

  • du nom du saint du jour de la découverte :

comme Saint-Martin ( Christophe Colomb le 11 novembre 1493), Sainte-Hélène ( Ilha de Santa Helena découverte par João da Nova le 22 mai 1502 ), Santa-Cruz ( archipel mélanésien découvert par Alvaro de Mendaña y Neyra le 14 septembre 1595, jour consacré à l’Exaltation de la Sainte Croix), etc.

  • d’un nom indigène :

maracaibo

Maracaibo

la Martinique ( du nom arawak Matinino de l’île, cf. ce billet ), Maracaibo ( ville, golfe et lac du Venezuela nommés en 1499 par Alonso de Ojeda d’après le cacique qu’il y rencontra et avec qui il traita ), Tahiti ( « l’île du Levant » par rapport aux autres îles de la Société, cf. ce billet ), etc.

  • en référence à une particularité locale :

les Canaries (  nommées par le roi numide Juba II en raison des grands chiens qui peuplaient ces îles, cf. ce billet ), Flores ( une île des Açores et une île indonésienne ainsi nommées par les découvreurs portugais en raison de l’abondance de fleurs qui les caractérisait), Barbade ( découverte au XVIè siècle par des Espagnols qui l’appelèrent Isla de Los Barbados, « île des Barbus », par référence plaisante à des arbres caractérisés par des barbes de racines aériennes, cf. ce billet ), etc.

  • du nom de leur bateau :

comme Marie-Galante ( ainsi nommée par Christophe Colomb lors de son deuxième voyage du nom de son bateau amiral, la Marigalante, altération en espagnol de *maligalante, « peu galant, malgracieux », compris en français comme Maria-Galante), le récif de l’Astrolabe ( en Nouvelle-Zélande, nommé « écueils de l’Astrolabe » par Jules Dumont d’Urville en hommage au bateau L’Astrolabe qu’il commandait lors de son expédition dans les mers du Sud et qui a manqué de s’échouer sur le récif le 16 février 1827 ), la baie du Géographe et le cap du Naturaliste ( sur la côte sud-ouest de l’Australie, du nom des bateaux de Nicolas Baudin, leur explorateur en 1800-1804), etc.

bateau
Le Géographe et Le Naturaliste
  • d’un nom évocateur d’un sentiment :

comme le cap de Bonne-Espérance ( au sud de l’Afrique, doublé en 1487 par le portugais Bartolomeu Dias qui l’avait alors nommé Cabo Tormentoso, « cap tempétueux », avant que le roi Jean II du Portugal ne préfère l’appeler Cabo de Buena Esperança parce qu’il lui ouvrait la route des Indes, que prit Vasco de Gama dix ans plus tard ),  le cap Farewell ( à l‘extrémité septentrionale de la Nouvelle-Zélande nommée « pointe de l’Adieu » par James Cook au moment de quitter définitivement l’hémisphère sud en 1770 et aussi à l’extrémité méridionale du Groenland ainsi nommée par les marins des baleiniers anglais qui avaient l’impression de quitter le monde des humains pour entamer leur périlleux voyage dans l’océan Arctique), îles de la Désolation ( premier nom donné aux Kerguelen par James Cook), etc.

images

La devinette

Un célèbre navigateur a fait étape loin de tout, mais sur la terre ferme, pour préparer l’expédition qui allait lui permettre de redécouvrir trois lieux géographiques auxquels on donnera son nom — le vrai découvreur ne sera connu que plus tard et aura droit à un lot de consolation.

Il bâtit là une base avec des logements, une caserne, un fort et une église. C’est lui-même qui baptisa ce nouveau port des noms accolés de ses deux bateaux, qui portaient des noms de saints.

On ajouta plus tard à ce nom celui, adjectivé, de la région, pour distinguer cette nouvelle ville d’éventuels homonymes et notamment d’une autre construite une douzaine d’années plus tard dans un pays pourtant fort éloigné et à laquelle on avait donné, pour d’autres raisons, le même nom.

Résumé :

Un navigateur célèbre, éponyme de trois lieux géographiques.

Ses deux bateaux, Machin et Truc.

Un port Machintruc dans la région Chose.

Ailleurs, une autre ville Machintruc.

Un nouveau nom Machintruc-Chosien.

Quel est le nom de ce port ?

Indice :

indice a 06 01 19

Publicités

Les devinettes du dimanche

On a vu précédemment l’île Kangourou, qui porte le nom d’un animal emblématique.

Bien d’autres îles portent un nom d’animal, pour diverses raisons :

Les îles Canaries sont les « îles des chiens ». C’est  dans un récit de Pline l’Ancien que l’on voit apparaître pour la première fois le nom de Canaria, que l’on suppose issu  du latin canis, « chien » et suffixe habituel aria, «aire, région».

Éléphanta, dans la baie de Bombay, doit son nom à une statue tandis qu’Éléphantine, à Assouan, doit le sien à l’ivoire.

On ne compte pas le nombre d’îles ou d’îlots portant le nom de Tortue, la plus connue étant sans doute l’haïtienne île de la Tortue, ainsi nommée par Christophe Colomb en raison de sa forme. Les Galápagos, « les tortues », ont été baptisées par Tomás de Berlanga qui les découvrit en 1533.

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive.

images

Trois devinettes :

Devinette facile :

Un ensemble d’îles a porté trois noms d’animaux successifs, les deux derniers faisant référence au même animal, différent du premier, mais dans deux langues différentes. Quelles sont ces îles ?

Devinette un peu moins facile :

Un ensemble d’îles a d’abord porté un nom d’oiseaux avant d’être désigné  par le diminutif d’une plus grande île proche. L’une d’elles porte toujours le nom d’un animal ailé. Laquelle?

Devinette … :

une île exotique est connue pour héberger des dizaines de milliers d’oiseaux. Une espèce de ceux-ci, la plus représentée et sans doute la plus remarquable, est à l’origine de son surnom. De quelle île s’agit-il ?

imagesLes indices :

seront publiés mardi.