De quelques roches

Nous avons vu dans le précédent billet le nom d’une commune déterminé par celui de la roche qui y était exploitée, Bécon-les-Granits (M.-et-L.). C’est l’occasion d’explorer les toponymes issus de noms de roches — et non l’inverse : les noms de roches issus de toponymes sont beaucoup trop nombreux et, pour la plupart, bien connus. Je rassure les lithophobes : le billet sera court!

Les argiles et marnes ont déjà été vues à l’occasion de ce billet, le sable, la glaise et le limon dans celui-ci et le sel dans celui-là.

Le gypse et le plâtre

Les besoins en plâtre et en chaux ont suscité des gypsières et des plâtrières. Venu d’Orient par le grec γ υ ́ ψ ο ς puis le latin gypsum, le mot gypse a été introduit au XIVè siècle. On le retrouve, sous sa forme simple, principalement dans le Doubs ( Le Gyps à Nans-sous-Sainte-Anne ) et le Jura (Le Gyp à Plénise, le Col du Gyps à Entre-Deux-Monts, Les Gyps à Syam, Sous le Gyps à Saint-Claude, etc.) et sous des formes suffixées dans ces mêmes départements : la Gypserie à Foncines-le-Bas (Jura), et à Orchamps-Vennes (Doubs) et la Gypsière à Verne (Doubs). D’autres micro-toponymes sont issus de ce même mot mais avec des orthographes différentes comme les Gissières (à Guébling, Mos.), la Gipsière à Persac (Vienne), la Gipière à Sospel (A.-Mar.) ou encore Gypson à Vy-lès-Rupt (H.-Saône). Le nom de Gypseuil à Monts (Oise), anciennement Gipseuil, Gypsueil, Gypsué, montre que, si la première partie est bien issue du gypse, le suffixe -ialo donnant –euil, n’était plus perçu au XIVè siècle.comme désignant la clairière gauloise mais n’était qu’un simple suffixe mentionnant une localité quelconque.

Les Plâtrières existent quant à elles en toute région et sous les formes Plastre ou Plastra dans le Midi. Il serait bien fastidieux et inutile d’en donner la liste, aussi me contentè-je de La Plâtrière de Ménucourt (Val-d’Oise) :

platrière menucourt

Le marbre

L’extraction de marbre a donné des noms comme Marbrière, à Cuisia et Rye (Jura), à Faugères (Hér.), à Ardin (D.-Sèvres), à Grasse (A.-Mar.), etc. ou Les Marbrières à La Celle (Var), les Marbrières du Jaur à Saint-Pons-de-Thomières (Hér.), etc. On trouve quelques Marbrerie comme à Eppe-Sauvage (Nord), à Rubécourt-Lamécourt (Ardennes), etc. ainsi que des noms purement descriptifs attachés à des oronymes comme la Pierre de Marbre à Gruyères (Ardennes), la Table de Marbre aux Baux-Sainte-Croix (Eure) ou le Rocher de Marbre Rouge à Ferrère (H.-Pyr.). En occitan, le marbre se dit marme, d’où Les Marmières à Mornas (Vauc.) et à Laran (H.-Pyr.).

Le falun

Utilisé comme amendement calcaire et phosphaté, ce grès coquillier était extrait dans des falunières comme  la Falunière du Moulin Rochas à Amberre (Vienne), La Falunière à Thiverval-Grignon (Yv.) ou Les Falunières à Sainte-Maure-de-Touraine (I.-et-L.).

 

L’ardoise et la lauze

On trouve de nombreux micro-toponymes comme L’Ardoise ou L’Ardoisière sur tout le territoire, mais peu de L’Ardoiserie (  à Sceaux-du-Gâtinais, Loiret, et à La Chapelle-Basse-Mer, Loire-Atlantique). Signalons aussi les Roches Bleues à Mareuil-sur-Lay (Vendée) qui rappelle une ancienne ardoisière. En gascon, l’ardoise est la labassa, d’où le nom de Labassère (H.-Pyr.) et le Pic de Labasse (même dépt.). Ce dernier mot est à rapprocher de l’occitan lausa, « plaque de pierre, dalle, ardoise, schiste », que l’on retrouve dans de très nombreux noms de lieux-dits dans tout le Midi comme La Lauze Nègre à Saint-Julien (Hér.), Les Lausasses à Aigne (id.), Le Lauzet à Saint-Pons (id.), Lauzier à La Salvetat (id.), La Lauzière à Sainte-Croix (Corr.), La Lauzène à Alès (Gard), etc. On aura compris que les toponymes en –ière ou -ier représentent le sens de carrière de lause, les autres étant purement descriptifs.

1382702527-Bagneres-ardoisieres-de-Labasseres

Le sistre

Du latin schistus, « roche qui se délite », lui-même issu du grec skhistos, « que l’on peut fendre, séparer», le sistre désigne en occitan aussi bien le schiste que le poudingue, un agglomérat de cailloux réunis par un ciment naturel. C’est ainsi qu’on trouve le nom de Sistre à La Salle-Prunet (Loz.) et aussi des Sistrière(s) dont certaines peuvent être  dérivées du latin médiéval sexteria, « mesure agraire qu’on ensemençait avec un setier de grains », qui a donné en ancien occitan la sestreria (avec épenthèse du r). À Pralognan-la-Vanoise (Sav.), le Col des Schistes culmine à 2845 m.

Le tuf

Issu du latin tufus, « pierre poreuse et friable », « tuf » est à l’origine de noms comme Tuf, Tuffeau, Tuffière. On trouve par exemple une vingtaine de lieux-dits Tuffeau en Touraine, Maine, Anjou et Poitou comme Le Tuffeau à Nouzilly (I.-et-L.), Les Tuffeaux à Martizay (Indre), autant de Tuffière comme La Tuffière à Vaas, Sacré, Yvré-le-Pôlin, Asnières-sur-Vègre, etc. (Sarthe), Les Tuffières à Savigny-sur-Braye (L.-et-C.), etc. Le nom du tuf peut se retrouver seul comme pour Le Tuf à Gastins (S.-et-M.), à Blaisy-Haut (C.-d’Or), etc. ou au Bief du Tuf à Montaigu (Jura), la Font du Tuf à Levroux (Indre), le Roc en Tuf à Ternay (L.-et-C.) et bien d’autres.

La craie

Plusieurs dizaines de micro-toponymes du type La Crayère ou Les Crayères sont recensés en Champagne, notamment dans la Marne et l’Aube. Le nom de La Craie seul se retrouve en nombreux exemplaires sur tout le territoire sans qu’on puisse être sûr qu’il se rattache à l’exploitation de carrières  plutôt qu’à la simple couleur blanche du sol.

Il se trouve sans nul doute d’autres toponymes liés aux noms de roches, certains peu connus ou usités, notamment dans des langues régionales que je n’ai pas eu le temps d’explorer ; toutes les suggestions sont les bienvenues!

devinette_forum_792_th1

La devinette

Il vous faudra trouver une commune de France métropolitaine dont le nom en un seul mot est fait de ceux de deux roches différentes.

Je précise qu’il s’agit bien de deux noms de roches et pas d’une simple homophonie.

Un  indice   :

indice 2 08 11 20

Réponse attendue chez leveto@sfr.fr