Le mont Pipet (la répàladev)

TGF a rejoint TRA sur le podium des découvreurs de la solution à ma dernière devinette. Bravo à tous les deux !

Il fallait trouver le mont Pipet, une des collines de Vienne (Isère) qui a donné son nom au quartier, à une rue et à une traverse.

Le Dictionnaire topographique du département de l’Isère (Emmanuel Pilot de Thorey, 1921) nous donne les formes anciennes de ce nom suivantes : Pupet castellum au XIè siècle, Pupetum aux XII et XIIIè siècles et Pupeti Vienne. On y reconnait le diminutif du latin pupa vu dans le précédent billet, au sens topographique de mamelon, petite colline.

Notons l’étymologie pseudo-savante donnée par Nicolas Chorier dans Les Antiquitez de la ville de Vienne (livre V, 1659) : « il y eut depuis celuy de Pompeiacum que les Romains lui donnèrent, à cause de Pompée le Grand, qui y fit faire de nouvelles fortifications en son voyage d’Espagne contre Sertorius. Pompeiacum fut depuis corrompu en Pompet, & Pompet en Poupet, & en Pipet ». Vous me direz que de Pompée à Pipet, il y a de quoi en perdre sa connaissance, comme dirait le concierge de l’Élysée.

Si on sait depuis longtemps que le mont Pipet a accueilli un oppidum romain dès le IIIè siècle, on pense aujourd’hui que des temples s’y élevaient auparavant (cf. cet article, p. 90, § La terrasse de Pipet). Par la suite, les ducs de Bourgogne y bâtirent une forteresse, devenue château qui sera détruit sur ordre de Richelieu après les guerres de Religion. Depuis le XIXè siècle, son sommet accueille la chapelle Notre-Dame de Pipet.  (cf. wiki).

Carte PIPET Capture

Ce même nom se retrouve, dans le même département, comme complément pour Saint-Baudille-et-Pipet et comme lieu-dit Pipet à Tullins, ainsi que, dans les départements voisins, pour le Sommet du Pipet à Montclar-sur-Gervanne (Drôme) et pour le Rocher du Pipet à Goudet (H.-Loire).

Dans d’autres régions, en pays de langue d’oïl, il existe des toponymes homonymes mais dont l’étymologie est différente : il s’agit ici d’un équivalent régional du français « pipeau » (petite pipe, du latin médiéval pipa, du latin populaire *pippare), au sens de « tuyau », notamment pour aspirer les liquides comme le cidre, ou au sens de « tonneau », utilisé comme unité de mesure pour les liquides. C’est ainsi qu’on trouve le Pipet à Beaumont-Hague (Manche), le Hameau les Pipets à Sotteville (id.) et le Pipet à Sainte-Barbe-sur-Gaillon (Eure). Il est possible que certains de ces noms soient  un sobriquet appliqué à un tricheur, un trompeur (déverbal du verbe « piper »), devenu nom de famille.

cdl d

Les indices

indice c 31 10 2022 ■ comme le disait l’intitulé, cet indice concernait le « régional de l’étape » et, comme il était précisé en complément, il s’agissait d’un peuple qui s’installa dans la région. Il fallait donc penser aux Allobroges, les Gaulois qui, émigrés au IVè siècle av. J.-C., firent de Vienne leur capitale. Leur nom est formé des racines allo, « autre », et brogi, « pays », soit « ceux d’un autre pays » c’est-à-dire venus d’ailleurs.

indice d 30 10 2022 ■ ce tableau de Magritte était une allusion au Pipet de langue d’oïl qui n’est pas un Pipet de langue d’oc. [Non, je n’en suis pas fier].

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s