Jappe-Grenouille et Guanajuato ( répauxdev)

Mes dernières devinettes ont, semble-t-il, posé des problèmes à mes contributeurs habituels. Comme déjà dit Un Intrus a été le premier à me donner les bonnes réponses que T.R.Aule persiste à camoufler  sur LSP.

Il fallait trouver Jappe-Grenouille ( parfois en un seul mot, Jappegrenouille)  en France et Guanajuato au Mexique.

  • Jappe-Grenouille :

Ce lieu-dit de la commune de Torxé en Charente-Maritime

Jappe-grenouille

doit son nom aux coassements particulièrement remarquables des batraciens, comparés à des jappements.

Notons qu’en Poitou, si on en croit Godefroy, jappailler se disait pour « brailler, parler à tue-tête, faire beaucoup de bruit pour rien ».

Les indices :

aboyeur

Il s’agit d’un barker , c’est-à-dire un bonimenteur de foire, un aboyeur.

( merci, Brosseur, pour la version en couleur).

La chanson de Line Renaud, Le Petit Chien dans la vitrine,  était là pour les jappements qui en ponctuent le refrain.

Quant à ces objets (image cliquable ):

indice 09 10 18

ils s’expliquent d’eux-mêmes.

  • Guanajuato ( ou Guanaxuato ) :

cette ville du Mexique central est la capitale de l’État du même nom.

Ce nom est d’origine indigène : dans la langue des  Purepéchas, c’est « la montagne ( uato) aux Grenouilles ( kuanasi) ». Elle s’était appelée Paxtitlan en aztèque, soit « le lieu de la paille » et, avant cela, Mooti , « l’endroit des métaux », pour les Chichimèques. Ce dernier nom explique la main-mise espagnole sur les richesses minières de la ville et sa rapide expansion.

Elle est aujourd’hui célèbre pour son Musée des momies et pour son festival international Cerventino, consacré aux œuvres de Cervantès.

On notera, pour boucler la boucle, qu’une rue y a été appelée en Espagnol Cantarranas, rappelant les français Canteraine ou Chanteraine, vus dans un article précédent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les indices :

indice b 7 10 18

Cette gravure représente un épisode de l’épidémie de choléra de Paris en 1832. Elle était là pour rappeler l’épidémie qui ravagea Guanajuato en 1833 et dont les cadavres inhumés subirent une momification naturelle et sont exposés dans un Musée.

La momie de Rascar Capac était là pour indiquer le lien avec les civilisations pré-colombiennes et avec les momies.

Publicités