Le nom des îles françaises !

« Qu’est-ce que cela ? », vous entends-je vous interroger.

Eh bien! Cela est une excellente nouvelle – en tout cas pour moi.

Un livre sur lequel j’ai travaillé depuis ma prise de retraite, soit près de quatre ans, est désormais disponible à la souscription avant sa parution en librairie en février 2023.

Il s’agit du Dictionnaire étymologique des îles françaises, le premier de toute l’histoire de la toponymie (un index de près de 1500 noms étudiés), et je n’en suis pas peu fier !

Dictionnaire étymologque des îles françaises

Je vous laisse jeter un coup d’œil :

https://www.adverbum.fr/editions-desiris/claude-gantet/dictionnaire-etymologique-des-iles-francaises_5dq5v2q6mktm.html

Faites circuler !

Merci de votre attention.

Publicité

12 commentaires sur “Le nom des îles françaises !

  1. Bonjour m Leveto
    liste du lundi !

    88 ) BROUVELIEURES

    à brouvelieures les roches de SOTRé

    88 ) LA CLEURIE

    88 ) à saint-étienne-de-remiremont
    la Pierre de KERLINKIN 132 tonnes , roche glaciaire.

    retour vers les Alpes

    38 ) LANDIRAS
    1 ° lande-iras ( lieu de passage , verbe aller)

    2 ° au ras / de la lande
    3° lande + as ( augmentatif )

    tout ceci paraît bien tiré par les cheveux

    38 LE GRAND THIERVOZ montagne

    SAVOIE

    73 à plancherine , le
    ruisseau de TRéJOIE
    73 à mercury , hameau de LA RAMAZ
    & à Mieussy 74
    col de la RAMAZ

    rame ? ramage ?
    ( comme le bois des rames , à Orsay ? ) ou autre

    73 le mont ORISAN 1758 M

    73 les rochers de l’ARCLOZAN
    ( toujours ce début de nom en AR = Alp , de la région des Bauges )

    73 le mont OUTHERAN

    Voilà , merci beaucoup .( vous le savez )

    J’aime

  2. lecteur

    ■ 88 ) BROUVELIEURES

    Villa que dicitur Brueroles en 1178, Brouveruelles et Brueroeles en 1255. De l’oïl bruere (du latin brucaria dérivé du gaulois brucus, « bruyère »), « champ couvert de bruyère » suivi du diminutif oles diphtongué en uelles. L’hiatus Bru-eruelles est masqué par l’insertion d’un v pour donner Brouveruelles . Une inversion entre r et ll fait passer Brouve(r)ue(ll)es à *Brouvelueres puis à Brouvelieures.

    ♦ à brouvelieures les roches de SOTRé
    Je ne peux que vous renvoyer à
    https://galeries.limedia.fr/histoires/le-sotre-lutin-lorrain/

    ■ 88 ) LA CLEURIE

    On trouve mentionné un moulin, Molendinum de Cruleia( sans doute une mauvaise graphie pour *Clureia) en 1147, puis l’eau (la rivière), eawe de Clurie en 1268.
    En 1869, Xavier Thiriat, dans La Vallée de la Clurie proposait un clair – ru , un ruisseau aux eaux claires. On n’est pas obligé de souscrire.

    ■ 88 ) à saint-étienne-de-remiremont
    la Pierre de KERLINKIN 132 tonnes , roche glaciaire.

    Simplement mentionné Pierre-Kerlinkin, « rocher », dans le DTV
    Comme l’indique fort justement l’auteur de la notice sur le site de la mairie : «  La Pierre Kerlinkin garde donc son mystère. Elle a probablement été amenée à cet endroit par les glaciers. Mais de l’origine de son nom, nous ne savons rien de certain ».

    retour vers les Alpes
    ■ 38 ) LANDIRAS
    1 ° lande-iras ( lieu de passage , verbe aller)
    2 ° au ras / de la lande
    3° lande + as ( augmentatif )
    tout ceci paraît bien tiré par les cheveux

    Je suppose que vous voulez parler de Landiras en Gironde. Sans forme suffisamment ancienne disponible, il est difficile de se prononcer sur le sens de ce toponyme. Seuls Dauzat & Rostaing tentent de l’expliquer par un *Landariacum, du nom d’homme germanique Landar et suffixe iacum, comme pour Landeyrat (Cantal) et Landry (Sav.)

    ■ 38 LE GRAND THIERVOZ montagne

    On trouve mentionnés le Petit-Tiervoz et Tierve au XVIIIè siècle ; le h n’apparaît qu’au XIXè siècle pour Grand et Petit Thiervoz.
    Aucune certitude sur l’origine de ces noms.

    SAVOIE
    ■ 73 à plancherine , le
    ruisseau de TréJOIE

    De tré, « au-delà », et joie, dérivé du gaulois *jor, juris, « hauteur boisée » qui a aussi donné le latin médiéval juria et des noms comme Joux, Jeux, Joëux etc.
    On connaît un ruisseau nommé La Joie et une Combe de la Joie à Chéserex, district de Nyon, en Suisse, de même étymologie.

    ■ 73 à mercury , hameau de LA RAMAZ
    & à Mieussy 74
    col de la RAMAZ
    rame ? ramage ?
    ( comme le bois des rames , à Orsay ? ) ou autre

    Deux significations possibles : soit « endroit boisé », de l’ancien français féminin raime, « branche, branchage, ramée », issu du latin ramus , « rameau, branche, ramée », soit « enclos où le troupeau est rassemblé à l’alpage », cet enclos étant le plus souvent fait de rameaux entrelacés.

    ■ 73 le mont ORISAN 1758 M
    On trouve les formes anciennes suivantes :Alpagium apud Oresanam en 1255 et Granges Orisan en 1857.
    Il s’agit probablement d’un nom formé sur celui d’un homme, peut-être le latin Aurius qui a donné son nom à Oris-en-Ratier (Isère, Auries au XIè siècle)

    ■ 73 les rochers de l’ARCLOZAN
    ( toujours ce début de nom en AR = Alp , de la région des Bauges )

    Composé en effet de Ar, « alpe, alpage », et d´un dérivé de l´adjectif latin clusa, clausa , « fermé, clos ». Il s’agit d’un alpage clos, encaissé, formé dans un synclinal.

    ■ 73 le mont OUTHERAN

    il s’agit à l’origine du nom d’un hameau Othran, issu d’un nom d’homme germanique Altramnus en 1102. Un archevêque de Vienne au IXè siècle a porté le nom d’Auteramnus devenu Otramnus puis Otran

    J’aime

  3. Merci beaucoup

    c’est vrai , landiras 33 et non pas 38

    Outheran : je pensais bien à un nom burgonde
    arclozan = idem à l’Arclusaz ( proche )
    tréjoie : j’avais pensé à hauteur boisée

    à lundi ( dans les pyrénées ! )

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s